Débats Sports

Week 7 : Merci Curry !

Publié chaque dimanche (ou du moins quand sa rédaction est finie), le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la septième semaine de saison régulière.

Fin de série dans le Tenneesse

Une première alerte contre les Pelicans

Stephen Curry est l’un des candidats sérieux au titre de MVP. Sa performance face aux Pelicans a plaidé pour sa faveur, puisque le meneur des Warriors a marqué 8 de ses 34 points en prolongation, pour permettre aux siens de remporter une 16ème victoire consécutive, sur le score de 128 à 122. Mais que ce fut dur !

« C’était un match difficile à gagner. Les Pelicans ont très bien joué, ont rentré leurs tirs, » a déclaré Curry. « Il nous restait assez d’énergie en réserve pour finir le travail. »

Son compère à l’arrière, Klay Thompson a marqué 29 points.

« Cette série est très bonne pour nous, et nous ne voulons pas qu’elle s’arrête bientôt, » avait confié Thompson.

Tyreke Evans a réalisé un très grand match pour les Pellies, avec 34 points. Sa sortie pour 6 fautes à 3 minutes du terme de la prolongation a beaucoup handicapé son équipe, déjà privée d’Anthony Davis. Jrue Holiday a lui aussi été excellent avec 30 points, 9 passes décisives et 5 interceptions. Les Pelicans ont longtemps fait douter les Warriors. Ils ont notamment compté un avantage de 8 points (99-107) à un peu plus de 4 minutes de la fin du quatrième quart-temps.

Critiqué pour son faible apport au scoring, Andre Iguodala a bien réagi (20 points), et Shaun Livingston continue d’aligner les sorties convaincantes (12 points).

« Si nous défendons et ne perdons pas la balle, nous avons une chance de gagner. Ce soir, nous n’avons fait ni l’un ni l’autre, » a constaté Kerr après le match. « Heureusement, nous avons des joueurs très très talentueux, et une forte volonté de gagner. »

Après un dernier quart-temps très discret, Stephen Curry a pris les choses en main en prolongation en rentrant un premier tir à 2 points. Draymond Green a ensuite réussi une action à 3 points, avec le panier plus la faute de Ryan Anderson (15 points). Currry a rentré un très long tir à 3 points, avant de réitérer quelques possessions plus tard.

Avant cela, Marreese Speights (10 points) a mis les deux équipes à égalité à 43,5 secondes de la fin en réussissant un lancer-franc. Aucune des deux équipes n’a marqué jusqu’à la fin du quatrième quart-temps, emmenant les deux équipes en prolongation.

Memphis remporte le choc de la conférence Ouest

La série est finie pour Golden State. Il n’y a pas eu de 17ème victoire, la faute à une équipe des Grizzlies elle aussi en pleine bourre. Memphis l’a emporté 105 – 98 face à Golden State dans ce choc de la conférence Ouest.

Les Warriors ont dû faire sans Andrew Bogut et David Lee. Ce manque de taille a été parfaitement exploité par les Grizzlies, avec un Zach Randolph qui a exploité son avantage de taille au mieux face à Draymond Green.

Mais c’est bien le banc des Grizzlies qui a été le facteur X de ce match. Vince Carter et les remplaçants ont infligé un 20 – 0 aux Warriors au début du second quart-temps. Golden State ne s’en est jamais remis.

« Ils nous ont mis des coups au début du second quart-temps, et c’est ce qui a fait la différence, » a reconnu Kerr après la défaite.

Les Grizzlies ont donc su s’appuyer sur ce 20-0 au début du second quart-temps. Au cours de ce run, les Grizzlies ont réussi leurs 6 premiers tirs. Vince Carter (16 points) a notamment rentré 3 tirs primés, permettant aux Grizzlies de mener 57 à 49 à la mi-temps. Marc Gasol (24 points) et Zach Randolph (17 points, 10 rebonds) ont été déterminants dans cette victoire de Memphis, la cinquième de rang.

« Le mérite revient au banc pour ce qu’ils ont fait, » a déclaré Marc Gasol. « Ils sont rentrés, et ont mis beaucoup d’intensité défensive, ce qui a aidé de l’autre côté du terrain… Vince a mis des tirs très difficiles. »

Avant ce match, les Warriors affichaient un bilan de 21-2, sur la plus longue série de victoires dans l’histoire de la franchise. Cette défaite à Memphis est la première depuis le 11 novembre.

