Débats Sports

Week 11 : « Mes joueurs sont crevés » (Steve Kerr)

Publié chaque dimanche (ou chaque début de semaine), le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la onzième semaine de saison régulière.

La fatigue commence à s’accumuler

Après une semaine très chargée, les Warriors ont eu un programme plus light cette semaine avec un match à Utah, puis face à Miami. La semaine s’est terminée par deux tests, avec un back-to-back à Oklahoma City et à Houston.

12 minutes de folie pour une belle victoire à Utah

Stephen Curry a mis Utah à ses pieds. Les chants « MVP ! MVP! » ont raisonné dans les travées de l’EnergySolutions Arena après la deuxième mi-temps impressionnante de Curry.

L’ancien de Davidson a terminé pour la septième fois de la saison avec un 20-10 (27 points, 11 passes décisives). Il a été absolument monstrueux dans le troisième quart-temps, déterminant dans la victoire 116 à 105 face au Jazz.

« C’est un sentiment spécial, » a confié Curry, auteur de son 11e double-double de la saison. « Tu dois rester concentré évidemment, mais c’est agréable d’avoir du soutien même dans l’Utah, et sur le parquet d’autres équipes, d’entendre ce genre de chants. »

Derrière Stephen Curry, les Warriors se sont appuyés sur les bonnes contributions de Draymond Green (15 points), Harrison Barnes et Klay Thompson (12 points chacun) pour décrocher leur 30ème victoire (!) de la saison. C’est la septième victoire de rang pour les californiens.

Encore une fois, même si Steph Curry a survolé les débats, Golden State a pu compter de sa puissance collective. Pour preuve, 6 joueurs ont marqué 10 points ou plus, et tous sauf un joueur ont inscrit au moins 8 points !

« Tout le monde contribue, » a continué Curry. « C’est une part importante de ce qu’on est. Quand on voit la feuille de stats, 10 joueurs ont joué, et pas plus de 30 minutes. Tout le monde contribue et a une chance de montrer ce qu’il peut faire pour aider l’équipe à gagner. On s’amuse et on apprend. »

Derrick Favors a su faire valoir son avantage de taille et de poids sur les postes 4 des Warriors, en terminant avec 22 points et 11 rebonds. Gordon Hayward a marqué 17 points, tandis que Enes Kanter et Rudy Gobert ont terminé tous deux en double-double. La bataille est féroce pour la place de titulaire au poste 5. Sur ce match – et pas seulement -, le pivot français s’en est mieux sorti que le turc (16 points, 11 rebonds et 3 contres pour Gobert, contre 13-10 pour Kanter).

Utah n’a rien pu faire face à Golden State, notamment au cours de ce 3e quart-temps de folie : 44 points à 16 sur 26 aux tirs, dont 8 sur 11 à 3 points. Après avoir été mené au score durant la totalité du second quart-temps, Golden State a plié le match dès le retour des vestiaires.

Ce troisième quart-temps s’est terminé sur un tir à 3 points de Marreese Speights au buzzer, pour donner 17 points d’avancce aux Warriors (97-80).

« On jouait bien en défense, mais ils ont commencé à rentrer des tirs difficiles, » a raconté Favors.

Avec cette victoire, Steve Kerr est devenu le premier coach rookie à atteindre 30 victoires en 35 matches. Ce départ est aussi le meilleur dans l’histoire de la franchise.

« On s’attendait à être vraiment bon cette année, » a dit Curry. « On ne pensait pas que cela se passerait aussi bien. »

No Wade ? NO WIN.

Les Warriors ont poursuivi sur leur dynamique infernale du moment pour dominer le Miami Heat 104 à 89, pour une huitième victoire de rang. Durant cette série victorieuse, les Warriors ont battu leur adversaire avec un écart moyen de 19,8 points.

Alors que la saison a déjà démarré depuis 10-11 semaines, les Warriors ne semblent toujours pas lever le pied, enchaînant les victoires sur des écarts considérables.

Le Heat a dû composer sans Dwyane Wade, blessé à la cuisse gauche. En son absence, Chris Bosh (26 points, 7 rebonds) a tout tenté mais n’a pas pu porter le Heat à lui tout seul. Luol Deng a marqué 19 points, tandis que Hassan Whiteside a terminé en double-double (10 points, 12 rebonds) pour sa première titularisation avec Miami.

Stephen Curry a de nouveau livré une performance digne d’un MVP avec 32 points (7 sur 10 à 3 points), et Klay Thompson a marqué 19 points. Les Splash Bros. ont grandement contribué dans l’avantage de 19 points, acquis par les Warriors au second quart-temps. Chaque fois que Miami a fait un rapproché, Golden State a tué les espoirs des floridiens. Cette victoire est aussi la 15e victoire consécutive à domicile, égalant le record de la saison 1962-63.

« Je pense que notre équipe a fait un formidable travail pour conserver notre énergie et notre concentration, » a expliqué David Lee (8 points, 6 rebonds, 5 passes décisives). « Et je pense que tout ça est lié à la profondeur de l’effectif, à notre cohésion. »

Les Dubs ont disposé du Heat grâce à leur recette traditionnelle, à laquelle sont mangées toutes les équipes de la conférence Est : de la défense, du rythme en attaque, et des tirs à forts pourcentages de réussite.

 Curry et Thompson ont mis Golden sur de bons rails, avant que les remplaçants ont conforté l’avance glanée par les titulaires. Les Warriors ont compté jusqu’à 19 points d’avance durant le second quart-temps. Au terme de la première mi-temps, les Warriors bénéficiaient de 17 points d’avance (55-38).

