Game 1 du 2nd Tour : Washington Wizards (1) 102 @ 96 Indiana Pacers (0)

debats sports image par defaut
debats sports image par defaut

Game 1

Washington Wizards (1) 102 @ 96 Indiana Pacers (0)

            Ça y est, les Hawks sont enfin rentrés à la maison, on peut enfin s’attaquer à la deuxième marche vers le titre. Il se trouve que ce sont les Wizards que nous rencontrons. Mais en fait, nous jouons réellement contre les Pacers. Et on a perdu 102-96 sur un match qui n’aurait jamais dû être aussi serré.

Hors du coup.
Hors du coup.

            Expliquons-nous un peu. Après le Game 7, on pensait avoir récupéré Roy Hibbert. C’est faux. Roy a encore une fois été complètement nul lundi soir. De sa faute, oui, mais il a encore une fois reçu trop peu de ballons exploitables. Ça en devient pénible et les autres joueurs sont aussi fautifs que lui. La remise en question constante n’a pas l’air de fonctionner. Rien ne tourne rond chez nous, même le shoot de David West est en berne. On a prouvé en début de saison qu’on pouvait battre tout le monde. On ne bat plus personne. Le problème vient clairement de nous. Toujours est-il que les Wizards mènent très vite 8-0 et que les Pacers ne peuvent recoller au score. Une bonne série défensive permet à Indy d’arrêter l’hémorragie et de revenir à égalité alors qu’ils étaient menés de 13 points mais à la mi-temps, les mauvaises habitudes sont de retour et Washington (qui peut compter sur un Trevor Ariza de folie, 6/6 à 3Pts) possède une avantage de 13 points à la mi-temps : 56-43.

            Le troisième quart est un peu moins catastrophique et Lance Stephenson se réveille. Il permet aux Pacers de rattraper les Wizards à une single-digit lead, mais c’est trop peu. En effet, les Pacers ne mettent que 19 points dans un 3e QT où ils maintiennent les Wizards à 13. Avec une lead initiale de 13 points, le rythme est trop lent pour Indiana. Il faut alors accélerer son retour mais FRANK VOGEL SORT LANCE STEPHENSON ALORS QUE CELUI-CI ETAIT ON FIRE. A partir de là, vous avez compris ce qu’il s’est passé dans le 4e QT. Vogel a traîné pour remettre Stephenson, les Pacers n’ont pas rentré de shoot en 7 minutes, Bradley Beal a rappelé à Indiana que Washington, c’était pas Atlanta et seule la rentrée de Copeland permit aux fans des Pacers de garder le sourire. Mais c’était très dur, lundi soir.

            Premier match, première défaite, avantage du terrain perdu face à une bonne équipe et confiance en berne. Voilà où en sont les Pacers ce soir, à quelques heures de jouer la deuxième manche du 2nd Tour. Très peu rassurant pour la suite.

 

 

Bulletin

Mr. Quik Man of the Game :

 i

         COPELAND Chris : Il rentre alors que le match est fini, il score son 3Pts et fait frémir le Bankers Life Fieldhouse. FAIS LE JOUER, FRANK, FAIS LE JOUER, PUTAIN.

 

Mauvais :

 

TOUS : Nuls à chier, que ce soit au rebond (sauf David West), au shoot, en défense. Mention spéciale au coaching de Frank Vogel.