Week 9 : « Juste Wow », Steve Kerr

debats sports image par defaut
debats sports image par defaut

Publié chaque dimanche (ou lundi, selon la motivation de l’auteur), le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la neuvième semaine de saison régulière.

Un entraînement avant le gros choc

Les Warriors avaient un calendrier plutôt simple pour cette semaine à cheval entre 2014 et 2015, avec la réception des Philadelphia 76ers et des Toronto Raptors, leader de la conférence Est.

Une formalité contre les Sixers

Marreese Speights réalise une très grande saison à Golden State en sortie de banc. Bogut et Ezeli absents, Steve Kerr a opté pour l’ancien Sixer au moment de faire son 5 de départ. Et bien lui en a pris : Speights a terminé la rencontre avec 23 points et 4 passes décisives (record cette saison). Il a été le meilleur joueur sur le parquet, permettant aux siens de s’imposer facilement 126 à 86 face à une faible équipe des Sixers.

Stephen Curry a fini la rencontre avec 13 points et 9 passes décisives.

« Oh oui, je voulais être sur qu’il rende hommage à mon jeu de passes ! », a plaisanté Speights sur les compliments de Kerr, vantant justement les 4 passes décisives de Mo. « Il s’assure toujours que je marque, mais j’ai eu quelques passes décisives ces derniers matches. C’est très important pour moi. J’apprends des autres joueurs, et comment ils passent la balle. »

Steve Kerr n’a pas manqué de rendre hommage à Speights, pour son éthique de travail :

« Je ne l’ai pas fait jouer plusieurs matches, et il est resté prêt. Depuis, il s’est fait sa place dans la rotation, et il n’y en est jamais sorti. Mo a été fantastique cette saison par sa capacité à marquer. »

Draymond Green a une nouvelle été au four et au moulin : 10 points, 10 rebonds, 3 passes décisives, 4 interceptions, 3 contres. Leandro Barbosa, qui collectionne les DNP ces derniers temps, a montré qu’il en avait encore sous la pédale, puisque « Bip Bip » a marqué 17 points en autant de minutes.

Golden State a compté jusqu’à 47 points d’avance, et avec une telle avance, Steve Kerr en a profité pour vider son banc et mettre au repos ses titulaires.

Henry Sims a été le seul Sixer convaincant sur le parquet, compilant 19 points et 7 rebonds.

Klay Thompson a pris ses responsabilités très rapidement dans le match, scorant 11 points. Mo Speights a ensuite pris le relais de l’arrière pour permettre aux Warriors de tuer le match avant la mi-temps (61-34).

Draymond Green. DRAYMOND GREEN !!!

Contraint de jouer « petit » avec l’absence de certains pivots, les Warriors ont fait très fort face aux Raptors. Le leader de la conférence Ouest a dominé 126 à 105 le leader de la conférence Est.

Stephen Curry a livré un match digne d’un MVP, avec 32 points et 12 passes décisives. Il a également inscrit son premier dunk de la saison !

Mais le grand bonhomme de la soirée a été Draymond Green. L’homme à tout faire des Warriors a réalisé son premier triple double en NBA : 16 points, 13 passes décisives, 11 rebonds.

« On se dit toujours une chose quand on joue ce genre d’équipe : c’est une équipe qu’on pourrait retrouver plus tard dans l’année, » a déclaré Green. « On veut envoyer un message. »

Message reçu. Ces Warriors là sont phénoménaux.

Les coéquipiers de Draymond Green ont fourni un très gros effort au retour des vestiaires, infligeant un 23-5 aux Raptors. Ils ne s’en remettront pas.

« Je suis rentré aux vestiaires et j’ai dit : ‘je n’ai pas grand chose d’autre à dire que wow' », a avoué le coach Kerr.

