Débats Sports

A l’Est, 3 places à prendre

L’année passée, les cinq postes du cinq majeur des All Stars de l’Est étaient connues bien longtemps à l’avance. Howard, évoluant à domicile, a reçu le plus grand nombre de voix parmi tous les joueurs. Derrick Rose, en tant que MVP en titre, était tout désigné en tant que meneur titulaire. Les deux scoreurs, Carmelo Anthony et LeBron James n’avaient aucune crainte quand à une éventuelle concurrence à leurs postes. A l’arrière, Dwyane Wade fût bien esseulé dans la liste des arrières éligibles.

Cette année, seuls deux d’entres eux sont quasiment assurés d’évoluer avec ce même jersey lors de l’entre deux du Toyota Center : Melo et LeBron. Howard est parti à l’ouest, Rose est blessé et Wade tourne à mi-régime de telle sorte qu’il voit ses performances baisser par rapport à l’année dernière (de 22.1 pts à 18.1, de 49.7% à 47.8%). Pas une chute vertigineuse mais logique compte tenu de la montée en puissance, si cela est encore possible de son copain LeBron (moins de points, mais plus de rebonds et plus de passes). Sa présence n’est pas aussi certaine que les années précédentes. L’arrière du Heat reste sur 8 participations consécutives au All Star Game, dont 7 en tant que titulaires (première sélection sur le banc, bloqué par Vince Carter), mais il ne paraît plus aussi indiscutable. Cependant il semble délicat de lui trouver un remplaçant. Les arrières majeurs sont tous coincés de l’autre côté du pays (Bryant, Harden, Mayo, Crawford, Iguodala) et seul Joe Johnson, voire DeMar Derozan semblent en mesure de postuler pour une place. Le premier tourne pour le moment au ralenti et quand au second, le bilan de sa franchise (Toronto) ne plaide pas en sa faveur. Même si elle ne semble pas totalement méritée, la présence de Wade reste quasi certaine.

Les deux postes qui sont clairement ouverts sont le 1 et le 5. Le premier car il y a du monde au portillon et le second car au contraire, aucun pivot ne se détache clairement et aussi car la ligue a décidé que ce poste pouvait revenir à un ailier.

A la mène, ils sont nombreux à pouvoir postuler : Rajon Rondo et Deron Williams sont les noms qui risquent de revenir le plus souvent dans la discussion en l’absence de Derrick Rose. Mais il ne faudrait cependant pas oublier trop rapidement des meneurs tels que Jrue Holiday, Raymond Felton, Kyrie Irving, Brandon Jennings. Le poste de meneur est en ce moment un poste riche en NBA. Cela n’a pas toujours été le cas, on ne va pas s’en plaindre, mais il semble ardu aujourd’hui de dire lequel d’entre eux sera choisi par les fans. A son époque chez les Jazz, Deron Williams fût souvent snobé. Sa première sélection remonte à 2010 en tant que remplaçant alors qu’il a fait son entrée dans la ligue dès 2005. L’année suivante suivra le même chemin et son passage à l’Est ne bousculera son statut de remplaçant.

Quant à Rajon Rondo, il ne fût même pas désigné parmi les remplaçants par Tom Thibodeau l’année passée. Sa présence n’était due qu’à la blessure de Joe Johnson. Les deux années précédentes furent aussi pour lui l’occasion de disputer le grand show du dimanche soir en débutant sur le banc.

Qu’importe le meneur qui sera désigné, ce sera pour lui une première en tant que titulaire. Sans remettre en cause le talent de Deron Williams, on espère que le talent de meneur pur de Rajon Rondo sera récompensé par le vote des fans.

Au poste 5, on imagine bien les manœuvres de la ligue couronnée de succès. Alors que les années passées, un pivot devait être choisi par les fans, ces derniers peuvent désormais sélectionner un ailier pour occuper le poste 5. Ils peuvent certes aussi opter pour la logique et nommer un big men pur et dur mais il y a une telle pénurie de pivot dominant à l’est que cela ne semble guère envisageable. Parmi Joakim Noah, Roy Hibbert, Tyson Chandler, Brook Lopez, Greg Monroe et Al Horford (ce qui est tout de même une très belle liste), aucun ne semble au dessus du lot. De telle sorte que le meilleur rebondeur actuel de la ligue ne se situe pas dans cette ligue, et pourtant il évolue à l’est. Il s’agit du Cavalier Anderson Varejao avec en moyenne 14 prises par match (2.1 rebonds de plus que son actuel dauphin, Omer Asik).

A l’inverse, les fans ayant le choix pour nommer un ailier, on peut croire que le bienheureux pourrait être Josh Smith, Paul Pierce, David West, Glen Davis (oui oui) ou Luol Deng, voire Danny Granger si ce dernier revient un jour.

Le choix peut aussi se porter sur Chris Bosh et Kevin Garnett, des ailiers qui jouent parfois au poste 5. Les deux hommes sont de plus en plus souvent utilisés au poste 5 avec leurs équipes respectives.

Chaque pivot précédemment cité à des arguments à faire valoir. Varejao a des statistiques qui parlent pour lui. Chandler pourrait bénéficier du bilan positif des Knicks. Lopez revient fort après avoir quasiment manqué toute la saison dernière. Noah tend à devenir l’option offensive n°1 des Bulls en l’absence de Derrick Rose, avec Luol Deng. Roy Hibbert, remplaçant l’année passée, a eu du mal à se mettre en route, mais son triple double face aux Hornets pourrait le relancer.

Parmi les remplaçants, le coach présentant le meilleur bilan récompensera des joueurs de l’ombre, irréprochable mais pas toujours flashy. On peut penser à Evan Turner, Kris Humpries, Kyrie Irving, Monta Ellis, Al Horford, Paul George et bien d’autres.

La liste des prétendants dans la conférence semble clairement moins établie que de l’autre côté du pays. Il y a de la place, et il y a encore du temps pour mériter sa place. Débats Sports a cependant tenté d’élire son cinq majeur et de sortir sept remplaçants du lot de prétendants.

Remplaçants: Deron Williams, Kyrie Irving, Evan Turner, Paul Pierce, Josh Smith, Kevin Garnett, Anderson Varejao ou Joakim Noah