Débats Sports

Tahiti s’invite chez les Grands

Alors que les championnats nationaux prennent fin, alors que la Champion’s League attend son dénouement, alors que l’Europa League touche à sa fin, alors que les compagnes et compagnons de supporters s’impatientent de voir cette saison se clore, il leur vous faudra patienter encore quelque peu. Jusqu’au 30 Juin, date de la finale de la Coupe des Confédérations organisée au Brésil. Merci qui ? Merci la FIFA.

Bastomartini, va au fil des semaines qui nous séparent de la compétition vous présenter un tour d’horizon des participants à l’échauffement de la Coupe du Monde 2014

Du 15 au 30 Juin, la Coupe des Confédération, comme son nom l’indique, regroupe les nations championnes continentales et les opposent d’abord en match de poule puis dans des matchs à élimination directe (demi finale, match pour la troisième place et la finale).

Alors pour commencer ce tour d’horizon voici le « petit Poucet » de la compétition, Tahiti.

Les Tahitiens se rendront au Brésil, dans ce tournoi planétaire opposant les meilleures équipes mondiales, pour la simple et bonne raison qu’ils ont remporté la Coupe d’Océanie 2012.

Incroyable, mais pourtant vrai. Pour la première fois le trophée à échappé à l’Australie (faisant désormais partie de la zone Asie), et à la Nouvelle-Zélande.

Les premiers tours opposent des équipes telles que les Samoa, la Papouasie Nouvelle-Guinée ou encore Vanuatu et les scores fleuves que cela implique (Tahiti 10-1 Samoa). Les choses « sérieuses » débutent lors des demi-finales. Là, où, les favoris Néo-zélandais se firent sortir par la Nouvelle-Calédonie (!) à la surprise générale et là où Tahiti s’imposa face à l’île organisatrice de l’événement, l’Ile Salomon qui accueillit cette compétition 10 jours durant.

En finale les « Toa Aito » défièrent les Néo-Calédoniens et s’imposèrent une fois de plus sur la plus petite des marges (1-0).

Vainqueur de la Coupe OFC, Tahiti participe obligatoirement à la Coupe des Confédérations, mais ne sera pas forcément présent à la Coupe du Monde.

En effet les 4 demi-finalistes de cette compétition s’affronteront en match de poule pour déterminer un vainqueur qui affrontera une nation de la zone CONCACAF en un match de barrage aller-retour. Compliqué a priori mais pas impossible.

Les Néo-Zélandais furieux de ce tournoi « raté » ne manquèrent pas le coche de la Coupe de Monde et se qualifièrent lors de la dernière journée au nez et la barbe des calédoniens. Les Tahitiens terminèrent troisièmes au terme de cette phase de groupe ne leur permettant pas d’imaginer une éventuelle participation à la Coupe du Monde.

Quoi qu’il en soit, Tahiti a eu son quart d’heure gloire avec cette victoire lors de la Coupe OFC et cet instant warolien se prolongera au Brésil pour cette Confédération Cup 2013. Placés dans une poule des plus relevée où se trouvent le Nigeria, l’Uruguay et l’Espagne,  les hommes d’Eddy Etaeta pourront défier trois des plus belles nations du football mondial. Au pays du football roi qui plus est.  Les Tahitiens vivront ce que bon nombre de footballeurs ne feront que rêver. Rencontrer la grande Espagne au Maracana de Rio de Janeiro…

Alors, oui les Tahitiens sont amateurs, mais n’est-ce pas là une opportunité rêvée que de se montrer aux yeux du monde entier et de tenter une expérience professionnelle par la suite ?

L’occasion de briller contre la Roja au Maracana, Jonathan Théau doit en rêver depuis plusieurs mois, nul doute qu’il a déjà imaginé son duel contre Ramos ou Piqué, qu’il les déborderait pour s’en aller fixer Casillas et glisser le ballon au fond des filets, avant de s’en aller haranguer les 83,000 spectateurs en délire (ou pas) du Maracana. Jonathan Théau attaquant de l ‘AS Dragon est un des acteurs de la qualification tahitienne. Il attend son heure comme beaucoup d’autres de son équipe. Même s’ils savent la tâche ardue, les tahitiens espèrent pouvoir profiter des calendriers démentiels des clubs européens et latino-américains pour créer si ce n’est l’exploit, la surprise.

Pour cette première exposition médiatique en mondovision, les Tahitiens pourront s’appuyer sur celui qui pourrait apporter son expérience du football professionnel et européen : Marama Vaihura. Bien qu’il ait peu participé aux phases de qualification, il est pressenti pour apporter son expérience du haut niveau (seul professionnel Tahitien) dans cette aventure que tout une île attend avec ferveur.

Les ambitions de l’île restent tout de même modestes, et les tahitiens savent garder les pieds sur terre, au milieu de toute cette eau ; préserver un score de parité ou un léger avantage à la mi-temps, qui sait, serait dejà un bel accomplissement. Mais au fond d’eux, au fond de nous, ils savent et nous savons ce que le football peut apporter à ce genre de moments…le football est ainsi fait et la légende du « petit-poucet », d’aussi loin vient-il peut toujours faire rêver tout un continent ou une petite île isolée de l’océan pacifique.