in

Milwaukee Bucks (2-2) 87 @ 81 Indiana Pacers (1-3)

debats sports image par defaut

Milwaukee Bucks (2-2) 87 @ 81 Indiana Pacers (1-3)

Saison 2014-2015 Episode 4

        Je pense qu’il va falloir rappeler aux gens que David West, George Hill et Charles Akeem Watson sont toujours vivants et qu’ils vont revenir un jour ou l’autre sur le parquet. Mais bon, on peut jeter l’éponge dès maintenant si vous voulez. A @PacersFrance, on ne va pas le faire, par contre. Même si on perd face aux Bucks avec quelques passages abominables.


        Le match avait pourtant très bien démarré pour les Pacers, qui enchaînent les bons shoots, les bonnes positions et les blocks de Roy Hibbert (qui montre aussi de très bonnes dispositions de l’autre côté de l’arc). Cependant, les Bucks shootent mieux et trouvent aussi de bonnes positions de shoots. Ils ont donc l’avantage à la fin du 1er QT et grâce à l’ahurissante nullité de Calvin Andre au shoot, le gardent à la mi-temps, 43-38. Les Pacers sont toujours dans le match mais les Bucks tiennent bons.

        Le 3e QT commence terriblement mal pour Indiana, qui encaisse un terrible 10-0 qui sonne déjà le glas du match. C’est très difficile de marquer un panier, alors les enchaîner avec des stops, c’est probablement trop demander. Et pourtant, Indy revient à 3 points, grâce à des tirs primés fabuleux de Chris Copeland, l’énergie de LaVoy Allen, le career game de Solomon Hill et l’efficacité discrète de Damjan Rudez. Cependant, rien n’y fait, à chaque fois qu’ils sont à 5 points, les Bucks trouvent un moyen de reprendre de l’avance, en marquant sur presque tous les TO des Pacers. Après un nouvel écart, Chris Copeland redonne de l’espoir à Indy en manque de solution offensive. Et en revenant à 3 points à 30 secondes de la fin, le suspense est de nouveau présent. Pour 6 ou 7 secondes. Brandon Knight assassine les Pacers d’un shoot improbable. Tant pis.

 B1pPVw3IIAA1fA3

        On a une équipe limitée de types qui seraient très bons sur un banc et qui ne sont pas faits pour jouer 30 minutes par match. Cependant, s’il faut leur taper dessus au bout de 4 matches, on n’est pas là pour ça. On aime rigoler mais on défend notre équipe, aussi. Et là, c’est le moment de le faire. LET’S GO PACERS.

Bulletin :

State Farm Man of the Game :

 RoyHibbert

       HIBBERT Roy : Cela peut paraître dur pour Copeland, mais Hibbert a joué 35 minutes de haut niveau aujourd’hui, comme depuis le début de la saison. 5 blocks, 7-10 au shoot, une escarmouche avec Jerryd Bayless…

Très Bien :

       VOGEL Frank : Depuis le début de la saison, le mec est obligé de jongler avec 8 joueurs dont 5 Fringe Players. Ici, il a sans doute fait le bon choix en restant avec son lineup Hill – Rudez – Cope – Allen – Hibbert.

        HILL Solomon : Son meilleur match en carrière sans doute. Non seulement il a scoré quelques shoots en début de match, mais il a passé un spin move fabuleux. Encore quelques erreurs vraiment bêtes.

        ALLEN LaVoy : C’est le 2e meilleur joueur de l’équipe. Vogel l’a laissé sur le terrain et il a compilé 8 Pts et 12 Reb, en défendant bien et en facilitant le jeu. Super joueur.

        COPELAND Chris : Une première mi-temps compliquée et des shoots à 3Pts de partout en deuxième pour nous laisser croire en une victoire. Mais en défense, c’est une liability.

Bien :

       STUCKEY Rodney : Il est blessé, on peut être indulgent. Mais il a bien croqué aujourd’hui et s’est un peu craqué. Mais il a fait partie au moins d’un des deux gros runs.

        MAHINMI Ian : On l’a peu vu mais ce qu’il a fait, il l’a bien fait, en attaque comme en défense, avec un gros block dès qu’il rentre. Il est fort, ce type. Courage Shayne Whittington.

        RUDEZ Damjan : Toujours juste, même si cela ne se représente pas sur les stats, Damo a deux ou trois belles actions pendant le run du 3e QT et Vogel lui a donné sa confiance méritée. LET’S GO DAMO.

Moyen :

       SCOLA Luis : 18 minutes de jeu, c’est bien assez pour l’Argentin qui prouve de plus en plus qu’il est franchement cramé. Au shoot, c’est bon, mais c’est dans le jeu que ça pêche. 9 rebonds, cela dit.

        SLOAN Donald : Plus Charles Akeem que George Hill, Sloan a beau apporté 6 assists ce soir, il en reste un type qui a un +/- de -20 ce soir. C’est beaucoup. Et que de mauvaises décisions…

Mauvais :

       MILES Calvin Andre : Il a eu les positions, des shoots ouverts. Il s’est créé ses propres shoots. Il n’en a mis aucun. Et pire encore, il ne défendait même plus. Dude, come on.

        Quand on marque à peine plus d’un lancer franc sur deux, on n’a que ce qu’on mérite. Et ouais. Vivement le retour de David West, qu’il puisse au moins apporter un véritable talent dans cette équipe qui en manque terriblement. Cependant, on peut aussi attendre que Rodney Stuckey revienne à 100% afin qu’il baisse le temps de jeu de Donald Sloan.

        On se retrouve demain à 2h00 du mat’ pour un match face aux Wizards de Washington, qui nous font peur cette année.

debats sports image par defaut

Le jour où LeBron James a débuté sur le banc

debats sports image par defaut

Les Cavs passent à côté et s’inclinent contre les Blazers (82-101)