L’Olympique Lyonnais peine à convaincre les parieurs

Juninho
Crédit: Olympique Lyonnais youtube channel

L’OL, pourtant un mastodonte du championnat de France, est englué dans une crise sportive dont l’issue semble incertaine. Sa cote de popularité auprès des parieurs sportifs en pâtît.



Qu’elle est loin l’époque où l’Olympique Lyonnais survolait la Ligue 1 et s’imposait comme l’un des ogres sur la scène européenne, notamment en Ligue des champions. En effet, le club a, entre 2001 et 2008, engrangé la bagatelle de sept titres nationaux, en plus d’une Coupe de la Ligue (2001), de six Trophées des Champions et d’une Coupe de France (2008). En coupes d’Europe, le club rivalisait avec les meilleures équipes du monde.

La fin d’une période faste



Habitué des phases finales de Ligue des champions (avec notamment une demi-finale en 2009-2010 face au grand Bayern Munich), l’Olympique Lyonnais a su, pendant durant plusieurs années, balayer des équipes comme le Real Madrid – on se rappelle notamment d’un 3-0 affligé à l’équipe madrilène en 2005.

Cette période faste, où l’OL était l’une des équipes préférées des bookmakers, a par la suite été suivie d’une période bien moins glorieuse: celle d’une période de disette. Depuis le début des années 2010, le club rhodanien enchaîne les saisons moyennes, et, surtout, est très irrégulier, à la fois sur la scène française et sur celle continentale.

Une irrégularité devenue problématique

Actuellement 11e au classement de la Ligue 1 Uber Eats, le club de Jean-Michel Aulas semble avoir du mal à gagner (seulement 8 victoires depuis le début de saisons, sur 21 possibles). Pour autant, le club ne perd que très peu (seulement 5 matchs): seuls Marseille (classé 3e, 3 défaites) et Paris (leader, 1 défaite) ont fait mieux.



La faute à une constante irrégularité: celle qui permet, par exemple, à l’OL d’être capable de gagner 3 buts à 1 face à Manchester City en quarts de finale de Ligue des champions (en 2020) puis de perdre la semaine d’après face à une modeste équipe de Ligue 1 de milieu voire de bas de tableau (exemple: sa défaite 3-0 face à Angers, en début de saison).

Un club sur lequel il est devenu impossible de parier ?

Dès lors, au regard de l’irrégularité de l’Olympique Lyonnais, et ce, malgré un recrutement ambitieux l’été dernier tant sur le banc de touche (l’arrivée de l’entraîneur Peter Bosz) que sur le terrain (arrivées de Shaqiri ou encore Boateng), les amateurs de paris foot évitent le plus possible de miser sur le club.

En effet, plus une formation est constante dans ces résultats, qu’ils soient bons ou mauvais, plus il est plus ou moins facile d’anticiper – sinon de prédire – le score d’un match. Cependant, avec de fortes disparités en termes de résultats, il n’est pas chose aisée de trouver la bonne approche pour parier sur un match. C’est le cas pour l’OL.

Certains adeptes des paris sportifs vous répondront cependant le contraire: l’Olympique Lyonnais est effectivement un club irrégulier, mais il n’en demeure pas moins attractif. Car il ne faut pas se leurrer: plus une équipe connaît des résultats contrastés, plus il est risqué de parier sur elle. Car c’est justement le risque que rémunèrent les opérateurs de paris sportifs.