Débats Sports

Le champion du monde des départs est…

Depuis la mi-saison, Débats Sports actualise son classement des meilleurs départs en Formule 1. Particulièrement utile aux parieurs du dimanche, le classement des pilotes prenant les meilleurs départs en Formule 1 n’en est pas moins dénué d’intérêt sportif. Pour ce classement final, nous vous livrons un tableau présentant à la fois, le positionnement moyen sur la grille, le nombre de places gagnées ou perdues au cours des 19 départs de la saison (18 pour Romain Grosjean et Timo Glock), ainsi que le classement pondéré par le nombre de points assignés à chaque position.

Autrement dit, la seconde colonne montre le nombre de places gagnées ou perdues en valeur absolue. Sans surprise à ce jeu, ce sont les pilotes des écuries les plus mal classées sur la grille de départ qui trustent les premières places. L’allemand Timo Glock a gagné 45 places en 18 départs. S’il est en mesure de gagner de si nombreuses positions au départ, c’est qu’en s’élançant depuis les tréfonds de la grille, il profite à plein des ennuis et accrochages qui affectent les pilotes mieux placés, tout en réduisant le risque de perdre des positions. On y retrouve toutefois déjà un Felipe Massa sur le podium.

Le classement pondéré est quant à lui bien plus significatif. Il fait place aux deux pilotes de la Scuderia. Felipe Massa et Fernando Alonso ont ainsi compensé les difficultés des Ferrari en qualifications par la récurrence de leurs bons envols. Avec 52 points (théoriques) gagnés lors de ses 19 envols, Fernando Alonso peut alors se targuer du titre de champion du monde des départs de Formule 1. Il devance son coéquipier (+40) et Niko Hulkenberg (+24).

La pondération des places gagnées et perdues par le nombre de points qui leur sont affectées permet d’éviter l’écueil de la surreprésentation des pilotes de fond de grille. Ces derniers sont toutefois en mesure de maintenir leur score à l’équilibre, dans la mesure où ils n’ont jamais été en situation de perdre des points théoriques. On les retrouve donc en milieu donc en milieu de grille.

Meilleurs départs en Formule 1 (2012)

PositionPiloteEcuriePosition moyenne sur la grillePlaces gagnées / perduesPoints gagnés / perdus
1Fernando AlonsoFerrari6,4+14+52
2Felipe MassaFerrari9,75+34+40
3Niko HulkenbergForce India11,25+10+24
4Jenson ButtonMcLaren Mercedes6,45+4+22
5Paul Di RestaForce India11,45-8+17
6Kimi RaïkkönenLotus7,55+14+16
7Sebastian VettelRed Bull Racing5,25+7+13
8Michael SchumacherMercedes8,95+15+13
9Sergio PérezSauber12,1+33+7
10Komui KobayashiSauber11,7-4+7
11Jean Eric VergneToro Rosso16,65+11+7
12Bruno SennaWilliams14,55-16+6
13Heikki KovalainenCaterham18,9+37+1
14Daniel RicciardoToro Rosso14,8-40
15Charles PicMarussia21,75+270
15Timo GlockMarussia21,05+450
15Vitaly PetrovCaterham19,7+120
15Narain KarthikeyanHRT23,45+340
15Pedro De La RosaHRT22,4+200
20Pastor MaldonadoWilliams8,7-1-11
21Lewis HamiltonHamilton4,2+2-12
22Mark WebberRed Bull Racing5,45-1-14
23Nico RosbergMercedes9,35+1-21
24Romain GrosjeanLotus7,58-95-48

Les pilotes Force India ont su se montrer opportunistes. Malgré un nombre de places gagnées relativement décevants (+10 et -8), les deux pilotes de l’écurie indienne se hissent dans le top 5 de notre classement. Les différences entre les deux classements sont particulièrement criantes quand on compare les performances des deux pilotes Sauber. Alors que Kamui Kobayashi a perdu sur les 19 départs, 4 positions, là où son coéquipier en a gagné 33, tout en partageant un positionnement moyen sur la grille sensiblement identique, les deux pilotes présentent le même bilan comptable dans le classement pondéré. Loin d’être une incongruité statistique, cette donnée n’est qu’une illustration supplémentaire de la fragilité de Sergio Pérez quand l’enjeu s’accroît. Quand il est au fond de grille, Pérez est l’auteur de départs fulgurants, sa prise de risque s’avérant souvent payante. Quand il est mieux positionné, il est moins à l’aise que son coéquipier. Un fait pas anodin quand on sait que le mexicain remplacera l’année prochaine Lewis Hamilton dans le baquet d’une McLaren Mercedes.

