Débats Sports

Week 18 : DRAYMOND !!!

Publié chaque lundi, le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la dix-huitième semaine de saison régulière.

Retour salvateur à l’Oracle Arena

Les Warriors ont bouclé à Brooklyn leur road-trip, avant de revenir à l’Oracle Arena pour affronter Bucks et Mavericks. La semaine s’est conclue par le choc de la Pacific Division face aux Clippers.

Jack l’éventreur

Avant même le début du match, les galères se sont accumulées pour les Warriors. Le vol devant rallier Boston à New York a été retardé de 5h, et les joueurs ne sont arrivés à leur hôtel qu’aux environs de 4h du matin.

Les jambes lourdes, la langue tirée, les Warriors se sont inclinés 108 à 110 face aux Brooklyn Nets, sur un tir assassin de Jarrett Jack (9 points). Décidément, Jack aime affronter les Warriors puisqu’il avait réussi un match parfait avec un 10/10 aux tirs (23 points) lors de la défaite des Nets face à Golden State en novembre 2014. Cette fois-ci, il a offert la victoire aux siens.

Les Warriors ont été menés tout le long de la rencontre, mais n’ont rien lâché. Leurs efforts ont été récompensés puisqu’ils sont revenus à hauteur des Nets (108-108) à 1’09 de la fin du quatrième quart-temps, sur un tir à 3 points de Stephen Curry (26 points).

Aucune des deux équipes n’a semblé vouloir tuer le match par la suite, avec des pertes de balles à répétition. Jusqu’au tir de Jack. Après un temps-mort demandé par les Nets, Jack a hérité de la balle avec 20,6 secondes à jouer. Il a laissé défiler le chrono avant de dribbler et tirer au niveau de la ligne des lancers-francs. La défense de Curry sur son ancien coéquipier a été remarquable, mais Jack a eu le dernier mot : 110-108, 1,1 seconde à jouer.

Les Warriors ne sont pas parvenus à tirer à temps, et ont donc du concéder leur 12ème défaite de la saison.

Les Warriors n’ont mené qu’au cours du premier quart-temps, après 4 minutes du jeu, et un avantage 9-8. Le reste du match a été à l’avantage des Nets, qui ont fait la course en tête. Le comeback entamé dans le dernier quart-temps a été l’oeuvre de Curry, 18 points dans le dernier acte. Andrew Bogut a martyrisé la raquette des Nets avec 16 points, 8 rebonds et 3 contres. Il a marqué tous ses points au cours de la première mi-temps.

Pour son retour de suspension, Festus Ezeli a montré qu’il était un bon back-up avec 14 points et 8 rebonds. Andre Iguodala (12 points) et Shaun Livingston (11 points) ont été très efficaces en sortie de banc. Klay Thompson est par contre passé totalement au travers de son match : 7 points (3 sur 17 aux tirs, dont 1 sur 9 à 3 points).

L’issue du match a donc été fatale pour les Warriors, qui ne se sont pas vus récompenser de leurs efforts pour revenir de 9 points (108-99 pour les Nets à 3’29) à hauteur des Nets. Les comebacks ne se terminent pas tous comme celui de Boston (26 points de retard, la victoire au bout).

Un Draymond Green de folie, le jour de ses 25 ans

Stephen Curry n’a eu besoin que d’une minute pour passer d’un match moyen à un très bon match. En l’espace de 65 secondes dans le dernier quart-temps, Curry a rentré 3 tirs consécutifs à 3 points, décisifs dans la victoire 102 à 93 contre de convaincants Milwaukee Bucks. Ce match a marqué le retour des Warriors à l’Oracle Arena après une série de 6 matches loin de leur base.

« Steph a eu sans doute l’un de ses pires matches de l’année, » a reconnu Steve Kerr. « Mais c’est Steph. C’est sa manière d’être. J’ai eu la chance de voir ça avec Michael Jordan. Certains matches, il a manqué 10 tirs de suite. Quand n’importe qui l’aurait bouclé, lui trouvait une incroyable confiance. On ne peut pas leur enlever. Steph a ça aussi. »

« C’est ce qui le rend si spécial. »

Draymond Green a livré une superbe prestation le jour de son 25ème anniversaire, avec 23 points, 12 rebonds, 5 passes décisives, 3 interceptions et 3 contres. Shaun Livingston a réalisé probablement l’un de ses meilleurs matches de la saison. Efficace en attaque (16 points, 7 sur 10 aux tirs), il a été précieux en fin de match grâce à son jeu de passes (6 passes décisives sur le match) et sa défense. Son amplitude lui a permis de défendre n’importe quel adversaire sans être malmené.

