Une adaptation naturelle pour les nouveaux arrivants

debats sports image par defaut
debats sports image par defaut

J.R. Smith n’aura pas mis longtemps à s’intégrer à Cleveland. Lancé dans le cinq majeur à la suite de l’échange monté avec les Knicks et le Thunder, l’arrière originaire du New Jersey a immédiatement apporté ce qu’il manquait désespérément aux Cavaliers offensivement : une menace extérieure capable d’exceller dans son rôle, tout en contribuant défensivement.

Jusqu’à présent, l’attitude de J.R. a été irréprochable. Volontaire en défense, énergique, impliqué, il fait tout pour plaire à ses nouveaux coéquipiers. Des coéquipiers qui, selon Smith, l’ont bien aidé à s’adapter. Dans une interview accordée à SLAM Online après la victoire face à Oklahoma City, il parle de la cohésion du groupe, des fans, et de son jeu.

Je n’ai jamais pris autant de plaisir au sein d’une équipe NBA auparavant, c’est certain. Ce groupe est vraiment fun. Ça a fonctionné dès le début.

Les fans ici sont géniaux. Il y a tellement d’intensité dans l’arène, c’est fou.

En effet, l’entente entre Earl Smith III et les autres joueurs s’est faite remarquer dès la série de victoires à la Quicken Loans Arena. Il a de l’énergie à revendre et un public à satisfaire. Une contre attaque avec LeBron James et des séries à trois points dont lui seul à le secret, c’est tout ce qu’il lui a fallu pour définitivement convaincre son entourage.

 

Lui aussi ayant rejoint le groupe récemment, Timofey Mozgov a dû s’adapter rapidement à ses nouveaux coéquipiers, privés de Anderson Varejao et en manque sérieux de taille à l’intérieur. Le pivot russe avait brièvement passé du temps avec J.R. Smith à Denver, avant que celui ne soit envoyé à New York, et ne connaissait donc personne à Cleveland, hormis David Blatt, son coach en équipe nationale. Pour lui, l’entente entre coéquipiers provient des répétitions à l’entraînement.

Je connaissais coach Blatt et c’est tout. Je n’avais jamais joué avec, ni rencontré les autres auparavant. Nous sommes tous ensemble, et nous gagnons. Nous travaillons dur et ça ne se voit pas seulement à travers les actions spectaculaires. Ces actions-là proviennent du travail que l’on effectue.

Je n’ai pas eu le temps de visiter la ville. Je ne suis que dans ma chambre et sur les terrains d’entraînement. Cependant, les fans à Cleveland font sentir leur présence. Il y a beaucoup d’énergie ici, on sait qu’ils seront derrière nous à chaque fois. Ils sont là pour du beau basketball, et c’est ce qu’on essaye de leur donner.

Ce qui a permis cette adaptation rapide, c’est surtout la complémentarité naturelle de ces deux joueurs au sein de l’effectif. Les Cavaliers avaient besoin d’un shooteur en complément de leur Big Three, mais capable de représenter une menace en attaque de différentes manières. A l’intérieur, le vide laissé par Varejao les exposait gravement pour la suite de la saison. Mozgov apporte la protection tant désirée par David Griffin depuis cet été.

Cette situation profite à tous. Les nouveaux arrivants excellent dans des situations qui leur sont familières, tandis que les Cavaliers profitent de leur production pour former un effectif plus cohérent et menaçant. Tristan Thompson, transformé en pivot de secours en attendant l’arrivée du nouveau numéro 20, semble pleinement profiter des récentes additions au groupe.

Véritable machine à double double en sortie de banc durant la série de six victoires consécutives des Cavaliers, Thompson complémente parfaitement le duo de titulaires formé par Kevin Love et Timofey Mozgov. Ses capacités athlétiques donnent un second souffle à cette équipe lorsqu’ils en ont le plus besoin, mais c’est également sa défense qui permet aux Cavaliers de conserver leur avantage en match. L’intéressé commente les récents changements.

J.R., Shump et Moz se sont ancrés au système dès leur arrivée. Ils ont vraiment amélioré notre équipe, en particulier en défense. On essaye tous de changer le match avec notre défense. Et puis en attaque, on tente d’aider nos leaders en nous rendant disponibles et présents au panier. On joue un rôle important.

Lorsque l’on qualifie Thompson de véritable « âme de l’équipe », c’est la description la plus précise que l’on pourrait donner de l’équipe actuellement. L’engagement sur le terrain, l’énergie dégagée, l’esprit de compétition, c’est tout ce qui caractérise l’intérieur canadien, et désormais cette équipe.

Les bienfaits de ces additions se font déjà voir. Il y a une semaine de cela, les Cavaliers étaient classés 29e de la ligue en terme de pourcentage au tir adverse (47.2%). Depuis le match contre Chicago à domicile, ce chiffre est à 39.8%. Il s’agirait de la quatrième meilleure défense au tir de la ligue.

De plus, sur leur série de six victoires consécutives, les Cavaliers possèdent un offensive rating de 119.0. Il s’agirait là de la meilleure attaque de la ligue, devant les Warriors ainsi que les Clippers. Certes, ces statistiques ne sont utilisées que sur une courte durée, mais elles restent encourageantes pour la suite.