« Nous sommes conscients que c’était une belle série, inédit dans l’histoire de la franchise, » a déclaré Curry.

Curry a manqué deux tirs consécutifs à 3 points dans les 10 dernières secondes du match. Le meneur des Dubs a connu une soirée très délicate face aux gros défenseurs adverses (Lee, Conley, Allen). Il a compilé 19 points, 7 rebonds, 6 passes décisives. Mais l’adresse n’a pas été au rendez-vous avec 9 sur 25 aux tirs, dont 1 sur 10 à 3 points…

Klay Thompson a marqué 22 points, avec une belle adresse à 3 points (4 sur 5 aux tirs à 3 points). Marreese Speights a réalisé une belle performance en sortie de banc (18 points, 8 rebonds). Harrison Barnes a joué avec un masque pour protéger une fracture au visage.

Menés au plus de 14 points durant la rencontre, les Warriors sont parvenus à recoller à 2 points, notamment à 5’09 de la fin. Un alley-oop conclu par Shaun Livingston (12 points) a permis aux Warriors de revenir à 88-90. Mais derrière, les Grizzlies ont mis le coup de collier nécessaire avec un 7-0 pour s’assurer de la victoire. Cette série a été marquée par une magnifique faute d’arbitrage, et un marcher non sifflé de Michael Conley. Steve Kerr et Andre Iguodala ont écopé d’une faute technique, permettant aux Grizzlies de glaner 2 points faciles sur 2 lancers.

Au bout du suspense face à OKC

Il n’y avait rien à faire face à Kevin Durant en première mi-temps : 30 points (10 sur 13 aux tirs, dont 5 sur 6 à 3 points), en 19 minutes. Le sort en a décidé autrement, puisque Kevin Durant n’a pu jouer la deuxième période à cause d’une blessure à la cheville.

Stephen Curry a compilé 34 points et 9 passes décisives dans cette victoire 114 à 109 des Warriors face à Oklahoma City Thunder.

« Je pense que nous avons fait un formidable boulot sur Durant en deuxième période. Je ne l’ai même pas remarqué dans la seconde mi-temps, » a plaisanté Kerr à propos de Durant. « Nous l’avons complètement stoppé ! »

Et la blessure était bien le seul « moyen » de freiner Durant. Le MVP de la saison précédente a livré sa meilleure prestation de sa toute récente saison. Malheureusement, sa prestation a pris fin après avoir marché sur le pied de Marreese Speights.

« Je voulais jouer. Je voulais revenir, mais il faut être précautionneux, » a déclaré Durant après la rencontre.

Les Warriors ont une nouvelle fois joué sans Andrew Bogut et David Lee. En leur absence, Curry a continué son travail sous les panneaux avec 7 prises, tandis que Klay Thompson a amené sa patte au scoring avec 19 points.

La fin de match a été l’occasion de voir Russell Westbrook (33 points) et Stephen Curry se rendre coup pour coup afin de forcer la décision dans un des deux camps.

Les Warriors sont parvenus à prendre 5 points d’avance (110-105) à 1’39 du terme du match sur des tirs réussis de Stephen Curry (à deux reprises) et de Draymond Green (16 points, 9 rebonds, 9 passes décisives). Après le temps-mort, Reggie Jackson (4 points) rentre son lay-up, avnat que Curry lui réponde. Finalement, c’est Harrison Barnes (12 points, 7 rebonds) qui a réussi le tir de la gagne sur un fade-away à 17,3 secondes de la fin du match.

L’entame de match a été à l’avantage du Thunder d’un Durant en feu, auteur de 16 points en 6 minutes ! Au terme du premier quart-temps, le Thunder a marqué 40 points, soit le plus grand nombre de points encaissés en un quart-temps pour les Warriors.

« Quand il est dans le rythme, il n’y a rien à faire, » selon Westbrook.

Le second quart-temps a vu le réveil de Steph Curry, rentrant tir sur tir, pour le plus grand bonheur des spectateurs de l’Oracle Arena. Au terme des 24 premières minutes, les Warriors ont compté 2 points d’avance (65-63). Les deux stars du match, Durant et Curry, sont rentrés aux vestiaires en boitant, après s’être tordus la cheville. Un seul joueur n’est revenu sur le parquet, et son équipe a gagné. Une série de playoffs avec les deux effectifs au complet fait déjà saliver.

