Débats Sports

Week 3 : inarrêtables !

Publié chaque dimanche, le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la troisième semaine de saison régulière.

11 matches. 11 victoires.

Troisième semaine de saison régulière, et troisième semaine pleine de victoires pour les Warriors.

Les Warriors en roue libre contre les Pistons

Et de 8 ! Les Warriors ont enregistré leur huitième victoire en autant de matches, après avoir défait les Pistons 109-95, dans une Oracle Arena à guichets fermés.

5 joueurs ont terminé à 10 points ou plus, menés par Klay Thompson (24 points). L’arrière a semblé être bien mieux que la semaine précédente, où ses prestations n’ont pas été au niveau de ce qu’on peut être en mesure d’attendre. Stephen Curry a marqué 22 points, et Harrison Barnes 10 points. Andre Iguodala (13 points) et Leandro Barbosa (10 points) ont fait un excellent travail en sortie de banc.

Les Warriors ont connu leur seconde soirée sans trop de réussite au tir, après un match délicat à Sacramento. La défense des Pistons y a été pour quelque chose. Les joueurs de Luke Walton ont finalement parvenu à dérouler leur attaque dans le dernier quart-temps, réussissant un joli 12 sur 20 aux tirs. Les Pistons, menés par Reggie Jackson (20 points) et Andre Drummond (14 points, 15 rebonds), n’ont pu répondre à la furia californienne.

L’autre bonne nouvelle de la soirée – en plus de la victoire – a été le retour du pivot Andrew Bogut, en sortie de banc. Sa performance a été excellente, avec 8 points et 9 rebonds.

A noter que les Warriors ont mis fin à l’incroyable série de Drummond, auteur de 6 matches de suite à 20 points et 20 rebonds minimum. Chapeau à Festus Ezeli et donc Bogut pour avoir réussi à « contenir » Drummond.

Si l’issue du match a été favorable aux Warriors, c’est grâce à Klay Thompson : 24 points, à 10 sur 17 aux tirs. C’est seulement la seconde fois de la saison que l’arrière tire à plus de 50% de réussite. Au passage, Thompson a réussi son 800ème tir à 3 points de sa carrière.

Après un tir de Marcus Morris ramenant les Pistons à 4 points des Warriors (82-78), à moins de 10 minutes du dernier quart-temps, les champions en titre ont répondu par un scindant 10-0. Et voilà tous les espoirs des Pistons partis en fumée, menés 92-78 à 7’20 de la fin du match.

Harrison Barnes a été le premier à lancer ce 10-0 sur un tir longue distance. Shaun Livingston et Leandro Barbosa ont marqué les 7 points suivants, avant que les Pistons ne stoppent l’hémorragie suite à un temps-mort.

Detroit n’est jamais revenu à moins de 12 points de Golden State.

Un nouveau record tombe à Memphis

Lors de leur première confrontation cette saison, les Warriors ont infligé un lourd revers aux Grizzlies, avec une défaite de 50 points pour les protégés de David Joerger. Cette fois-ci, Memphis a montré un meilleur visage que la fois précédente. Mais pas de quoi inquiéter les Warriors, qui l’emportent 100 à 84 au FedEx Forum.

Stephen Curry a répondu présent, avec 28 points, menant les Warriors à un bilan de 9-0. Le record de franchise de 1960-61 est égalé à cette occasion.

Andre Iguodala (20 points) et Harrison Barnes (19 points) ont été précieux dans cette victoire, avec une activité très intéressante des deux joueurs.

Si Stephen Curry a été éblouissant, c’est bien la défense des Warriors qui a été la clé du match. L’attaque a été mise en difficulté, avec 23 pertes de balles, et un pourcentage de réussite aux tirs sous les « standards » des Warriors. La défense a répondu présent, limitant les Grizzlies à seulement 34,3 % de réussite sur la rencontre !

Le troisième quart-temps de Stephen Curry a rappelé de mauvais souvenirs aux fans des Grizzlies, avec 17 points au cours de ces 12 minutes, et notamment un tir à 3 points au buzzer, assassin duquel les Grizzlies ne se sont jamais remis. Avant ce tir venu d’ailleurs, les Grizzlies ont pointé à 5 points des Warriors (68-63) à 30 secondes de la fin du troisième quart-temps. Un 6-0 des Warriors, marqué par le tir au buzzer de Curry, a permis aux californiens de mener 74-96 à l’entame du dernier quart-temps. Plus important, cette série a complètement changé le momentum, en faveur des Grizzlies à ce moment-là.

Memphis a réussi un léger rapproché à 8’17 de la fin du match, lorsque le score a été de 78-71.

Brandon Rush a été placé sur la liste des joueurs inactifs pour ce match, sans pour autant que Rush soit blessé. Kevon Looney est toujours indisponible suite à son opération à la hanche.

Draymond Green et Stephen Curry, duo gagnant

La série victorieuse n’a pas pris fin à Minneapolis. Les champions en titre n’ont pas flanché face à de prometteurs Timberwolves, en les battant 129-116.

