Débats Sports

L’Open 13, un futur ATP 500 ?

Juan-Martin-Del-Potro-Open-13-Marseille_full_diapos_large

Cette semaine les tennismen ont le loisir d’en découdre à Memphis, Marseille ou à Buenos Aires. Si les sud-américains et les terriens ont logiquement choisi de s’aligner sur le tournoi 250 argentin, les autres ont du choisir entre deux tournois sur surface dure en indoor : le Master 500 de Memphis ou le 250 de l’Open 13.

Et le moins que l’on puisse c’est que le plus richement doté en points et en dollars n’est pas le tournoi qui présente le tableau le plus attractif. Si les cadors du top 5 sont au repos ou en Argentine pour David Ferrer, les 5 autres membres du top 10 ont tous décidé de s’inscrire à l’Open 13.

Sont présents à Marseille, Tomas Berdych, Jo-Wilfried Tsonga, Juan Martin Del Potro, Janko Tipsarevic et Richard Gasquet. Le tableau est en outre densifié par la présence de pas moins de 5 des jeunes champions suivis cette saison par Débats Sports. Benoît Paire, Bernard Tomic, David Goffin, Martin Klizan et Jerzy Janowicz ont fait le choix du tournoi français alors qu’un engagement sur le tournoi américain de Memphis leur aurait réservé davantage d’opportunités de marquer des gros points au classement ATP. Ces derniers ont privilégié le tournoi marseillais afin de profiter de la possibilité de se confronter aux meilleurs joueurs du circuit. Certainement le meilleur moyen d’assurer leur progression. Enfin, on notera que figurent également sur le tableau marseillais, Gilles Simon, Ernest Gulbis, Jarkko Nieminen, Gaël Monfils et Nikolay Davydenko.

Pourtant classé parmi les 11 tournois qui rapportent 500 points à leur vainqueur, les organisateurs du tournoi de Memphis peuvent jalouser leurs homologues marseillais. Les têtes de séries du tournoi américain sont nettement moins séduisantes. Aucun top 10 ne s’est engagé à Memphis et seuls trois top 20 sont en lice : Marcin Cilic, Milos Raonic et John Isner.

Plus significative encore, la comparaison entre les parcours théoriques auxquels devront faire face les têtes de série n°1 de chacun des deux tournois révèle le gouffre qui séparent les deux tournois en terme de densité. Ainsi, là où Marcin Cilic pourrait remporter un titre et 500 points ATP en disposant successivement de Dodig, Sijsling, Nishikori, Dolgopolov et Isner (ou Haas) la tâche de Bedych semble autrement plus compliquée. Le tchèque devra en découdre avec un Ernest Gulbis dont le talent n’a d’égal que sa non chalance, Jerzy Janowicz ou Julien Benneteau récent finaliste du tournoi de Rotterdam où il a éliminé un certain Roger Federer, Janko Tipsarevic, puis Juan Martin Del Potro ou Jo-Wilfried Tsonga.

Face à de telles inégalités de talent et de densité, les organisateurs de l’Open 13 pourraient bien espérer voir leur tournoi être catégorisé en ATP 500 et non plus seulement en 250. En effet, contrairement aux Masters 1000, les Master 500 au nombre de 11 cette saison peuvent changer d’une année sur l’autre. Et aux vues des tableaux des deux tournois Indoor de la semaine, le plus relevé ne se trouve manifestement pas aux Etats-Unis.

Le changement de catégorie de l’Open 13 et du tournoi de Memphis ne chamboulerait pas le paysage du tennis mondial mais apporterait un peu plus de cohérence au plateau des tournois français. Déjà que la France présente la particularité d’organiser le Masters 1000 le moins relevé de l’année, il n’est nul besoin de le compenser par le tournoi 250 le plus relevé.

 

Etats-UnisFrance
Grand ChelemUS OpenRoland Garros
Masters 1000Indians Wells, Miami, CincinnatiParis Bercy, Monte Carlo (?)
Masters 500Memphis, Washington
Masters 250Atlanta, Delray Beach, Houston, San José, Winston Salem, NewportMarseille, Metz, Montpellier

  • harryterri

    La théorie est intéressante mais pour les joueurs, il faut savoir qu’enchainer plusieurs 500 en février est impossible. Il y a clairement une tournée Nord-américaine et une tournée européenne.

    La première regroupe San José, Memphis et Delray Beach tandis que la seconde regroupe Montpellier, Rotterdam et Marseille. Chacune de ses deux tournées regroupe 2 ATP 250 et un ATP 500. Or, le joueur malin (qui souhaite faire les 2 ATP 500 et tenter de gagner 1000 points en deux semaines) devra faire un vol Rotterdam-Memphis en un week end et gérer un décalage horaire important. Tellement important qu’il me semble impossible de faire le doublé Rotterdam/Memphis.
    Par conséquent, mettre 2 ATP 500 sur la tournée européenne et aucun sur la tournée américaine et il sera certain que les tournois américains seront réellement délaissés par les joueurs.

    Ensuite, il est clair que le plateau de l’Open 13 de cette année est aisément à la hauteur d’un 500. Quitte à dégrader Rotterdam pour promouvoir Marseille ?

    • Merci pour ton commentaire Harryterri.

      Naturellement, en l’état il est inenvisageable que des joueurs parviennent à être performants sur les deux ATP 500 de Rotterdam et de Memphis. Et comme tu le soulignes fort à propos Memphis et Rotterdam sont le moment fort de deux tournées distinctes, auxquelles on peut rajouter une tournée latino-américaine.
      En ce qui concerne Memphis, je ne suis pas certain que la dégradation de son statut entraîne des conséquences si importantes que cela sur la tournée nord-américaine. Depuis déjà une grosse poignée d’années, ces tournois ne sont disputés pour l’essentiel par des joueurs nord-américains. Et pour cause avec les deux Masters 1000 du mois de mars, ceux qui souhaitent disputer la tournée de San-José, Memphis, Delray Beach s’engagent à rester 2 mois en Amérique.
      Cette tournée correspond à un moment historique du tennis qui n’est plus conforme à la réalité. Les américains ne disposent plus de joueurs majeurs du circuit et leur densité de talents est relativement faible. D’autant plus que le classement de certains est artificiellement gonflé par la prépondérance des tournois à domicile.

      L’Open 13 doit définitivement être revalorisé, tant son tableau est nettement plus dense que celui de Memphis ces dernières années. Le nom des 5 derniers vainqueurs des deux tournois est à ce titre éloquent : Del Potro, Soderling, Tsonga, Llodra, Murray soit 2 vainqueurs de GC, deux finalistes et un spécialiste contre Melzer, Roddick, Querrey, Roddick, Darcis, soit Andy Roddick et le néant…