En bref

New Orleans Pelicans – Golden State Warriors : 122 – 128 (OT)

Memphis Grizzlies – Golden State Warriors : 105 – 98

Golden State Warriors – Oklahoma City Thunder : 114 – 109

Bilan

22 victoires, 3 défaites.

Premier de la conférence Ouest, meilleur bilan de la ligue.

Tops

Les Warriors savent gagner des matches qu’ils doivent perdre

Face aux Pelicans, Thunder, ce n’était pas la première fois de la saison que Golden State a été malmené par son adversaire. Plus tôt dans la saison, Orlando avait causé de très gros problèmes aux Warriors, tout comme le Heat. Mais à chaque fois, et au terme de scénarios tous différents, les Warriors ont su l’emporter. Cette semaine, Curry a forcé la décision grâce à des actions, des shoots dignes d’un MVP.

Ces victoires vont avoir leur importance au moment de faire les calculs, et de voir quelles seront les 4 équipes avec l’avantage du terrain pour les playoffs au premier tour, ainsi que pour la suite de la compétition.

Le retour de David Lee tombe à pic

Andrew Bogut est absent. Marreese Speights n’évolue plus au niveau d’un MVP. Festus Ezeli et Ognjen Kuzmic n’ont pas de mains. Devant le manque de rotation à l’intérieur, le retour de David Lee pour la semaine à venir fait le plus grand bien.

L’ancien Knick voit son rôle évoluer sous Steve Kerr, en sortant du banc. Son potentiel offensif fera le plus grand bien à la second unit, et les problèmes défensifs ne seront pas forcément un problème face à des intérieurs très souvent peu offensifs.

Mais tout cela ne reste que des suppositions. Il faut voir en pratique ce que cela va donner face aux Clippers notamment, pour le match de Noël.

DO THE IGUODALA, DO THE IGUODALA !

Même dans les défaites, il y a du bon : la danse d’Andre Iguodala sur le marcher de Conley est géniale.

Flops

La vie sans Bogut

Face aux Grizzlies de Marc Gasol et Zach Randolph, Andrew Bogut a manqué. Son indisponibilité pour une durée « indéfinie » a de quoi inquiéter. Son agent a parlé d’un retour mi-janvier pour l’australien. En attendant jusqu’à cette date, et même plus si le staff décide de prendre ses précautions avec Bogut, Golden State devra faire sans son deuxième joueur le plus important derrière Stephen Curry.

Lorsque Bogut est sur le terrain, l’attaque des Warriors marque environ 8 points de plus. Son impact est tout aussi important en défense avec une efficacité défensive en chute libre dès que Bogut est sur le banc : 93,6 points encaissés pour 100 possessions avec Bogut, contre 102,3 sans lui ! Les équipes adverses affichent une efficacité au tir moindre, et ont plus de difficultés à capter les rebonds. La vie sans Bogut s’annonce extrêmement compliquée.

La comparaison avec les Bulls 1995-96

Le sujet est souvent revenu ces derniers jours : est-ce que les Warriors ont une chance d’approcher le record de 72 victoires des Bulls au cours de la saison 1995-96 ?

Je trouve que les comparaisons de la sorte sont complètement ridicules. Les Warriors n’ont pas Michael Jordan. Les Warriors n’ont pas Phil Jackson. La dernière fois que cette comparaison avait été lancée, c’était pour le Heat en 2012, avec leur Mega Three autour de LeBron James – Dwyane Wade – Chris Bosh.

La question a fait rire Steve Kerr lorsqu’elle lui a été posée en conférence de presse :

« Non, » a rétorqué Kerr, quand lui a été demandé si les Warriors peuvent approcher le record de 72 victoires. « Nous avions un joueur comme Michael Jordan dans l’équipe. L’équipe avait un bilan de 41-3 à un moment. »

Kerr a dit aux journalistes de revenir pour aborder à nouveau ce sujet si les Warriors arrivaient à un tel bilan.

Le programme de la semaine prochaine

Vs. Sacramento Kings, dans la nuit de lundi à mardi (4h30).

@ Los Angeles Lakers, dans la nuit de mardi à mercredi (4h30).

@ Los Angeles Clippers, dans la nuit de jeudi à vendredi (4h30).

Vs. Minnesota Timberwolves, dans la nuit de samedi à dimanche (4h30).