Débats Sports

Les carnets de scout de Débats Sports : Isaiah Austin

Alors que la March Madness approche, le début de saison NCAA a permis aux aficionados de la NBA d’avoir des premiers éléments de réponse à leur question annuelle : Quel universitaire pourra s’imposer comme le visage de la franchise qui le choisira à la fin du mois de juin ?

Il est encore tôt pour affirmer l’identité des premiers appelés mais nous avons tout de même choisi de vous présenter quelques têtes d’affiche. Tout au long de la semaine, nous vous livrerons les carnets de scouts de notre draftologue au rythme d’un prospect par jour, avant d’envisager quelles pourraient être leurs franchises d’accueil.

 

Isaiah Austin

 

Austin est assurément le joueur de la liste qui divise le plus les scouts.

Proche du profil physique d’un certain Rudy G., le Bear atteint les 7 pieds et possède des bras d’une rare longueur propres à faire saliver les scouts de l’Oncle Sam, malgré une silhouette très maigre.

Compte-tenu de ces atouts, l’on pourrait s’attendre à ce que l’intérieur de Baylor tire parti de son avantage de taille en jouant proche du panier voire en travaillant son jeu dos au panier .

Oui mais voilà, la génétique a ses raisons que le prospect ignore.

Le Bear de Baylor n’hésite pas à s’écarter pour shooter, parfois derrière la ligne des 3 points et son tir n’est certes pas dénué de qualité mais il y a fort à parier que ses futurs coaches inciteront cet ailier fort coincé dans un corps de pivot à se rapprocher du panier.

Son cas n’est d’ailleurs en ce sens pas sans rappeler celui d’un autre français, un certain Alexis A., évoluant à un bon niveau en Alsace actuellement après un passage compliqué aux Charlotte Bobcats et aux Dallas Mavericks.

Le jeu face au panier est très en vogue aujourd’hui et le jeune Isaiah a succombé à ses sirènes.

Quand il ne se cantonne pas au registre du post-up, Austin se retourne quasi systématiquement pour essayer de prendre son adversaire de vitesse avant de conclure l’action par un hook plus ou moins inspiré selon les matchs.

De plus, le prospect a la fâcheuse tendance d’initier, à chaque réception du ballon, une feinte ou deux, avant d’entamer sa course vers le panier, ce qui le rend très prévisible. Surtout, un tel tic nécessite des qualités de meneur – vision du jeu, passe et dribble – que le pivot de 7 pieds ne possède logiquement pas.

Sa défense ne peut être qualifiée autrement que de défectueuse, malgré son envergure, et il se fera dévorer tout cru en NBA à coup sur s’il ne travaille pas son physique afin que ce dernier se rapproche de celui de Javale McGee qui possède le même morphotype.

En effet, un intérieur qui explose à chaque coup d’épaule en NCAA n’a pas beaucoup d’avenir face aux gabarits de la grande ligue s’il ne procède pas aux ajustements nécessaires en salle de musculation.

Pourtant, ses bras restent de formidables armes pour gêner l’attaquant adverse et récupérer les rebonds des deux côtés du terrain, sans compter le fait qu’ils facilitent les contres.

En définitive, Austin doit se concentrer sur deux points. Dans un premier temps, il doit absolument gagner du volume et se muscler pour tenir le choc et ne pas constituer une faille facilement exploitable par l’équipe adverse à l’échelon supérieur. Puis, il doit faire l’apprentissage de son corps puisqu’il ne sait pas encore suffisamment comment tirer avantages de ses capacités.

Mais le problème surdéterminant est mental dans la mesure où le prospect doit accepter son poste de pivot et se résoudre à la bagarre dans la raquette qu’il réprouve probablement dans son for intérieur.

S’il ne le fait pas, il ne deviendra pas plus qu’un Matt Bonner, et moins encore en raison de son incapacité à défendre.

Or, le Bear peut viser bien plus haut que le statut de role player du Spur, si bon soit ce dernier dans cette tâche par ailleurs.

C’est tout le mal que nous souhaitons à ce profil intéressant.

Stats : 14, 3 points à 50,3%, dont 37,2 % à 3 points, 8,9 rebonds dont 2,8 offensifs en 31,2 minutes

Demain, nous tenterons une prospective en vous livrant les probables point de chute des 8 prospects que nous vous avons présenté cette semaine.