Débats Sports
Don't Miss

Episode 3/82 : Cleveland Cavaliers (1-2) 74 @ 89 Indiana Pacers (3-0)

Nous sommes forts, comme David West. Nous sommes beaux, sauf Luis Scola. Et nous sommes sur deux victoires de suite. Hier soir, les Cleveland Cavaliers venaient nous arrêter en plein helicopter dick, au Bankers Life Fieldhouse ? Y sont-ils parvenus ?

        Respectons-nous comme nous respectons nos lecteurs, pas de suspense qui ne sert à rien. Bien sûr, les Indiana Pacers ont battu les Cleveland Cavaliers, sur le score de 89-74.

         Le match a très mal commencé avec l’annonce de l’absence du Cavs Killer George Hill, blessé à la hanche dans l’après-midi. Les habituels bench players allaient donc devoir sortir une belle performance pour battre une équipe qui aligne Kyrie Irving et Jarrett Jack au poste 1. Et pourtant, Charles Akeem Watson et Donald Sloan (qui est quand même un vrai nom de propriétaire d’une équipe de la ligue, non ?) se sont très bien débrouillés, à défaut de vraiment briller. La première mi-temps est une affaire de chat et de souris. Les Pacers ne parviennent pas à prendre un écart qui leur est pourtant offert par des Cavs qui doivent faire avec un Kyrie Irving absolument pas à son meilleur niveau et le duo Tristan Thompson – Earl Clark aux abonnés absents, alors que David West, qui a énormément de mal en ce début de saison, était en foul trouble. Pourquoi ça ? Eh bien à cause du mal qui frappe les Hoosiers depuis plus de trois ans : les turnovers, incessants, agaçants, pénibles… Solomon Hill en profite pour inscrire le premier panier de sa carrière, dans le plus pur style d’Indiana : une claquette. Les Pacers repartent quand même aux vestiaires avec un avantage de 6 points, 43-37.

         C’est entre le troisième et quatrième QT que les Pacers vont faire l’écart rédhibitoire pour les Cavs, quand Lance Stephenson enchaîne les paniers, entre tir primés et pénétrations rageuses. Il a été exceptionnel hier, pendant que Paul George assumait son statut et scorait tout autant. Les Cavs explosent en défense et tombent face au mur Pacer en attaque. On n’a pas assisté à une 3e block party à proprement parler (seulement 2 blocks pour Hibbert, 2 pour West, 1 pour Solo Hill et 1 pour Ian Mahinmi) mais on a vu une bonne douzaine de shoots contestés et quelques steals au bon endroit, au bon moment. Frank Vogel répondit aux fans de la G2 Zone en offrant à Chris Copeland ses premières minutes de NBA sous les couleurs d’Indy dans les 4 dernières minutes de jeu. Mais si Cope a arrosé sans rien rentrer (le seul joueur d’Indy scoreless), c’est Rasual ”Motherfucker Zuul” Butler qui s’est montré à son avantage, en rentrant son premier 3Pts. Mike Brown a donné un peu de temps de jeu (moins de deux minutes) à Matthew Dellavedova, Sergey Karasev & Henry Sims comme un gentilhomme. Mais ce sont bien les Pacers qui repartent avec une victoire bien méritée.

BYHA__GCYAA9kLb

  Après ce 89-74, les Indiana Pacers sont donc à 3-0 (79 to go), pendant que les Cleveland Cavaliers passent à 1-2. C’est donc une très bonne opération, pendant que Miami est à 1-2 et que les Bulls se font taper par les prétendants au titre Philadelphie 76ers. LET’S GO PACERS.

BULLETIN

Mr Quik’s Man of the Game :

Lance Stephenson

STEPHENSON Lance :

        Bien évidemment, Lance est encore le Man of the Game. Non seulement bat il son record de 3Pts en un match, mais il les score à des moments décisifs, afin d’envoyer les Pacers à la victoire. Lui et Paul George sont les hommes forts de ce début de saison. Call Mr. Quik, dial the number, spell the word.

Excellent :

 GEORGE Paul :

        He shoots, he scores ! Paul George a encore une fois été étincelant, avec son premier double-double de la saison. 21 pts, 13 reb, avec 2 steals pour couronner le tout, il était partout. Instigateur du run au 1er QT, il n’a pas été absent de celui du 4e, avec 3 dunks en quelques minutes.

Bons :

HIBBERT Roy :

        On est reparti pour le Roy Hibbert pas flashy mais efficace, qui marque ses hooks, qui gêne n’importe quel attaquant qui va au panier, qui force les adversaires à des passes ridicules afin de récupérer le ballon mais qui disparaît de temps à autre. A passé son 1er QT par terre.

 WATSON Charles Akeem :

        Il ne s’attendait pas à être starter ce soir et il a plutôt assuré. Aux shoots, ce n’est pas ça, mais pour la première fois depuis Earl Watson, les Pacers peuvent compter un meneur qui sait compiler des assists afin d’offrir à ses canonniers de quoi scorer en toute tranquillité. 0 TO.

SCOLA Luis :

        Incroyable. Luis Scola est un joueur qui rentre régulièrement ses shoots. Malheureusement, une fois qu’on passe cette facette-là de son jeu, on a un peu tout gratté. Mais c’est déjà pas mal.

 HILL Solomon :

        Solo Hill a marqué son premier panier de sa carrière en NBA hier soir, une claquette. Et il a fait partie de l’équipe qui a commencé à faire un trou au 1er QT. Bon match pour le rookie out of Arizona.

MAHINMI Ian :

        Ian Mahinmi a ressorti sa crème pour les mains en début de match, avec deux turnovers. Mais il a aussi capté 7 rebonds et il a défendu comme un mort de faim. Mahinmi le mini-Hibbert.

 SLOAN Donald :

        A l’image de Mahinmi pour Hibbert, Sloan a fait du Watson. Il a organisé le jeu, il a rentré un shoot et n’a perdu qu’un ballon. Un match correct pour celui qui a fait 2 piges chez les Cavs.

JOHNSON Orlando :

        Sa coiffure a beau être clairement interdite, Pulp est plutôt bon depuis son retour de vacances. Il a travaillé, ça se voit et il en est récompensé, avec un joli total de 6 rebonds hier soir, par exemple.

Mauvais :

WEST David :

Bon. Tonton David est encore en hibernation. Ce qui n’augure rien de bon pour nos adversaires de Janvier ou Février. Mais même s’il a une vision de jeu incroyable, notre MVP est capable de beaucoup mieux. Et les fautes sur un mec en 1 vs 0, c’est bête. Mais on l’adule quand même.

 Garbage Time :

 COPELAND Chris :

        Après le départ de Gerald Green, les Pacers ont une nouvelle Carapuce à O. Le mec a joué 4 minutes mais il a arrosé à 3Pts sans en rentrer. Sauf que comparé à Green, Copeland a le sourire. Et il a l’air sympathique.

 BUTLER Rasual :

        Première action de sa saison : Boom, 3Pts. ZUUL, MOTHERFUCKER ZUUL.

Nous serons de retour mardi, face aux Pistons. D’ici-là, stay classy San Diego. (même si on est pour Indiana).

[themoneytizer id=15816-16]