Stephen Curry a enregistré son troisième match à 40 points ou plus cette saison, avec 46 points. Draymond Green a été omniprésent avec 23 points, tandis que Klay Thompson a marqué 15 points. Les deux autres titulaires, Harrison Barnes et Festus Ezeli, ont respectivement inscrit 14 et 10 points.

Les Warriors ont été dominateurs au rebond (47-33), tout en étant d’une adresse diabolique. Leurs 18 tirs à 3 points rentrés sont leur plus haute marque cette saison. A titre de comparaison, les Timberwolves n’ont rentré que 3 tirs à 3 points, en 9 tentatives.

Les joueurs de Luke Walton ont démarré très fort, en comptant 16 points d’avance au terme du premier quart-temps, puis 18 à la fin du deuxième quart-temps. Minnesota est revenu petit à petit, recollant à 5 points des Warriors dans le dernier quart-temps (104-99, 7’36).

Mais Stephen Curry en a décidé autrement.

Le MVP de la saison 2014-15 a marqué 21 points au cours du premier quart-temps. C’est la quatrième fois que Curry marque 20 points ou plus au cours d’un seul quart-temps ! Au final, il a terminé la rencontre avec 46 points, à 15 sur 25 aux tirs dont 8 sur 13 à 3 points. Ajoutez à cela 5 rebonds, 4 passes décisives et 2 interceptions, et voilà une nouvelle performance exceptionnelle de Baby Face Killer.

Draymond Green s’est trouvé être, de nouveau, le parfait complément de Curry : 23 points, 12 rebonds, 8 passes décisives.

Après un tir à 3 points de Nemanja Bjelica, les T’Wolves ont recollé aux basques des Warriors à 5’11 de la fin du match (114-108). La réponse des Warriors ne s’est pas faite attendre : un 7-2 plus tard (121-110), et voilà les Warriors en route vers une nouvelle victoire.

Les Timberwolves ne sont jamais revenus par la suite.

Pour ce match, Leandro Barbosa n’était pas présent. L’arrière était au Brésil pour un souci familial.

Les Warriors se sortent du piège des Nets

La série de victoires continue, mais que ce fut difficile !

Face aux Brooklyn Nets – une seule victoire à ce jour -, les Warriors ont eu besoin d’une prolongation pour l’emporter 107-99. Cette onzième victoire en autant de matches est le record de franchise. Reste à savoir maintenant quelle sera la nouvelle marque de ce record.

Stephen Curry a été le meilleur marqueur de la rencontre, avec 34 points. Il n’a pas été des plus adroits, avec 13 tirs réussis sur 31 tentatives. Andre Iguodala a terminé avec 15 points, Harrison Barnes 13 points, et enfin 10 points pour Andrew Bogut.

Après avoir frolé le triple-double face aux Timberwolves, Draymond Green n’a pas manqué l’occasion d’ajouter un triple-double de plus à sa collection avec 16 points, 12 passes décisives et 10 rebonds.

Brandon Rush a démarré en lieu et place de Klay Thompson (voir la rubrique Flop). Son début de rencontre a été très convaincant avec 8 points lors du premier quart-temps. La suite n’a pas été aussi bonne, puisque l’arrière n’a plus marqué ensuite.

Les Nets (1-9) ont causé de gros problèmes aux Warriors, s’appuyant notamment sur un début tout feu tout flamme (68 % de réussite aux tirs pendant le premier quart-temps !). Thaddeus Young a marqué 14 de ses 22 points au cours de cette période, réussissant un coquet 7 sur 7 aux tirs.

Mais c’est bien Jarrett Jack, ancien joueur des Warriors, qui a failli jouer un mauvais tour à son ancienne équipe. Le meneur des Nets a maqué 28 points, et a tenu les siens à bout de bras dans les dernières minutes du quatrième quart-temps. La magie n’a plus opéré en prolongation, pour le plus grand bonheur de l’Oracle Arena.

Même si Curry a réussi des tirs décisifs, c’est Andre Iguodala qui a rentré le tir de l’égalisation (97-97) dans les dernières secondes de la rencontre.

Mais l’homme du match n’est autre que… Andrew Bogut. Une vraie force à l’intérieur : 10 points (5 sur 7 aux tirs), 18 rebonds, 4 passes décisives, 3 contres, 2 interceptions. Dans le même temps, Brook Lopez a eu un impact limité : 18 points, à 8 sur 21 aux tirs.

L’issue du match s’est décidée en deux temps.

Dans un premier temps, les Warriors ont infligé un 9-0 qui leur ont permis de rattraper un retard de 6 points (79-85) pour mener 88-85 à 3’45 de la fin du temps réglementaire.

Puis, pendant la prolongation, lorsque Golden State a marqué 10 points de suite pour prendre un avantage conséquent à 2 minutes de la fin de la prolongation (107-97). La prolongation a été parfaitement maîtrisé par les Warriors, remportée 10-2.

Klay Thompson et Leandro Barbosa n’ont pas participé au match. Devant ce lot d’absence à l’arrière, Luke Walton n’a pas eu d’autres choix que de solliciter Curry bien plus qu’à l’habitude (44 minutes), mais aussi Iguodala et Ian Clark, auteur d’une bonne rentrée.

