Episode 4/82 : Indiana Pacers (4-0) 99 @ 91 Detroit Pistons (2-2)

debats sports image par defaut
debats sports image par defaut

            Après 3 victoires d’affilée pour démarrer la saison, les Indiana Pacers avaient leur premier gros test cette semaine : un back-to-back qui les envoie à Detroit avant de retourner à la maison, face aux Chicago Bulls.

        La première manche de ce back-to-back opposait donc deux rivaux, les Detroit Pistons, invaincus à domicile aux immenses Indiana Pacers (encore privés de George Hill, ménagé), invaincus tout court. Et c’est la série des Pistons qui s’est éteinte hier, avec la victoire ­99-91 des héros de la NBA.

        Les Pacers ont très bien ouverts le match avec une belle fournée de tirs primés par Paul George et Lance Stephenson, laissant les Pistons se gargariser sur les 3 contres successifs de leurs intérieurs Monroe et Drummond. Très vite l’écart augmente et les Pacers finissent le 1er QT à 29-14. Mais Detroit ne se laisse pas conquérir comme ça et réalise un 2e QT de toute beauté, leur permettant de prendre l’avantage à la mi-temps, 41-38 et surtout de maintenir les Pacers à 9 petits points dans le 2e QT. Josh Smith, Kyle ”Tilda Swinton” Singler et Will the Thrill Bynum ont été les principaux artisants de ce come-back.

        Mais comme déjà 3 fois cette année, les Pacers ne cèdent pas à la panique au retour des vestiaires et infligent un terrible 15-2 aux Pistons conclu par un alley-oop de David West pour Paul George, qui en avait conclu un quelques dizaines de secondes auparavant envoyé par Roy Hibbert, monstrueux hier soir avec 7 contres, plus une bonne demi-douzaine de déflections et une pression constante sur les pénétrations. Brandon Jennings pense faire revenir son équipe avec un 3Pts assez couillu dans les dernières minutes, mais Frank Vogel refuse de faire sortir son Starting Five, qui conclut le match par une adresse exemplaire aux lancers francs (là où ils n’ont absolument pas été bons auparavant dans le match. Clutch dites-vous ?).

        Les Pacers repartent de Detroit avec une quatrième victoire de suite pour démarrer cette NBA 2013-2014 et une cinquième victoire de suite face à leurs rivaux Pistons. Gettin’ Jiggy wit it.

 Det Ind

BULLETIN

Mr. Quik Man of the Game :

Paul George

GEORGE Paul :

       Quel match, bon sang. QUEL MATCH. Paul George a encore une fois été exceptionnel, avec un 12-18 aux shoots (4-8 3Pts), 10 rebonds, 4 assists et surtout 4 steals. Il a scoré quand il fallait, participant de manière active aux 2 gros runs. La pierre angulaire des Pacers cette annéée. Call Mr. Quik, dial the number, spell the word.

Très Bien :

HIBBERT Roy :

       Je pense qu’on va devoir faire le deuil de ses capacités offensives. Il ne marquera jamais 20 points par match. En revanche, il ne cesse de progresser en défense et a dégoûté les Pistons hier avec 7 blocks et une présence terriblement dominante dans la raquette. 10 rebonds, hier.

WATSON Charles Akeem :

        Après une première mi-temps compliquée, il a été excellent au retour des vestiaires. Il finit avec 15 points, 5 assists, un pourcentage au shoot acceptables et quelques highlights grâce à ses agressives pénétrations. Il va faire un malheur sur le banc.

Bien :

WEST David :

        Et voilà un bon match pour le vétéran des Pacers, le patron, le génie, le MVP. 12 Pts, 8 Reb à 50% aux shoots, on ne lui en demande pas beaucoup plus. 3 assists pour couronner le tout, grâce à son excellente vision de jeu. Il monte en puissance. En Janvier, il sera énorme.

STEPHENSON Lance :

        N’importe quoi en première mi-temps, avec une faute flagrante scandaleuse sur Tilda Swinton et des turnovers à la pelle. En deuxième mi-temps, il a servi ses coéquipiers, scoré deux tirs primés à des moments décisifs. Son jeu a gagné en maturité, à n’en pas douter.

SCOLA Luis :

       Tant qu’il parvient à rentrer ce shoot en tête de raquette, Luis Scola sera un joueur important des Pacers. Il faut juste qu’il arrête de vouloir pénétrer, il ne sait plus le faire. Deux belles actions défensives, un block et un passage en force provoqué.

HILL Solomon :

        Il est rentré au 1er QT, a rentré ses 2 shoots dont un tir primé, puis s’en est allé sur le banc sans jamais revenir. WTF, Frank Vogel ?

JOHNSON Orlando :

        Pulp est un joueur de catch-and-shoot. Quand ça ne rentre pas, c’est handicapant. Quand ça rentre, c’est très bien. Ce soir, ça rentrait.

Moyen :

MAHINMI Ian :

        Après ses 3 bons premiers matches, Ian a été quelconque hier. On l’aime beaucoup, mais on en attendait un peu plus, même avec 14 petites minutes de jeu.

SLOAN Donald :

        Il a été moyen, d’accord. Mais il est monté en puissance au fur et à mesure que le match avançait. Il commence par un turnover sur remise en jeu, enchaîne avec 2 shoots refusés alors qu’il est ouvert avant de scorer un 3Pts juste avant sa sortie. Roy Hibbert l’a alors congratulé. Welcome to the Pacers, Donald. Encourageant.

          

       Nous sommes de retour dès ce soir, avec un joli affrontement Chicago Bulls @ Indiana Pacers. Pour un 5-0 ? LET’S GO PACERS.