Débats Sports

L’effet Balotelli

Depuis le « dégraissage » de Barbara Berlusconi, au sein de l’équipe du Milan AC et les départs de Top Players (Zlatan, par exemple ou Seedorf, parmi tant d’autres), les tifosi manifestaient leur mécontentement aux vues des recrues plus ou moins étincelantes qui ont rejoint le club Lombard l’été dernier.

De Acerbi, défenseur du Chievo, qui aura fait une pige de six mois avant d’être restitué à son club, en passant par le duo franco-français Traoré/Niang, le jeune espoir Polonais Salamon (Brescia), ou encore Zaccardo (Parma). Les tifosi étaient en mesure d’attendre des recrues de niveau mondial, comme en a toujours connu le prestigieux club aux sept trophées obtenus en Champion’s League. Mais silence radio à Milanello, le mot d’ordre étant de faire des économies. Milan se reconstruit, lentement…

Saisir l’opportunité au vol

Pendant ce temps, à des milliers de kilomètres de là, une altercation avait lieu en Angleterre, jusque là rien d’anormal ou de bien passionnant si ce n’est que la rixe opposait deux italiens. L’un, coach de Manchester City et ancien joueur international, Roberto Mancini et l’autre, joueur international en activité, Mario Balotelli.

Très contesté à City, toujours la cible des tabloïds et plus présent dans les rubriques « people » que dans les pages sports,(excès de vitesse, soirée arrosée, « soi-disant paternité non assumée », comportement désinvolte) c’en était trop pour l’état-major des Citizens. Cette rixe en interne était la goutte de bière qui fit déborder la pinte….

Mario Balotelli dont Adriano Galliani (Vice-président du Milan AC) faisait déjà des éloges en novembre dernier: «J’aime profondément Balotelli, mais certains amours ne se concrétisent pas dans une vie». Et surtout le prix demandé par Manchester City (60M€) est trop élevé pour les Rossoneri en quête de stabilité financière.

Entre info et intox, déclarations de mauvais genre de Berlusconi, faisant le parallèle entre Mario et une pomme pourrie («Mettez une pomme pourrie dans un panier et elle contaminera toutes les autres pommes ») et les démentis de City qui nie avoir quelque contact que ce soit avec le Milan. Personne ne savait s’il y avait vraiment un intérêt de la part du Milan et de City de trouver un commun accord.

Galliani réussira à faire baisser les enchères de 55M€ à 35M€. City négociera pour 37M€. Fin de transmissions.

Puis le 27 Janvier on apprend que l’affaire est conclue et signée pour…20M€.

Galliani, comme à l’accoutumée a négocié le joueur à prix d’or et a mis fin à cette négociation.

Arrivé en véritable rock-star à Malpensa, l’aéroport de Milan, Balotelli a très vite pris ses repères dans l’effectif Milanais, riche d’internationaux italiens cotoyés durant l’Euro 2012 (Montolivo, Abate, El-Shaarawy(u21), Pazzini, Nocerino).

Les débuts de Super Mario

Pour sa première apparition sous le maillot Rossonero contre l’Udinese, Balotelli marquera par deux fois (dont un pénalty). Des débuts prometteurs…

Puis les résultats s’enchaînent, buteur à Cagliari, buteur contre Parme, buteur au Genoa et auteur d’un doublé ce week-end contre Palermo (dont un pénalty). 7 buts en 6 rencontres sous ses nouvelles couleurs et un module en 4-3-3 où il occupe la pointe de l’attaque flanqué d’El-Shaarawy d’une part et M’Baye Niang d’autre part. Le jeune trio évolue la crête haute et SuperMario semble avoir trouvé sa place au sein du club.

Balotelli, Top Player ?

Sa présence à Milan apporte bien plus que des buts, il apporte aussi son arrogance, son égo-centrisme, son charisme et son assurance , tout ce qu’il manquait au Milan cette saison.

L’arrivée en janvier de Mario Balotelli a métamorphosé un groupe frileux et en perte de confiance. L’équipe peut désormais s’appuyer, en plus du Faraone, sur Balotelli. La confiance grandit et les résultats s’en suivent.

