Débats Sports
Don't Miss

Week 22 : En roue libre

Publié chaque lundi, le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la vingt-deuxième semaine de saison régulière.

Une semaine comme on les aime.

Chaque semaine, les Warriors ont la possibilité de remporter un nouveau titre, ou accomplir un pas de plus vers les playoffs. Après le titre de Division, de Conférence, les Warriors avaient la possibilité s’assurer de l’avantage du terrain jusqu’aux NBA Finals s’ils gagnaient 3 de leurs 4 matches cette semaine. Mission accomplie ?

Sans Green, les Warriors ont impressionné.

C’est l’action du match. Stephen Curry se dirige dans la peinture, poursuivi par Chris Paul. En s’écartant du cercle, Curry feinte Paul et le fait trébucher. Alors que son adversaire est à terre, Curry l’achève d’un tir à 2 points. Cette action peut résumer à elle seule ce match, remporté 110 à 106 par les Warriors aux Staples Center de Los Angeles. Sans Draymond Green, les Warriors ont envoyé un message fort au reste de la ligue.

Et Stephen Curry a montré pourquoi il était le MVP de la saison : 28 points (8 sur 15 aux tirs dont 4 sur 6 à 3 points, 7 sur 7 aux lancers-francs).

« Je savais qu’il me suivait, et j’ai pensé faire un mouvement près du panier et y mettre un peu de créativité, » a raconté Curry. « Dès que je l’ai vu par terre, je savais que je devais tirer et voir ce qu’il allait se passer. Tu prends une poussée d’adrénaline parce que ce sont des moments rares. Heureusement, le tir est rentré. Je n’ai pas vu la réaction du banc, mais ils m’ont dit qu’ils sont tous devenus fous. »

Klay Thompson a marqué 25 points, tandis que David Lee, titulaire en l’absence de Draymond Green, a été productif avec 17 points. Marreese Speights, outsider dans la course au titre de Sixth Man Of the Year, a marqué 13 points en sortie de banc.

« C’est un joueur difficile à défendre, » a dit Chris Paul, à propos de Curry. « Ils ont posé énormément d’écrans pour lui. Sur 3 de ces tirs, j’étais très bien placé, et il a quand même réussi à les mettre. »

Les Clippers ont gaspillé une avance de 17 points, et ont donc vu leur série de 7 victoires d’affilée prendre fin. Blake Griffin a posé beaucoup de soucis à la défense intérieure avec 40 points, tandis que Paul (27 points, 9 passes décisives) et J.J. Redick (14 points) ont apporté des points à l’extérieur.

Pour rattraper les Clippers au score, les Warriors ont fait ce qu’ils savent faire le mieux cette saison : défendre. Les joueurs de Steve Kerr ont déployé une énergie folle en défense dans le dernier quart-temps, pour limiter les Clippers à 23,1 % de réussite. Les Warriors ont dominé les 12 dernières minutes, terminant la rencontre par un 28-18.

« Il n’y a plus rien à jouer dans la Conférence Ouest pour la saison régulière, mais c’était une grosse victoire pour nous, » a confié Curry. « Ca nous a fait du bien de gagner et prolonger notre série. »

« Nous n’avons pas très bien joué, mais nous avons su revenir, comme tout le reste de l’année, » a ajouté Thompson.

Thompson et Curry ont marqué 19 points à eux deux dans les premières minutes du troisième quart-temps pour permettre aux Warriors de revenir à 67 partout. Une minute plus tard, Golden State a mené pour la première fois de la rencontre sur un tir à 3 points de Stephen Curry (72-71).

« Nous avons eu la bonne énergie et la bonne intensité, mais pas pendant 48 minutes, » a constaté Doc Rivers, le coach des Clippers. « Nous avions plus besoin de cette victoire qu’eux. »

Menés 88-82 après 3 quarts-temps, les Warriors ont démarré tambour battant le dernier quart-temps (9-0) pour compter un avantage de 3 points (91-88) à 9’52 de la fin du match. Marreese Speights a été décisif dans ce run, avec 6 des 9 points de son équipe. Les 2 équipes n’ont jamais réussi à creuser un écart de plus de 3 points, jusqu’à ce que les Warriors parviennent à compter 4 points d’avance sur les Clippers à 1’10 de la fin du match.