Le tandem de meneurs Greivis Vasquez (25 points) – Kyle Lowry (22 points, 8 passes décisives) ont fait leur maximum pour permettre aux Raptors de recoller, en vain. Avec cette défaite, et celle qui a suivi à Phoenix, les Raptors ont terminé leur road-trip à l’Est avec un bilan de 2 victoires et 4 défaites. Raptors et Hawks se tiennent dans un mouchoir de poche, et la lutte pour la première place de la conférence Est est acharnée.

Golden State continue d’enchaîner les victoires et performances convaincantes, malgré les absences de Andrew Bogut (genou droit) et Festus Ezeli (cheville gauche). Pour pallier à ce manque à l’intérieur, Kerr a opté pour un 5 petit, en utilsant Draymond Green ou Marreese Speights au poste de pivot. Il est même arrivé sur certaines séquences que Kerr n’aligne que des ailiers. Leur polyvalence et leur rapidité à se projeter vers l’avant ont fait de gros dégâts dans la défense des Raptors.

La bonne impression des Warriors se traduit aussi à travers les statistiques : Golden State a tiré à 53,3 % de réussite (contre 46,5 % pour Toronto). Mais surtout, les Warriors n’ont commis que 9 pertes de balle (record de la saison pour GS), contre 17 pour les Raptors.

« C’est une machine parfaitement bien huilée. Leur équipe small est l’une des meilleures de la ligue, » a reconnu le coach des Raptors, Dwane Casey.

Le premier quart-temps a été un festival de tir à 3 points pour les coéquipiers de Stephen Curry, avec 5 tirs primés réussis en 6 tentatives. Au terme des 12 premières minutes, les Warriors menaient 40 à 31. Ces 40 points sont le plus grand nombre de points marqués par Golden State au cours du premier quart-temps, mais aussi le plus grand nombre de points encaissés par les Raptors sur cette même période.

Pourtant, malgré l’excellente performance offensive de Golden State, Toronto n’a pas rendu les armes dès le premier assaut. Kyle Lowry, gêné par des problèmes de faute, et Greivis Vasquez ont inscrit 4 tirs à 3 points points pour réduire un déficit de 14 points de leur équipe. A la mi-temps, Golden State ne menait que de 5 points, sur le score de 66 à 61.

« Quand on se sent menacés, on joue toujours mieux, » selon Marreese Speights.

 Comme cela a été souvent le cas depuis le début de saison, les Warriors se sont appuyés sur leur défense, laissant ensuite Stephen Curry faire des étincelles en attaque.

Le point d’orgue a été ce dunk de Curry, après un turnover de Lowry. Ce dernier a tenté de contrer la tentative de dunk, mais Curry a eu le dernier mot. S’en sont suivis le cri de rage de Curry, et l’explosion des 20 000 spectateurs de l’Oracle Arena, mais aussi de certains de ses coéquipiers !

« Je ne pouvais m’arrêter de crier quand j’ai vu ça !, » a confié Green.

Les Raptors ont dû faire sans leur arrière All-Star, DeMar DeRozan, blessé à la cuisse. Ils ont recollé à 9 points (110-101), mais Curry a marqué 10 points en l’espace de 3 minutes pour sceller la victoire des siens.

Les Warriors ont pu compter sur les apports de Marreese Speights (26 points, 8 rebonds), Klay Thompson (20 points), David Lee (12 points, 7 rebonds) et l’inattendu Justin Holiday (9 points). Invité de dernière minute dans le roster des Warriors, Holiday a réussi à dépasser Brandon Rush et Leandro Barbosa dans la hiérarchie à l’arrière.

En bref

Golden State Warriors – Philadelphia 76ers : 126 – 86

Golden State Warriors – Toronto Raptors : 126 – 105

Bilan

26 victoires, 5 défaites. Meilleur bilan de la Conférence Ouest et de la NBA.