L’ambiance évolue également et Mario apporte sa jeunesse, son état d’esprit « grand-enfant ». On se rappelle de cette image de Balotelli avec sa compagne, Robinho et d’autres en train de faire des « pogos » en tribune VIP lors de la victoire 2-0 à San Siro contre le Barça. Du jamais à San Siro….

Depuis, en Serie A, le Milan est invaincu en 2013, a enchaîné 11 matchs consécutifs sans défaite et engrangé 27 points sur les 33 possibles (7 victoires et 3 matchs nuls). Le grand Milan est la meilleure équipe de la Serie A en 2013.

Mario Balotelli, Top Player ?

De par les résultat et la métamorphose du club et du vestiaire, il semblerait que, oui, Balotelli est un Top Player.

Même lui a pour l’instant et a priori changé de comportement, hors et sur le terrain. Le retour au pays, dans un club qu’il affectionne particulièrement semble lui avoir fait du bien. A seulement 22 ans, il pourrait avoir encore une marge de progression dans son jeu et notamment dans sa relation avec ses coéquipiers. Balotelli est un redoutable soliste mais doit encore progresser collectivement.

Aucun doute, Milan a fait une très bonne affaire et Balotelli a fait un bon choix.

Le club est désormais à la lutte pour le podium et une place en Champion’s League l’an prochain, alors qu’il pointait à la 17ème place en octobre.

Milan s’est renforcé et s’est trouvé un nouveau héros. Ce héros, c’est SuperMario

  • Bon article mais il faut souligner que Milan n’en serait pas là sans El Shaarawy. L’arrivée de Balotelli a fait du bien mais le Pharaon a porté le club à bout de bras pendant toute la première partie de saison et continue à livrer de bonnes prestations.

    Attendons de voir si son pays natal et son club de cœur l’empêcheront de faire n’importe quoi, à ce Mario. Le point positif, c’est qu’il n’a pas crashé sa voiture à son arrivée à Milan.

    Mais ce Milan-là peut-il battre la Juve ? Cette année, peut-être. L’année prochaine, sans renforts, ça sera extrêmement compliqué.

    • Basto nous avait déjà éclairé sur le rôle de El Shaarawy il y a quelques semaines déjà : http://debats-sports.com/le-milan-nouveau-est-arrive/
      Sans regarder les matchs du Milan (donc cela demande confirmation) mais il est presque certain que la présence d’un Balotelli sur le front de l’attaque permette à El Sharaawy d’être dégagé d’un peu de pression.

      Le véritable enjeu pour Milan sera de voir s’ils sont capables de gérer le cas Balotelli sur le long terme. Sans les cadres et sans figures tutélaires du club dans le vestiaire (si ce n’est Ambrosini) la tâche risque d’être difficile. Mais le pari valait le coup d’être tenté surtout au prix (et aux modalités de paiements)
      auquel l’affaire c’est conclue.

      Pour battre la Juve cette année je n’y crois guère, ils ont quand même 11 points de retard les Lombards. (Désolé Basto). Mais terminer deuxième est à leur portée. La transition de modèle économique aura alors été bien gérée sur le plan sportif.

      • Oui, j’ai oublié de le dire mais c’est évident qu’un Balotelli soulage El Shaarawy. Il est charismatique, talentueux et alimente régulièrement la presse à scandales, donc forcément on se concentre moins sur le Pharaon. Je me souviens encore comment certains lui sont tombés dessus après un ou deux matchs ratés alors qu’il était meilleur buteur du championnat.

        On verra si Balotelli arrive à se canaliser (ou si Berlusconi et Galliani arrivent à le canaliser) mais c’est un excellent joueur et j’espère vraiment qu’il va se calmer parce que je pense qu’il a le potentiel pour devenir un des meilleurs à son poste. Même si certaines de ses frasques me font bien rire.