Les Warriors étaient en tête quand ils ont fait faute sur DeAndre Jordan. Les deux lancers-francs réussis ont permis aux Clippers de revenir à une longueur des Warriors (103-102). Les événements ont ensuite été en faveur des Warriors puisque Matt Barnes a fait faute sur Andre Iguodala alors que celui-ci dégainait un tir à 3 points. Les 3 lancers ont été réussis par Iguodala, et le score était alors de 106 à 102 pour Golden State.

Redick a manqué un tir à 3 points, avant que Chris Paul ne l’imite à son tour, et que le meneur des Clippers manque de nouveau un tir. Il est ensuite parvenu à rentrer un layup (106-104) et ont eu la possibilité de jouer pour la gagne à 12 secondes de la fin. Cependant, Paul a fait un retour en zone sur la remise en jeu de DeAndre Jordan.

Curry et Klay ont rentré leurs 4 lancers (110-104, et il en était fini des espoirs des Clippers. Un dernier tir de Chris Paul n’y changera rien, et les Warriors l’emporte 110-106.

Steph Curry Harrison Barnes with the shot boy !

Harrison Barnes a connu une soirée des plus bizarres. 2 points à 1 sur 7 aux tirs, deux énormes erreurs défensives dans la dernière minute… Soirée cauchemar pour l’ancien Tar Heel. Jusqu’à ce qu’il réussisse le tir de la gagne.

Le match de Barnes est à l’image de la saison des Warriors : tout se déroule à merveille.

Barnes a réussi une sorte de flotteur alors qu’il restait moins d’une seconde à jouer, pour permettre aux Warriors de l’emporter 107-106 face aux Suns. L’action est peut-être entachée d’un marcher, non sifflé par les arbitres.

« Coach Kerr m’a regardé après que j’ai réussi le tir d’un air : ‘T’as fait n’importe quoi sur les deux dernières possessions, mais c’est OK' », a raconté un Barnes hilare.

Le tir de Barnes a fait suite au lay-up réussi par Eric Bledsoe, action sur laquelle Barnes aurait dû protéger la raquette au lieu de défendre sur l’homme. Phoenix a alors repris les devants 106-105 à 4,5 secondes de la fin du match.

Avant le lay-up de Bledsoe, Stephen Curry a réussi un tir à 3 points, à un moment où les Warriors ont pensé tuer le match.

Face aux Suns, la bataille a été bien plus âpre qu’imaginé sur le papier. Menés jusque dans les dernières secondes, les Warriors ont tout donné pour étendre leur série de victoires à 11.

Dans un match sans enjeu réel pour les Warriors, Stephen Curry a terminé avec 28 points, 8 rebonds, 5 passes décisives. Klay Thompson a marqué 16 points, tandis que Barnes a totalisé seulement 4 points, mais 2 ô combien importants.

Barnes a hérité de la balle sur la remise en jeu, et a de suite attaqué le cercle. Archie Goodwin lui a bien bloqué l’accès au cercle, avec en plus Eric Bledsoe à deux doigts de lui voler le ballon. Au final, Barnes a réussi à ne pas perdre la balle et a pu rentrer le tir de la gagne.

« C’était probablement bon pour nous d’être dans ce genre de situation, et d’avoir à gérer la pression, » a dit Kerr.

Bledsoe a terminé en double-double (18 points, 11 rebonds), tout comme les intérieurs Markieff Morris (17 points, 12 rebonds) et Brandan Wright (16 points, 12 rebonds). Cette défaite est très préjudiciable pour les Suns, toujours animés par ce mince espoir de faire les playoffs au lendemain de cette défaite.

« Cette défaite est difficile à avaler, » a déclaré Wright, qui a commencé sa carrière à Golden State. « Nous n’abandonnons pas. Nous nous accrochons à ce très mince espoir. »

C’est la cinquième fois que les Suns s’inclinent sur un panier à 5 secondes ou moins de la fin du match, selon les chiffres rapportés par ESPN. Derrière, 5 équipes sont à égalité avec 3 défaites sur le fil.

Les Warriors ont déjà assuré la première place de la Conférence Ouest, et sont à une victoire maintenant d’avoir le meilleur bilan de la NBA. Malgré l’absence d’enjeu jusqu’à la fin de la saison pour les Warriors, Steve Kerr a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de reposer tous ses cadres, et que la motivation de ses troupes ne l’inquiétaient pas.