Klay Thompson a marqué 17 points, mais son adresse a fait défaut sur ce match (5 sur 16 aux tirs). Après la rencontre et une fois libérées des sollicitations médiatiques, l’arrière est revenu sur le parquet s’entraîner.

Giannis Antetokounmpo et Michael Carter-Williams ont tous deux marqué 16 points pour des Bucks qui ont perdu 6 de leurs 7 derniers matches.

Golden State a semblé embarquer pour un match serré, jusqu’à ce que Curry ait trouvé la mire pendant le quatrième quart-temps.

Après avoir manqué 8 de ses 10 premiers tirs, Curry a rentré 3 tirs consécutifs à 3 points pour donner un avantage 85-75 à Golden State. Le meneur des Warriors a terminé avec 19 points et 11 passes décisives. Il a réussi son 60ème match en carrière avec au moins 5 tirs à 3 points réussis et 5 passes décisives. Il est le joueur ayant réussi le plus souvent cette performance, loin devant Ray Allen (50).

Draymond Green et Andre Iguodala ont ensuite claqué deux dunks, terminant un run 14-2.

Les Warriors ont compté jusqu’à 13 points d’avance dans le second quart-temps, avant d’être mené de 7 points dans le troisième quart-temps. Les Bucks ont collé un 18-0 aux Warriors, qui a eu aussi pour effet de faire taire l’Oracle Arena. Mais Iguodala a répondu aux Bucks par un tir à 3 points avec la faute, et Livingston avec 2 tirs coup sur coup. Ils ont permis aux Warriors d’attaquer le dernier quart-temps en tête 72-71.

Malgré une victoire acquise dans la difficulté, il y a eu la manière, puisque les Warriors ont totalisé 30 passes décisives. C’est la 23ème fois de la saison que Golden State dépasse la barre des 30 passes décisives sur un match. Derrière les Warriors se trouvent les Hawks, avec 12 matches à 30 passes décisives ou plus.

Les Warriors ont joué la totalité du quatrième quart-temps avec Draymond Green, 2m03, au poste de pivot. Curry a évolué à la mène, Thompson à l’arrière, Livingston à l’aile, et Iguodala à l’intérieur.

« Jouer petit est une direction que prenne beaucoup d’équipe, et c’est parfait pour nous, » a dit Kerr. « Nous sommes bons dans ce système. »

Les Warriors dominateurs dans l’Oracle Arena

Les matches à domicile réussissent toujours autant aux Warriors, puisqu’ils ont gagné leur cinquième match de suite dans l’Oracle Arena. Leur bilan à domicile est de 26 victoires pour 2 défaites, soit le meilleur bilan de ligue à domicile. Leur 26ème victoire a été acquise sans difficulté face aux Mavvericks, battus 104 à 89.

Les Warriors ont pris les devants à la moitié du premier quart-temps, et ne l’ont jamais laissé filer. Au final, c’est une victoire convaincante pour les Warriors.

6 Warriors ont terminé avec 10 points ou plus, Stephen Curry en tête avec 22 points (et 7 passes décisives). Draymond Green a terminé avec 18 points, et Klay Thompson 16 points. Harrison Barnes a bien apporté sa pierre à l’édifice avec 12 points. Marreese Speights (12 points) et Shaun Livingston (10 points) ont été très performants en sortie de banc. Les nouvelles rotations mises en place à l’intérieur, sacrifiant soit Speights, soit Lee, a cette fois vu David Lee rester sur le banc pour toute la rencontre.

La bataille du rebond a été dominée par les Warriors (51-34), tout comme l’adresse au tir (46,9 % contre 36,8 %). Ils ont marqué plus de points en contre-attaque (24-18), dans la peinture (46-36) et sur seconde chance (14-8). Autant de points faciles qui font beaucoup sur le tableau d’affichage.

Cependant, les Warriors ont perdu la balle à 22 reprises, contre 13 pour Dallas.

