Débats Sports

Mailbag : les Cavs sur la bonne voie ?

On est de retour avec notre mailbag. Vous pouvez nous envoyer vos questions en fin de semaine sur notre compte Twitter et on y répond ici-même. Depuis la dernière fois, les Cavs ont enchaîné six victoires de suite avant de s’incliner face aux Raptors. Ils restent à quatre matchs des Hawks, désormais huitièmes.

Quand on regarde le profil de Spencer Hawes, ce que l’on remarque en premier, c’est qu’on a là un pivot de 2m16 capable de tirer à trois points et de passer le ballon au poste haut. Il apporte du spacing et je pense que c’est ce qu’il manquait avant tout aux Cavaliers en attaque. Tristan Thompson et Anderson Varejao se marchent dessus et Tyler Zeller finira éventuellement par jouer plus proche du panier.

Lors de ses débuts contre les Raptors, on a tout de suite vu que l’attaque était plus fluide avec lui. Jarrett Jack a demandé un écran, Hawes est venu le poser avant d’aller se placer à la ligne des trois points. De cette manière, le défenseur a suivi Jack et l’a laissé ouvert.

Jack Hawes pick pop 1

On voit que Jonas Valanciunas s’attend à ce que Hawes s’installe dans la raquette. Au lieu de ça, il va poser un écran et s’écarter.

Jack Hawes pick pop

Terrence Ross, pris par l’écran, est en retard. Valanciunas doit couvrir pour lui mais laisse Hawes ouvert.

Jack Hawes pick pop 2

Jack n’a plus qu’à servir son pivot, complètement ouvert. C’est un simple two-man game, mais efficace. Spencer Hawes peut donc apporter son tir extérieur à cette attaque des Cavs et vous remarquerez que Thompson a la raquette pour lui. Suffisamment d’espace pour lui, si jamais il était amené à jouer le un contre un.

Bien sûr, Hawes a ses défauts. Il n’est pas du tout bon défenseur et possède un côté « soft » qui lui coûtera sûrement des minutes, mais en tant que back up de Zeller, il fait très bien l’affaire. Même s’il n’est ni rapide ni costaud, sa taille importe lorsqu’un joueur tente de pénétrer dans la raquette.

Au final, les Cavs ont récupéré un bon joueur de rotation en échange de Earl Clark, décevant en tant que Cavalier, et Henry Sims qui, s’il fût utile, n’allait pas nous mener bien loin en tant que deuxième pivot.

Il est évident que cette bonne série n’est pas seulement dûe au départ de Chris Grant mais que les joueurs ont compris qu’ils ne pouvaient pas continuer à être aussi immatures et égoïstes. Les discours du nouveau GM, David Griffin, sur le fait de retrouver du plaisir sur le terrain et de jouer l’un pour l’autre ont très certainement affecté les joueurs et ça se voit.

Au cours de la série de six victoires, on a pu observer plusieurs sourires sur le terrain. C’était rare en début de saison. Certains joueurs s’étaient mis une pression inutile sur le dos et semblent à présent en être soulagés. On voit aussi qu’ils se comprennent mieux. Par exemple, lorsqu’un joueur a un shoot ouvert, il verra que son coéquipier est mieux placé et fera l’extra-pass. Cela paraît logique, mais l’on ne voyait pas ça chez les Cavs du début de saison.

L’acquisition de Luol Deng en janvier était vue comme bénéfique pour les jeunes et on commence également à en voir les effets. Les joueurs s’arrachent pour des possessions en plus, ils veulent les rebonds et les balles perdues. Ils comprennent qu’ils ne peuvent pas se permettre de se relâcher et de se dire « on aura un stop défensif après, c’est pas grave ». Les équipes comme les Pacers ou les Bulls peuvent se le permettre. Pas les Cavaliers.

Après, il faut aussi relativiser. Sur cette série de six victoires, les Cavaliers n’ont battu qu’une équipe avec un pourcentage de victoire supérieur à 50% : Memphis. Toutefois, je ne leur retire aucun mérite parce que le match contre Orlando, les Cavs l’auraient perdu en début de saison. Il y a du progrès mais encore un long chemin à parcourir.

Les Cavs sont à quatre matchs des playoffs. Les Hawks, privés de Al Horford, occupent la huitième place et les Bobcats continuent de grimper au classement. Vu la tendance actuelle, les Cavs pourraient se rapprocher de cette place synonyme de qualification en playoffs mais le calendrier ne leur semble pas favorable.

Au mois de Mars, Cleveland affrontera dix équipes au pourcentage de victoires supérieur à 50% (Grizzlies, Spurs, Suns, Warriors, Clippers, Heat, Thunder, Rockets, Raptors, Pacers). Leur bilan contre ces équipes cette saison n’est pas glorieux : seulement trois victoires, et c’était contre des Grizzlies privés de Mike Conley, les Bulls et les Clippers. Il est très difficile de prévoir la suite des événements, mais si les Cavs parvenaient à terminer la saison avec au moins 32 victoires, ce serait un gros progrès.

Contrairement aux Knicks ou aux Nets, il n’y a plus d’attente particulière autour de l’équipe. On n’attend plus d’eux qu’ils se qualifient pour les playoffs mais qu’ils grandissent et montrent des signes de progrès. On est bien loin des prévisions optimistes de l’été dernier, mais disons que passer de 24 victoires la saison dernière à environ 32 cette saison serait déjà un pas en avant.

Pour ce qui est de Deng, l’incertitude plane toujours autour de lui. On disait lors de son arrivée qu’il re-signerait si les Cavs se qualifiait pour la postseason mais je pense que s’ils continuent de jouer comme ils l’ont fait pendant leur série de victoires, il pourrait y réfléchir à deux fois avant de refuser un nouveau contrat.

Ce qui nous amène à cette question. On ne sait pas si Deng est vraiment mécontent. On sait qu’il était proche de Chris Grant et que c’est ce même homme qui lui a présenté le projet de la franchise. C’est normal qu’il soit confus sur sa situation mais je ne pense pas que le trade ait été un échec.

Les Cavs ont envoyé Andrew Bynum et quelques seconds tours pour lui. Attardons-nous sur ces seconds tours. J’ai vu un peu partout que c’était une erreur de la part des Cavs de se séparer de ces TDD (même dans l’échange avec Philadelphia pour Spencer Hawes).

Si ces seconds tour de draft avaient jusqu’alors été conservés par la franchise, c’est qu’ils représentaient des pièces particulières lors de négociations avec d’autres équipes. Cleveland est l’équipe la plus jeune de la NBA. Pourquoi conserveraient-ils ces choix ? Pour amener d’autres jeunes joueurs de rotation inexpérimentés ? Autant les inclure dans un échange afin de récupérer des vétérans tels que Deng ou Hawes.

Cela étant dit, les Cavaliers ont réussi à conserver le second tour du Magic, qui correspondra très certainement au choix 30-33, soit grosso modo un choix de fin de premier tour au contrat non-garanti.

Les joueurs doivent apprendre le plus possible de Luol Deng. On ne sait pas s’il prolongera cet été. Il ne sait probablement pas non plus. Pour le moment, il aide l’équipe à gagner et à grandir, et c’est le plus important.

C’est une très bonne question. La réponse est simple : non. Il apporte juste son énergie et ses dunks mais à part ça il est nul. En défense il perd trop facilement son joueur. Il prend cinq vraies secondes pour déclencher son tir, qui finira inévitablement par une brique. 10 minutes par match pour Alonzo Gee suffisent amplement.