Ce n’est pourtant pas l’impression que ça a donné au cours de ce match.

T.J. Warren a été exceptionnel avec 15 de ses 17 points dans le dernier quart-temps.

A 2’32 de la fin, Bledose a permis à Phoenix de mener 98-94 sur un tir à 3 points. Curry a remis les Warriors sur de bons rails grâce à un énième tir à 3 points.

Les équipes se sont rendus coup pour coup, sans que l’une d’elles ne soit parvenue à faire la différence. Les Suns ont cru un instant réussir l’exploit en prenant 3 points d’avance (102-99) dans la dernière minute. Deux possessions plus tard, Thompson a remis les deux équipes à égalité à 34,7 secondes de la fin (102-102).

Mais le scénario fou n’a fait que commencer. Tucker a réussi un layup pour donner l’avantage à Phoenix que la séquence folle ne se passe : Curry a manqué le tir, puis Bogut la claquette. Le tir de Barnes a connu le même sort, avant que Bogut ne s’empare à nouveau d’un rebond offensif. La balle est arrivée ensuite jusqu’à Klay Thompson, qui a servi un Stephen Curry ouvert à 3 points. Bingo pour le meneur des Warriors.

Quelques secondes plus tard, Eric Bledsoe s’est défait de Klay Thompson pour marquer un lay-up aussi décisif que spectaculaire. Mais Barnes est sorti de son nid au moment le plus critique, effaçant ses deux erreurs défensives de la fin de match, et ruinant les espoirs d’une belle équipe des Suns.

« Notre saison s’est plus ou moins passée comme ce match, » a commenté un Jeff Hornacek dépité. « Nous avons bien joué, mais n’avons pas réussi à faire de stop. Les deux équipes ont scoré à la fin du match, et ils ont eu le dernier tir. »

Record pour Steve Kerr, avantage du terrain. Soirée parfaite.

Les Splash Brothers ont pu compter sur le soutien des intérieurs, et les Warriors ont pu offrir un record à Steve Kerr.

Klay Thompson a marqué 21 points, tandis que le banc a a été très précieux, à l’image de Marreese Speights et Andre Iguodala, 36 points à eux deux. Cette victoire 123-110 a permis aux Warriors de s’assurer de l’avantage du terrain du premier tour jusqu’aux NBA Finals.

Dirk Nowtizki (18 points) a été le meilleur marqueur des Mavericks, qui ont perdu leur sixième match sur les 8 dernières rencontres. Pourtant, les Mavs sont en bonne voie pour s’assurer de la 7ème place à l’Ouest. Pour la fin de la saison régulière, Dallas doit faire sans deux de ses cadres, Chandler Parsons et Rajon Rondo.

Stephen Curry n’a pas connu la même réussite que lors du match de février, où il avait marqué 51 points face aux Mavs. Il a terminé avec 11 points, à 3 unités de son plus faible total de la saison (8 points). Mais pour ce match là, les Warriors n’ont pas eu besoin d’une performance de MVP de la part de Curry.

Speights a permis aux Warriors de mener de plus 10 points à la mi-temps, grâce à un tir au buzzer du milieu du terrain. Ce tir a été le tournant du match, parce que les Mavs ne sont jamais revenus à moins de 8 points.

Golden State a montré des signes de nervosité, à commencer par Jarron Collins, assistant coach. Les arbitres ont sifflé une faute technique contre l’assistant lors du retour aux vestiaires.

Festus Ezeli a lui aussi écopé d’une faute technique pour s’être plaint d’un coup de sifflet des arbitres. Shaun Livingston a été sanctionné d’une « Flagrant 1 » pour un coup porté dans les parties de Dirk Nowtizki.

« Il a fait un petit mouvement avec le bas du dos, c’était juste un très mauvais timing, » a dit Livingston. « Je n’ai jamais été impliqué dans quelque mauvais geste que ce soit en 11 ans dans la NBA. Les images sont pires que ce qu’il s’est passé réellement. »

Le public a conspué Livingston à chaque fois qu’il a eu la balle après sa faute sur Dirk. Le meneur remplaçant a même échangé quelques mots avec le coach des Mavs, Rick Carlisle, très mécontent de l’attitude de Livingston.