Andrew Bogut a livré son meilleur match sous les panneaux depuis 6 semaines avec 13 rebonds, et a reçu l’aide surprise de Livingston (10 rebonds), et celle plus habituelle de Green (9 rebonds). Ce dernier a été impressionnant en défense sur Dirk Nowitzki, limité à 14 points à 5 sur 16 aux tirs. La défense extérieure a été aussi exemplaire puisque Monta Ellis n’a totalisé que 6 points (2 sur 14 aux tirs).

Quand il a fallu répondre présent dans ce match, Curry a toujours été là. Il a dominé le premier quart-temps, avec 13 points (3 sur 4 aux tirs) et 4 passes décisives. Et permis de faire passer les Warriors devant, de manière définitive.

En effet, les Warriors ont rapidement été menés 14-8 après 5 minutes de jeu. Derrière, les Warriors ont infligé un 12-0 pour mener 20-14 deux minutes plus tard. Curry, Thompson et Barnes ont tous inscrit un tir primé au cours de ce run.

Dallas n’est jamais parvenu à revenir à égalité ou à mener. Les Mavericks ont recollé à 2 points (31-29) au début du second quart-temps. Les Warriors ont répondu par un 19-9, pour compter un avantage 50-38 à 2’13 de la fin de la première mi-temps.

Les joueurs de Steve Kerr ont maintenu une avance de 10 points ou plus pour le reste du match, et même 27 points au plus lors du dernier quart-temps.

Un Draymond Green monstrueux face aux Clippers

Le match face aux Clippers a été le premier match de la saison diffusé sur ABC, chaîne nationale. Les Warriors ont envoyé un message à cette occasion : très complets, ils ont battu les Clippers 106 – 98.

Dans un match qui n’a pas été aussi serré que l’indique le score final, les Warriors (49-12) ont désormais 10 matches d’avance sur les Clippers. Autant dire que le titre de la Pacific Division est acquis à 99 % pour les Warriors.

Draymond Green a terminé la rencontre avec 23 points. Klay Thompson a livré un bon match après quelques matches délicats : 21 points, à 9 sur 13 aux tirs. Shaun Livingston a continué sa bonne impression en sortie de banc avec 20 points. Le meneur signé cet été semble enfin justifier les attentes placés en lui. Stephen Curry a marqué 12 points, et Harrison Barnes 10 points.

Les Clippers, privés de Blake Griffin et Jamal Crawford, ont vu Austin Rivers et J.J. Redick combiner 43 points à eux deux.

Les Warriors ont légèrement été dominés sous les panneaux avec 39 rebonds captés par Los Angeles, contre 37 pour Golden State. Les joueurs de Steve Kerr ont perdu la balle à 15 reprises, entraînant 11 points sur ces turnovers pour les Clippers. Ces derniers ont encaissé 22 points sur 18 pertes de balles.

Aussi fabuleux qu’ont été Klay Thompson au scoring et Shaun Livingston en sortie de banc, les honneurs de la victoire sont revenus à Draymond Green qui a posé sa patte sur le match des 2 côtés du terrain.

Green a été formidable en attaque, ajoutant 6 passes décisives à ses 23 points. Il a aussi causé de gros problèmes à la défense des Clippers, se jouant avec facilité de Spencer Hawes et n’hésitant pas à se frotter à DeAndre Jordan.

Et bien sûr, Green a impressionné en défense. Une performance qui risque de compter au moment des votes pour le Defensive Player Of the Year.

Le tournant du match a eu lieu à 6’39 de la fin du second quart-temps, lorsque les Warriors ont infligé un 13-2 aux Clippers. Le score a évolué d’un 38-37 pour les Clippers à 50-40 en faveur de Golden State à 3 minutes de la fin du second quart-temps.

Comme toujours, c’est un 5 très petit (Draymond Green au poste de pivot, Barnes à l’intérieur, Thompson à l’aile, et un backcourt Livingston-Curry) qui a fait le plus de dégâts. Livingston a biien profité de cette série avec 7 points pour lui seul.

Les Warriors ont conservé le leadership de la rencontre pour le reste du match, comptant même jusqu’à 22 points d’avance (90-68, à 11 minutes de la fin du match). Les Clippers sont revenus à 7 points au début du troisième quart-temps, mais sans inquiéter les Warriors.