Ce dernier paie son positionnement sur les premières places de la grille et une certaine tendance à ne pas profiter de la pole position dans notre classement pondéré. Mark Webber confirme quant à lui que les envols ne sont pas sa première qualité.

Romain Grosjean occupe la dernière place du classement. Si son contrat n’a toujours pas été prolongé chez Lotus l’explication est à rechercher du côté des doutes de l’écurie sur la capacité du pilote français de se remettre en question. Sans ses problèmes chroniques à l’extinction des deux, Romain Grosjean est un pilote de premier plan.

A moins que ce dernier ne cherche à s’entraîner pour exceller sur le prochain Need for Speed.

 

 

Les précédents classements des meilleurs départs en Formule 1 : Classement après le Grand Prix d’ItalieClassement après le Grand Prix du Japon.

  • Emir

    Avec ton joli tableau, on voit vraiment que ce que fait Grosjean est assez scandaleux, au vu du potentiel de sa monoplace. DOmmage, il a certainement laissé filer sa plus belle chance de percer.

    Sinon, Ferrari a bel et bien limité la casse par rapport aux concurrents, qui se plaçaient toujours mieux sur la grille de départ. Et on voit vraiment le gâchis que représente Hamilton. Les problèmes techniques et sa tête dure l'empêchent de décrocher un titre qui aurait dû lui être promis. Sa place moyenne sur la grille est fantastique, sa McLaren est bien en avance sur le reste du paddock. Son départ chez Mercedes devrait le reléguer au second plan …

    • Grosjean gâche une sacré pointe de vitesse. Son problème est quand même profond. Alors qu'il se sait en sursis, il a réussit l'exploit de faire un tête à queue à Austin avant d'être pris dans un accrochage, puis de ruiner sa qualif à Interlagos en percutant De La Rosa. Plus encore que son excès d'agressivité au volant, son absence de remise en question, son refus de faire son autocritique (quand bien même il reconnaît des erreurs il se sent obligé à chaque fois d'introduire des éléments de nuance) qui fait s'interroger Lotus sur l'opportunité de le prolonger.

      Lotus devrait quand même le renouveler mais certainement avec un contrat spécifique. Il apporte des soutiens financiers importants, et les pilotes encore sur le marché à part Kovalaïnen ne donnent pas non plus d'énormes gages de sureté. Je ne serai pas étonné de voir Lotus lui proposer un contrat à objectif.

      Sur la Ferrari, la régularité des départs canons des deux pilotes montrent quand même que la monoplace était la plus efficace dans l'exercice. Alonso a lutté jusqu'au bout pour le titre notamment en raison de cette capacité à compenser des qualifications moyennes (au final pas si terribles que cela quand on regarde le positionnement moyen sur la grille cette saison).

      En ce qui concerne Hamilton, McLaren, son absence de réussite, et son départ chez Mercedes cela mériterait des développements plus substantiels. Mais, la McLaren n'était, à mon sens, pas la meilleure auto cette saison pour la bonne et simple raison qu'elle était pas assez fiable (au contraire de la Ferrari, remarquable de fiabilité). Hamilton hormis à Valence n'a pas commis d'erreurs aussi grossières que la saison passée. Son départ chez Mercedes est le bon choix. En 2013 il devrait souffrir, en 2014 il sera certainement loin devant les McLaren. Je formulais quelques arguments en ce sens, au moment de l'annonce de son transfert : http://debats-sports.com/que-nous-apprennent-les-

      Bref ton succinct commentaire appelle de nouveaux articles F1 sur Débats Sports.