        Cette année, ça risque d’être difficile de battre la Juve mais c’est une équipe qui peut éprouver quelques difficultés à gagner les matchs contre les petits. De plus, s’ils parviennent à continuer leur parcours en Ligue des Champions (qui est l’objectif), ils risquent de laisser des forces.
        L’année prochaine, Llorente va arriver et les bianconeri risquent d’asseoir un peu plus leur domination sur le championnat, pour mon plus grand plaisir. 🙂

        • Bastomartini

          Effectivement, je n’ai pas arlé d’El-Shaarawxy, qui a bel et bien porté le Milan à bout de bras sur une demie-saison. Comme je l’avais dis, avant ce mercato, il était urgent de lui trouver une doublure, ou un attaquant, pour effectivement le soulager. Et on a vu fin décembre, début janvier, le « coup de moins bien » du Faraone. L’arivée de Balotelli est arrivée à point nommé( merci Galliani) et je voulais mettre en evidénce tout ce que peut et pourra apporter Mario au Milan. Et pour l’instant c’est du positif.

          Pour ce qui est du classement Gajs, effectivement la deuxième place est devenue l’objectif du club, la Juve, à 11 points, est d’ores et dejà loin, sauf si la Champion’s les déstabilise physiquement et mentalement, mais connaissant la hargne et la volonté de Conte, ils ne lacheront rien et joueront tous les derniers matchs comme des finales.

          L’an prochain….l’an prochain…;trop peu d’infos sortent, et je suis pret à miser, sur une stabilité et continuité de l’effectif, déjà rajeuni.
          De Sciglio, Montolivo, Balotelli, Niang, Il Faraone.

          Personnellement, j’aimerais Marchetti dans les cages pour remplacer (l’excellent mais vieillissant ) Abbiati et on se doit de trouver une charnière centrale sur du long terme, afin d’arreter les séries genre 15 matchs consécutifs avec une défense différentes.

          Mais bon avec tonton Silvio et tonton Galliani , il faut s’attendre à tout!

          • Je pense également que la Juve sera championne mais bon, avec la Champion’s League et leur problème face aux petites équipes, on ne sait jamais. Connaissant Conte, au bout d’un ou deux mauvais résultats, il va pousser une gueulante et le titre leur reviendra, certainement.

            Oui, c’est clairement l’objectif des dirigeants : rajeunir l’effectif. D’ailleurs, j’aime beaucoup Abate et il était censé partir au Zénith pour laisser la place à De Sciglio. Impossible que De Sciglio s’impose à gauche et que Abate garde sa place à droite ?
            Pour Niang, il est plutôt bon à droite mais c’est un buteur donc peut-être voudra-t-il jouer à son vrai poste…

            L’excellent Abbiati ? Je veux bien que tu sois un milanista mais quand même, n’en fais pas trop…^^
            Marchetti est très bon mais la Lazio ne voudra certainement pas s’en séparer. Oui, il est impératif pour Milan de se trouver une vraie charnière centrale parce que Yepes a 37 ans et Mexès n’est que moyen…

          • De toute façon, on en saura un peu plus sur les possibilités du Milan à l’issue des 4 prochains matchs : après un déplacement au Chievo, le Milan joue contre la Fiorentina à Florence, reçoit Naples puis se rend à la Juve. A l’issue de cet enchaînement, Milan peut tout aussi bien être deuxième et avoir remis un peu de pression sur la Juve pour les dernières journées, comme être quatrième derrière la Viola. Putain, la série A c’est la Ligue 1.

          • Trois matchs difficiles. La Fio ça joue très bien et c’est dur de gagner là-bas, Naples c’est costaud aussi (et Cavani peut faire des miracles) et puis la Juve quoi…

            La France et l’Italie ont toujours été des frères ennemis du football donc c’est pas très étonnant qu’il y ait des ressemblances. Mais y a quand même un meilleur niveau en Serie A bien que le scénario ressemble effectivement à la L1.

  • Le retour de la Fiorentina condamne finalement le Milan à jouer les accessits.
    Sébastien te voilà rassuré pour la Juventus de Turin? D’autant plus que leur parcours en Ligue des Champions ne devrait plus les distraire…