En bref

Golden State Warriors – Detroit Pistons : 109 – 95

Memphis Grizzlies – Golden State Warriors : 84 – 100

Minnesota Timberwolves – Golden State Warriors : 116 – 129

Golden State Warriors – Brooklyn Nets : 107 – 99 (OT)

Bilan

11 victoires, 0 défaite. Meilleur bilan de la Conférence Ouest et de la NBA.

Tops

Début de saison historique pour Stephen Curry

Le début de saison de Stephen Curry dépasse toutes les prévisions les plus folles.

En 11 matches, Curry a marqué 367 points, soit 33,4 points de moyenne par match. Seul un joueur a fait mieux dans l’histoire de la NBA : Michael Jordan, en 1992-93. The GOAT vait marqué 387 points, soit 35,2 points par match.

Avec 57 tirs à 3 points marqués en 11 matches, Curry tourne sur des bases hallucinantes d’une saison à 424 tirs à 3 points réussis. 424. QUATRE CENT VINGT-QUATRE.

Le record de tirs à 3 points réussis en une saison appartient à Curry, avec 286 tirs longue distance rentrés.

Enfin, plus symbolique, Stephen a dépassé Dell Curry, son père, dans le classement des joueurs ayant réussi le plus grand nombre de tirs à 3 points. Stephen a inscrit 1248 tirs à 3 points, en 427 matches. Dell a eu besoin de 1083 matches pour inscrire 1245 tirs à 3 points. Pour résumer, Stephen a eu besoin de 3 fois moins de matches que son père pour inscrire autant de tirs à 3 points.

Et si on parlait de Draymond Green ?

Il n’y a d’yeux (ou Dieu) que pour Stephen Curry en ce début de saison. Pourtant, un autre joueur réalise un début de saison fantastique : Draymond Green.

L’intérieur est un véritable meneur de jeu dans le système actuel. Pour preuve, Green est actuellement le septième meilleur passeur de la ligue, avec 7,1 passes décisives en moyenne par match. Oui, septième. Jamais un intérieur n’a affiché de telles statistiques à la passe.

Pourquoi de tels chiffres ?

Le jeu en mouvement des Warriors implique grandement les intérieurs des Warriors, excellents passeurs. Lors de pick-and-roll, les équipes doublent sur Curry pour éviter tout risque d’encaisser un tir à 3 points. La balle ressort alors sur l’intérieur qui a posé l’écran – Draymond Green le plus souvent – qui peut ensuite délivrer des caviars aux shooteurs sur les ailes, ou sous les panneaux pour un panier facile de Festus Ezeli.

Dernière statistiques à propos du début de saison monstrueux de Green : il est l’un des 3 seuls joueurs de la ligue à tourner à 10 points, 7 passes décisives, 7 rebonds. Russell Westbrook et Rajon Rondo complètent ce trio.

10-7-7

 

L’état d’esprit de cette équipe

Tout au long de la saison dernière, il a été question de sacrifice chez les Warriors. Andre Iguodala a accepté de sortir du banc pour mieux équilibrer l’équipe. David Lee a vu ses responsabilités et son temps de jeu prendre une claque une fois que Draymond Green a été installé à l’intérieur aux côtés de l’australien Andrew Bogut.

Et c’est désormais ce dernier qui accepte ce que Lee et Iguodala ont accepté l’an passé : se sacrifier pour le collectif.

« La décision de jouer en sortie de banc est lié à la dynamique de l’équipe. J’ai manqué presque 2 semaines, et pendant ce temps, l’équipe a été dominante. Il y a eu des interrogations sur ma condition physique, et c’est important de ne pas perturber le momentum et l’esprit d’équipe. »

« Que je sois titulaire plus tard dans la saison ou que je sois sur le banc, la décision revient aux coaches et je suis sur qu’ils feront le meilleur choix. »

« Si nous jouons tous, et faisons ce que nous devons faire, cette équipe se fiche de qui rentrera le tir de la gagne, ou qui marquera le plus de points. Nous voulons juste gagner. »

« Il y a encore quelques matches qui doivent être joués avant de savoir quelle sera la décision du staff, savoir qui ils veulent en titulaire. »

« J’ai été titulaire toute ma carrière, mais je suis prêt à faire tout ce qu’il faut pour l’équipe. »

Flop

Le dos de Klay Thompson

Le dos de Klay Thompson refait des siennes. Douloureux pendant l’échauffement du match face aux Nets, le joueur n’a pas participé au match difficilement gagné par ses coéquipiers.

En son absence, Leandro Barbosa aurait pu prétendre à une place de titulaire. Or, le brésilien était lui aussi absent pour des raisons familiales. C’est finalement Brandon Rush qui a hérité du poste de titulaire à l’arrière.

La NBA sur Debats-Sports

Le bilan de la semaine des Celtics : http://celtics.debats-sports.com/?p=5609

Le programme de la semaine suivante

Vs. Toronto Raptors, dans la nuit de mardi à mercredi (4h30)

@ Los Angeles Clippers, dans la nuit de jeudi à vendredi (4h30)

Vs. Chicago Bulls, dans la nuit de vendredi à samedi (4h30)