En bref

Brooklyn Nets – Golden State Warriors : 110 – 108

Golden State Warriors – Milwaukee Bucks : 102 -93

Golden State Warriors – Dallas Mavericks : 104 – 89

Golden State Warriors – Los Angeles Clippers : 106 – 98

Bilan

49 victoires, 12 défaites. Meilleur bilan de la Conférence Ouest et de la NBA.

Tops

Draymond <3

Les chants de « MVP ! MVP ! » pour Curry à Brooklyn

C’est une habitude d’entendre l’Oracle Arena entonner « MVP ! MVP ! MVP ! » quand Stephen Curry se présente sur la ligne des lancers-francs. La scène s’est répétée aussi à l’extérieur, à Salt Lake City et à Sacramento notamment.

Brooklyn peut désormais se greffer à cette liste. Le Barclays Center a soutenu le meneur en course pour le titre de MVP, de quoi déboussoler l’intéressé.

« J’ai oublié par moment où j’étais, pour être honnête avec vous, » a raconté Curry. « Je pense que l’excitation a grandi d’autant plus qu’il ne s’est rien passé en première mi-temps. Et puis d’un coup, tout nous réussissait et il y avait beaucoup de fans derrière nous. »

Curry n’a marqué que 8 points au cours des trois premiers quarts-temps, avant d’avoir un très gros coup de chaud dans le dernier acte (18 points). Insuffisant tout de même pour voir les Warriors l’emporter.

« J’ai regardé autour de moi, et j’étais ‘mais où est-ce que je suis ?!’, parce que c’était vraiment bruyant là-dedans ! »

« C’est bon d’avoir du soutien à l’extérieur. Et avec un bilan de 46-12, une équipe destinée à faire de grandes choses, c’est énorme d’avoir ce genre de soutien. »

Les Warriors toujours invaincus le jour de l’anniversaire de Draymond Green

Face aux Bucks, Draymond Green a fêté ses 25 ans comme il se doit : 23 points, 12 rebonds, 5 passes décisives, 3 interceptions et 3 contres. Il faut remonter au 10 mars 2000 et Donyell Marshall pour retrouver trace d’un match avec au moins 20 points, 10 rebonds, 5 passes décisives, 3 interceptions et 3 contres !

« Je ne joue pas bien d’habitude le jour de mon anniversaire, » a confié Green, 10 points au cours des deux précédents matches joués le 4 mars. « Je ne sais pas pourquoi. La dernière fois que j’ai joué aussi bien pour mon anniversaire remonte au collège. »

Mais plus important encore, les Warriors sont invaincus lorsqu’ils jouent le jour de l’anniversaire de Green. 3 matches, 3 victoires.

Flops

La défense marque le pas

Les chiffres suivants ne tiennent pas compte des matches face aux Bucks, Mavericks et Clippers.

Les Warriors ont toujours le meilleur bilan de la Conférence Ouest avec 46 victoires et 12 défaites, après le match perdu à la dernière seconde à Booklyn. Après une première moitié de saison dominée par Golden State, la donne a quelque peu changé depuis le 1er février.

Les chiffres le confirment, puisque les Warriors ont régressé en défense. Après avoir encaissés 99,6 points en moyenne sur les 45 premiers matches, la moyenne est désormais au-dessus de la barre des 100 points (101,6) encaissés en moyenne par match. Aussi, les tirs adverses connaissent meilleure réussite depuis le 1er février (44% contre 42%, et 36% contre 32 % aux tirs à 3 points).

 Jusqu’au 31/01  Depuis le 01/02
Matches joués  45  13
Bilan  37-8 (0.822)  9-4 (0.692)
Points encaissés  99.6  101.6
Adresse adverse  42 %  44 %
Adresse adverse à 3 points  32 %  36 %
Nombre de lancers-francs concédés  24.7  23.6
Différence au rebond  -0.7  +0.5
Pertes de balle forcées  16.6 16.0

Le programme de la semaine suivante

@ Phoenix Suns, dans la nuit de lundi à mardi (3h).

Vs. Detroit Pistons, dans la nuit de mercredi à jeudi (3h30).

@ Denver Nuggets, dans la nuit de vendredi à samedi (2h).

Vs. New York Knicks, dans la nuit de samedi à dimanche (3h30).