Ne jamais sous-estimer le coeur d’un champion

Le fantôme des Spurs continue de hanter les Warriors.

Pourtant sur une série de 12 victoires, les Warriors se sont inclinés 107 à 92 face aux Spurs dans l’AT&T Center. C’est la 32ème défaite de Golden State dans la salle texane.

Le match a été loin d’être aussi serré que le match face aux Suns, puisque les Spurs ont compté plus de 10 points d’avance après 6 minutes de jeu seulement. Au final, cette défaite est la plus grosse défaite de Golden State cette saison.

Stephen Curry a terminé meilleur marqueur pour les Warriors avec 24 points, mais n’a joué que 3 quarts-temps. Il est sorti sur blessure à la fin du troisième quart-temps.

Leandro Barbosa a marqué 12 points, tandis que Andrew Bogut et Andre Iguodala ont scoré 10 points chacun.

Les Warriors ont été dominés dans tous les secteurs du jeu, à l’adresse (42,9 % contre 53 %) et aux rebonds (39-47) notamment. Cette défaite est, sans débat possible, la plus mauvaise performance des Warriors de la saison.

Les Spurs ont été guidés par un Kawhi Leonard de folie, avec 26 points (11 sur 17 aux tirs), 7 interceptions, 5 rebonds et 3 passes décisives. Le tout en seulement 24 minutes.

Dans un soir où personne ne s’est démarqué, Curry a été le seul joueur capable de porter les Warriors vers un comeback inespéré.

Curry a marqué 24 points (9 sur 17 aux tirs, dont 5 sur 10 à 3 points). Il a distribué – passes décisives et intercepté un ballon, mais a perdu la balle à 4 reprises.

Les Spurs ont entamé la rencontre par un 24-9, maintenant les Warriors à bonne distance des coéquipiers de Tony Parker. Les californiens ne sont jamais revenus, et ont même eu jusqu’à 28 points de retard en seconde mi-temps.

En bref

Los Angeles Clippers – Golden State Warriors : 106 – 110

Golden State Warriors – Phoenix Suns : 107 – 106

Dallas Mavericks – Golden State Warriors : 110 – 123

San Antonio Spurs – Golden State Warriors : 107 – 92

Bilan

63 victoires, 14 défaites.

Champion de la Pacific Divsion.

Première place assurée dans la Conférence Ouest.

Meilleur bilan de la ligue.

Tops

Saison record pour Steve Kerr

Steve Kerr ne s’est pas fait prier pour s’adjuger du plus grand nombre de victoires pour un coach rookie. Avec 63 victoires, il a battu le record de Paul Westphal (Phoenix Suns, 1992-93) et Tom Thibodeau (Chicago Bulls, 2010-11). Les deux coaches avaient remporté 62 victoires pour leur première saison en tant que coach.

Les joueurs ont donné le ballon du match à Kerr, avant de lui faire prendre un bain de Gatorade dans le vestiaire.

« C’était une scène formidable, et je n’avais pas forcément pensé à l’importance de ce record, » a déclaré Kerr. « Les joueurs en avaient conscience. Ils m’ont remis le ballon du match. J’ai réalisé la chance que j’avais d’entraîner ce groupe. »

Stephen Curry joueur de la semaine de la Conférence Ouest

La NBA a annoncé lundi dernier que Stephen Curry a été nommé joueur de la semaine pour la Conférence Ouest, pour les matches joués entre le lundi 23 mars et le lundi 30 mars.

C’est la deuxième fois de sa carrière (seulement ?!) que Curry remporte cette honneur, après celle obtenue pour les matches entre le 3 novembre et le 9 novembre.

Sur les 4 matches joués la semaine dernière (dont les résumés sont à lire ou relire sur le bilan de la semaine 21), Curry a tourné à 30,0 points, 8,0 passes décisives, 3,5 rebonds et 1,75 interception en 32 minutes. Ces performances ont été décisives pour Golden State, vainqueur de ces 4 matches par plus de 10 points d’écart. Il y avait pourtant 3 matches à l’extérieur, avec Portland, Memphis et Milwaukee au programme. Son adresse a été affolante, avec 63,2 % de réussite à 3 points (24 sur 38) et 57,7 % aux tirs. Il a inscrit au moins 5 tirs à 3 points au cours de ces 4 matches, et a compilé un 30/10 à 2 reprises.

