PSG: « avant même de débuter un match, tu dois gagner et gagner 5-0 »

Mauricio Pochettino
Crédit: TheBeanyman youtube channel

Mauricio Pochettino est revenu, dans une longue interview accordée à l’Équipe, sur sa vision d’entraîneur et son style de jeu. Le coach argentin a fait un bilan de ses premiers mois au PSG.



Alors que le match retour face à Manchester City arrive à grands pas, Mauricio Pochettino s’est confié au journal l’Équipe sur son adaptation au PSG, sa vision de jeu et du style recherché. Voici quelques passages de son interview.

Développer les idées du PSG



« En tant que coach, tu as des idées, des habitudes, une façon de voir le foot. Après, il faut voir dans quel projet tu es et à quelle étape du projet. Quand le PSG vient te chercher, c’est pour que tu t’adaptes à une structure en place, à des joueurs recrutés pour obtenir ce que veut le club. Que veut le PSG ? C’est important de le savoir. Le PSG veut gagner. Gagner la Ligue des champions, le Championnat, la Coupe, tous les matches. On n’est pas venus nous chercher pour bâtir un projet, en nous demandant de quoi on avait besoin pour développer nos idées, ou ce qu’on aime. On est arrivés ici pour nous adapter et pour gagner, avec la structure et les caractéristiques des joueurs qui sont là. C’est très différent. On est là pour développer les idées du PSG, pas pour développer nos idées définies, lesquelles nécessiteraient de bâtir avec les éléments selon nous nécessaires à ces idées »

Les attentes après le mercato estival

« Les attentes nées cet été font qu’avant même de débuter un match, tu dois gagner et gagner 5-0. Et si après dix minutes de jeu tu ne mènes pas déjà 3-0, pfff… quelle déception ! Je pense que c’est une erreur. L’obligation n’existe pas dans le foot, les adversaires aussi ont des qualités et savent te compliquer les choses. (…) Quelle équipe a eu, ou a, des gardiens du niveau de ceux du PSG ? Navas, Donnarumma, Rico, sans parler des jeunes. C’est quelque chose qu’on n’a jamais vu ailleurs. D’une manière générale, quand on regarde les talents, les noms dans ce club, ça n’a jamais existé dans l’histoire, ou peut-être une fois. Partant de là, personne n’en a l’expérience, on est les premiers à la vivre. Personne n’a le secret de la manière de gérer, de la méthode d’entraînement ou de la philosophie de jeu pour un tel effectif. Nous devons donc nous adapter, en harmonie avec ce que les joueurs ressentent. »

Les critiques sur son style de jeu

« Je le dis avec beaucoup de respect, mais cette question traduit un certain manque de respect. C’est comme si je vous disais que vous n’aviez pas de style dans votre écriture. Bien sûr que vous en avez un, vous êtes professionnel et c’est pour ça que vous êtes assis là. Tout entraîneur, au plus haut niveau comme en amateur, a un style. Quand tu travailles pour devenir entraîneur, tu développes ton style : tes goûts, ton management, tes méthodes avec ton staff. On est un staff qui a un style défini, une philosophie, des idées. Après, la question est de savoir comment et à quel moment tu peux mettre en oeuvre ce qui te correspond vraiment. Et ça, ça dépend des exigences du club, comme on le disait tout à l’heure. Si vous regardez ce qu’on a fait à l’Espanyol, à Southampton ou à Tottenham, vous verrez le style de jeu qui nous plaît. Si vous regardez un match de notre première et de notre troisième saison à Tottenham, ce n’est pas la même chose. Parce qu’il y a eu une stratégie pour en arriver là.
Au PSG ? On est dans un processus aussi. On est arrivés en janvier, il y avait une structure d’équipe différente. Cet été, d’autres types de joueurs sont arrivés et ils vont peut-être t’obliger à prendre plus de temps pour mettre en place le style que tu ambitionnes. Ou, si ça se trouve, tu ne l’atteindras jamais. »



Améliorer le style de jeu PSG

« Il faut trouver l’équilibre. Quand le club prend ce type de décision (recruter de tels joueurs), il mesure le risque. Nous, on est le staff. Notre rôle est d’essayer de faire en sorte que ça fonctionne. Et si on échoue, vous connaissez la suite (sourire). Si on ne gagne pas, on est en première ligne. On assume cette responsabilité, avec enthousiasme. Car si on arrive à faire en sorte que ça tourne bien, ça peut donner quelque chose de magnifique. Pour le moment, on gagne. Je ne pense pas qu’on joue mal mais on doit continuer comme ça en jouant mieux. »