Débats Sports
Don't Miss

Game 5 du 1er Tour : Atlanta Hawks (3) 107 @ 97 (2) Indiana Pacers

Game 5

Atlanta Hawks (3) 107 @ 97 Indiana Pacers (2)

            C’est le moment. Il fallait enfoncer la tête des Hawks sous l’eau, à la maison, sous les clameurs d’un public qui nous aura quand même pas mal déçu cette année, capable d’acclamer, siffler et applaudir à nouveau son équipe dans la même heure. Et on ne l’a pas fait. On s’est fait assassiner par un maquereau et un manager.

Sérieux, ce type avec des smileys sur le bras nous a assassiné...

Sérieux, ce type avec des smileys sur le bras nous a assassiné…

Pourtant, le premier QT était plutôt bon. Ca combinait bien en attaque comme en défense, on rentrait des 3Pts. Les Hawks répondaient bien, le match était très agréable. En plus, Roy Hibbert était sorti pour 2 fautes très vite… Les Pacers finissent le QT en menant 21-20. Et là, c’est le drame. Tout droit sorti de The Office, Mike Scott enchaîne 5 tirs primés à la suite (la défense Pacer n’est cela dit pas à épargner, le laissant prendre feu avant de subir sa précision ensuite), pendant que Shelvin Mack score aussi de son côté (plus sur la durée, quant à lui). Les Pacers ne rentrent rien en face et encaissent donc un cinglant 41-19 sur le 2e QT. Le mal est déjà fait, l’écart est déjà trop important. 61-30 à la mi-temps, on en a déjà gros sur la patate.

 

Vous pouvez alors penser que la 2e mi-temps n’a servi à rien, un gros Garbage Time de 28 minutes ? Eh non ! Alors que les Hawks prennent jusqu’à 30 points d’avance, les Pacers restent franchement indigents. A ce moment-là, Frank Vogel décide de faire rentrer Chris Copeland et ÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔ SURPRISE, les Pacers se mettent à jouer mieux et reviennent à une vitesse folle à une distance acceptable. Charles Akeem Watson permet même de revenir à 9 points pendant que les Hawks ne peuvent qu’accuser le coup. Mais Kyle Korver n’est pas le Pacer Killer pour rien. Il anéantit tout chance de comeback fabuleux avec un 3Pts cruel et juste, avant que Lance Stephenson ne plante un layup entre l’arceau et le panneau et que David West loupe des lancers francs. Que voulez-vous faire avec ça ? Too little too late. Fuck it.

 

            Les Pacers perdent donc une troisième fois (deux fois dans ses playoffs) à la maison face à des Hawks qui ne sont plus qu’à un match de l’upset. Mais attention. Rien n’est joué et il faut pour cela que les Pacers aillent gagner une nouvelle Bataille de Géorgie, jeudi à 1h00. LET’S GO, PACERS. NEVER GIVE UP. On n’a pas fait tout ça pour aller se planter au 1er tour.

 

 

Bulletin

Mr. Quik Man of the Game :

 Paul George

         GEORGE Paul : S’il y en a un qu’on ne peut pas blâmer hier, c’est lui. Mis à part deux ou trois Iso dignes de ce tocard de Melo, c’était très bien. Il fait d’excellents playoffs. Dommage que ça ne suit pas derrière lui. Keep up.

 

Bien :

 

VOGEL Frank : Il mérite moins, mais comme on est optimistes, on pense qu’il a compris comment faire bien jouer son équipe face aux Hawks. Le 4e QT était un modèle d’attaque placée. Il ne peut pas rentrer les lancers à la place de West.

 

WEST David : En temps normal, ce serait une très bonne performance. Mais quand tu es David West, tu n’as pas le droit de manquer autant de lancers à ce moment-là du match. Grosse vision du jeu.

 

STEPHENSON Lance : On a eu le bon Lance, le Lance Superman et surtout le Lance qui devient complètement fou. Il manque un layup de manière spectaculaire et sonne la fin du retour des Pacers. Mais il FAUT le resigner l’année prochaine.

 

COPELAND Chris : Enfin utilisé par Frank Vogel, il n’était pas chaud pour commencer et a loupé 2 shoots ouverts. Mais il a permis à l’attaque des Pacers d’écarter le jeu et… CA A MARCHE ! Il est donc indispensable pour le Game 6.

 

WATSON Charles Akeem : Il n’a pas semblé être bon hier, mais quand on regarde ses stats (15 Pts à 6-10, 0 TO), son +/- et surtout son temps de jeu (le comeback d’Indy), il a beaucoup servi. Notre meilleur recrutement, on le répète.

 

Moyen :

 

HILL George : Mouais. Y a du scoring, des assists, mais jamais réellement à des moments décisifs. Une performance un peu fade d’un type qui est un réel diapason de l’effectif. Allez, on se réveille pour la 6e manche. Mack killed him.

 

MAHINMI Ian : Ce n’est pas une série pour les pivots. Dommage, la doublette Hibbert – Mahinmi, c’est franchement bon dans son genre. Mais que voulez-vous qu’il fasse face à un Pero Antic qui fait n’importe quoi tout seul?

 

Mauvais :

 

HIBBERT Roy : Ça fait un peu mal au cœur, mais sur ses 12 minutes, Roy Hibbert n’a ni point ni rebond. Au fond du trou. Un joli contre, cela dit. Mais non, on attend mieux. Vivement le 2nd tour et un pivot adverse, si 2nd tour il y a.

 

SCOLA Luis : -16. En 8 minutes. Seriously. 2 points dans la gueule par minute. Sa défense horrible a permis à Mike Scott de prendre chaud et d’assassiner les Pacers. Tant pis. Un match loupé sur 5. Il faut/va rebondir.

 

TURNER Evan : -14. En QUATRE minutes. Sérieusement, putain. Il en a pris plein la gueule et n’a rien apporté. S’il a joué 4 minutes, il y a bien une raison. Frank Vogel a pu stopper l’hémorragie.

 

 

On va donc jouer pour ne pas rentrer la queue entre les jambes. Total soutien.

[themoneytizer id=15816-16]