Retour aux sources pour Chris Mullin

Chris Mullin a donné son accord pour être le prochain entraîneur de son ancienne université, St John’s. La nouvelle est tombée en tout début de semaine dernière, seulement quelques jours après une rumeur annonçant que St. John’s lui a proposé le poste de coach le dimanche.

La conférence de presse d’intronisation a eu lieu mercredi à New York. Mullin quitte ainsi son poste de conseiller personnel de Vivek Ranadive, propriétaire des Sacramento Kings. Pete D’Alessandro, General Manager des Kings et ancien de St. John’s, était présent à la conférence de presse.

Mullin, originaire de Brooklyn, n’a aucune expérience en tant que coach, mais est un habitué des front office des franchises NBA. Il a notamment été vice-président des opérations basket à Golden State entre 2004 et 2009. Son contrat n’avait pas été renouvelé à la fin de la saison 2008-09, après le fiasco de la prolongation de Monta Ellis et son scooter. En 2010, Mullin a rejoint ESPN, avant de rejoindre de nouveau la NBA avec les Kings.

Mullin a été une véritable star à St. John’s, université où il a évolué entre 1981 et 1985. Il a été nommé joueur de l’année dans la Big East pour ces trois dernières saisons, et a fait partie de la sélection All-American à autant de reprises.

La carrière NBA de Mullin a été riche, puisqu’il a été 5 fois All-Star et a remporté deux médailles d’or aux Jeux Olympiques en 1984 et en 1992 avec la Dream Team. Son très beau palmarès lui a valu d’être intronisé au Hall of Fame en 2011. Son passage à Golden State, à l’époque du Run TMC, a marqué les esprits. Son numéro a été retiré, et son maillot flotte au plafond de l’Oracle Arena.

St. John’s et son coach Steve Lavin ont mis fin à leur collaboration d’un commun accord, malgré la bonne saison du Red Storm, qui s’est hissé jusqu’au tableau final du tournoi NCAA.

Flops

Le coup bas de Shaun Livingston

Le meneur remplçant Shaun Livingston a été sanctionné d’un match de suspension après son mauvais geste sur Dirk Nowtizki  lors de la victoire des Warriors à Dallas.

Après le match, et même 2 jours après, Nowitzki a déclaré qu’il considérait ce geste comme « non-intentionnel ». C’est très probablement le cas, puisque c’est la première fois que Livingston est impliqué dans un incident du genre.

StubHub attaque en justice les Warriors et leur politique de billetterie

La saison des Warriors, la meilleure de l’histoire de la franchise, s’est passée pour le mieux, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. La donne pourrait changer, avec une plainte déposée par StubHub contre les Warriors et Ticketmaster à un tribunal californien. StubHub accuse la franchise et le site de billetterie de conspiration dans le but de revendre illégalement des billets.

Le porte-parole de la franchise, Raymond Ridder, a indiqué qu’il ne ferait aucun commentaire sur l’affaire.

En NBA, il est monnaie courante que les détenteurs d’abonnement vendent leur place sur StubHub quand ils ne vont pas assister à un match pour lequel ils ont déjà payé via leur abonnement. La plainte déposée par StubHub, revendeur de ce type de billets, fait état que les Warriors et Ticketmaster ont informé les détenteurs d’abonnement que n’importe quelle revente d’un billet doit être faite via Ticketmaster. Dès lors, StubHub affirme que leur nombre de billets pour des matches à Golden State a diminué de 80 % cette saison par rapport à l’année précédente.

Avec cette plainte, StubHub espère mettre fin à cette entente, et aux privilèges obtenus des acquéreurs de tickets via la plate-forme en leur empêchant d’acheter des billets pour les playoffs.

Les Warriors détiennent le record de matches à guichets fermés (118), où les 19 596 places ont toutes été vendues avant la rencontre. Ils ont limité les abonnements à 14 500 billets par match, et ont indiqué qu’il y avait plus de 10 000 personnes sur liste d’attente pour un abonnement !

Le programme de la semaine suivante

@ New Orleans Pelicans, dans la nuit de mardi à mercredi (2h).

Vs. Portland Trail Blazers, dans la nuit de jeudi à vendredi (4h30).

Vs. Minnesota Timberwolves, dans la nuit de samedi à dimanche (4h30).

[themoneytizer id=15816-16]