Tops

La rancune de Marreese Speights envers les 76ers

Les Warriors ont dominé les Sixers cette semaine, avec une victoire de 40 points (126-86) à la clé. Le meilleur joueur du match a été Marreese Speights, avec 23 points (9 sur 13 aux tirs, 5 sur 6 aux lancers francs), 4 rebonds, 4 passes décisives, 4 contres. La saison dernière, Mo Speights avait réussi son meilleur match en carrière face aux Sixers (32 points). Simple coïncidence ou surplus de motivation à l’idée de jouer les Sixers ?

« Je n’ai rien contre les Sixers. Sauf contre Doug Collins, » a avoué Speights après la rencontre.

Drafté en 2008, Speights a évolué 3 saisons avec les 76ers. Eddie Jordan était le coach des Sixers au cours des deux premières saisons de Speights dans la ligue, avant que Doug Collins soit embauché au début de la saison 2010-11. Les relations entre le coach et le joueur ont été particulièrement tendus. Collins a notamment demandé à ce que Speights voie une psychanalyste, jugeant son intérieur « fou ». L’aventure entre les deux n’a duré qu’un an, avant que Speights rejoigne les Grizzlies puis les Cavaliers.

Stephen Curry toujours au top des votes à l’Ouest

Déjà dans les Tops de la semaine précédente, on retrouve à nouveau Stephen Curry dans cette rubrique, pour la même raison. Le meneur des Warriors pointe toujours à la deuxième place des votes, devancé par LeBron James. A l’ouest, Curry devance Anthony Davis et Kobe Bryant, avec qui il serait titulaire si le All Star Game débutait après ces votes.

1. Stephen Curry (GS) : 755 486

2. Kobe Bryant (LAL) : 694 665

3. James Harden (HOU) : 516 514

4. Chris Paul (LAC) : 334 544

5. Damian Lillard (POR) : 147 955

6. Rajon Rondo (DAL) : 137 974

7. Klay Thompson (GSW) : 128 542

8. Russell Westbrook (OKC) : 122 134

9. Jeremy Lin (LAL) : 114 286

10. Tony Parker (SAS) : 67 632

L’écart se creuse entre le duo Curry – Bryant, poursuivi par Harden voir Chris Paul. Derrière le meneur des Clippers, une place des titulaires est hors de portée pour Lillard, Rondo, Westbrook, Lin, Parker et Klay Thompson. Il reste le vote des coaches pour voir certains d’entre eux être sélectionnés pour le All Star Game 2015.

Le temps de jeu de David Lee n’est plus limité

Andrew Bogut et Festus Ezeli absents, la rotation à l’intérieur s’est avérée très juste. Marreese Speights a longtemps été l’homme providentiel dans la raquette californienne, avant de connaître une période moins faste que son début décembre.

De retour d’une blessure à la cuisse, David Lee a pu fouler de nouveau les parquets cette saison. Cependant, son temps de jeu a toujours été limité à 20 minutes maximum par match. Ces restrictions appartiennent désormais au passé depuis le match contre les Raptors, comme l’a confirmé l’intérieur à Rusty Simmons, journaliste au San Francisco Chronicle.

C’est évidemment une très bonne nouvelle pour les Warriors. Lee a manqué à cette équipe des Warriors, son talent offensif permettant d’attirer les défenses et libérer les Splash Brothers. Enfin, Lee a l’occasion de mieux s’adapter à son nouveau rôle en sortie de banc. Ca tombe bien, vu le programme des Warriors pour la semaine suivante (Thunder, Pacers, Cavs).

Flops

Il y a des semaines où trouver des flops est très difficile. L’adaptation de David Lee à son nouveau rôle aurait pu en être un, mais attendons de voir son rendement maintenant que son temps de jeu n’est plus limité.

Le programme de la semaine prochaine

Vs. Oklahoma City Thunder, dans la nuit de lundi à mardi (4h30).

Vs. Indiana Pacers, dans la nuit de mercredi à jeudi (4h30).

Vs. Cleveland Cavaliers, dans la nuit de vendredi à samedi (4h30).