Le Heat est revenu à plusieurs reprises à moins de 10 points des Warriors, mais comme à son habitude, les joueurs de Steve Kerr ont donné le coup de collier nécessaire pour distancer à nouveau les joueurs de Spo.

Stephen Curry a eu une adresse diabolique, réussissant 11 tirs sur ses 19 tentatives. Il a rentré notamment 7 tirs à 3 points, son record de la saison. Le banc a livré un bel apport, avec les vétérans Andre Iguodala et Leandro Barbosa (9 points chacun).

Sans Bogut et Iguodala, la série de 8 victoires prend fin à OKC.

Les Warriors n’ont pas eu leur profondeur de banc habituelle, sans manquer d’énergie et de détermination. Pourtant, ce cocktail n’a pas suffi aux Warriors pour battre le Thunder à Oklahoma City. La série de 8 victoires a donc pris fin suite à la défaite 127 à 115 face au Thunder.

Klay Thompson a terminé meilleur marqueur des Warriors avec 32 points. Marreese Speights a inscrit 20 points, Stephen Curry 19 points et Harrison Barnes 18 points.

Après avoir perdu l’avantage au cours du second quart-temps, les Warriors sont toujours restés proches du Thunder, mais ne sont jamais parvenus à reprendre l’avantage. Le Thunder a été tout simplement meilleur dans tous les secteurs du jeu ou presque : rebonds (54 à 43), adresse (52,6 % contre 45,7 %), apport du banc (42 points à 21) et points dans la peinture (58-48).

Avec ce troisième match en 4 jours, et un back-to-back à Houston le lendemain de ce match, Steve Kerr a décidé de laisser Andrew Bogut et Andre Iguodala au repos.

Kevin Durant a parfaitement profité de l’absence d’Iguodala, son garde du corps attitré, pour marquer 36 points (14 sur 18 aux tirs !). Russell Westbrook a connu lui aussi une bonne soirée avec un triple-double (17 points, 17 passes décisives, 15 rebonds). Serge Ibaka (27 points) et Dion Waiters (21 points) ont grandement contribué à cette victoire convaincante du Thunder.

Klay Thompson a été très bon dans la défaite : 32 points (12 sur 22 aux tirs), 4 rebonds, 4 passes décisives. L’arrière passé par Washington State enchaîne les bonnes performances. Ca tombe bien, avec le All Star Game qui approche à grand pas.

Le tournant du match a eu lieu à 9’12 de la fin du quatrième quart-temps. Les Warriors ont réussi à revenir à 4 points du Thunder, sur un tir de Shaun Livingston. Mais derrière, le Thunder a infligé un 18-9, pour mener 119-106 à 3 minutes de la fin du match. Les Warriors ne s’en sont jamais remis.

Le nombre de points marqués par OKC (127) est le plus grand nombre de points encaissés par Golden State. OKC est devenu aussi la deuxième équipe à shooter à plus de 50 % de réussite, après que les Lakers aient réussi cette performance le 23 décembre 2014.

A noter que Festus Ezeli n’a pas joué non plus, toujours en délicatesse avec sa cheville gauche. Aucune date de retour n’a été communiquée pour le pivot.

Le duel de potentiels MVP entre Harden et Curry tourne à l’avantage de Curry.

Stephen Curry et Klay Thompson ne sont pas les Splash Brothers pour rien : 54 points, et une victoire solide à Houston, en sortie de back-to-back. Et avec la manière, puisque les Warriors l’ont emporté 131 à 106 au Toyota Center de Houston.

Les joueurs de Steve Kerr ont parfaitement rebondi après leur défaite la veille à OKC, qui avait mis fin à une série de 8 victoires de rang.

A la mi-temps, les Warriors avaient un avantage de 5 points. Mais c’est après la mi-temps que le match s’est emballé avec un troisième quart-temps de folie : 38 points pour Golden State, dont 15 de Stephen Curry, pour compter 22 points d’avance à l’entrée du dernier quart-temps.

Dwight Howard (23 points, 10 rebonds) a été le meilleur texan de la soirée. James Harden, meilleur marqueur de la NBA, a été limité à 11 petits points. La défense de Klay Thompson sur l’arrière barbu y a été pour beaucoup. Harden a terminé avec 11 points, à 4 sur 15 aux tirs (dont 0 sur 4 à 3 points). Bien en dessous des 27 points par match en moyenne.

Les Rockets ont fait un rapproché à 16 points des Warriors (110-94) à 7 minutes de la fin, grâce à 5 points consécutifs de Kostas Papanikolaou. Les Warriors ont réagi de suite en marquant 9 points (dont 5 de Steph) pour sceller définitivement le sort du match (119-94).

En bref

Utah Jazz – Golden State Warriors : 105 – 116

Golden State Warriors – Miami Heat : 104 – 89

Oklahoma City Thunder – Golden State Warriors : 127 – 115

Houston Rockets – Golden State Warriors : 106 – 131

Bilan

32 victoires, 6 défaites. Meilleur bilan de la Conférence Ouest et de la NBA.

Tops

100 matches de suite à guichets fermés

Ce n’est pas nouveau, mais il est difficile dans la ligue de trouver meilleur fanbase que celle des Warriors. Même au début des années 2010, lorsque l’équipe ne se portait pas au mieux, les supporters étaient là pour supporter leur équipe dans l’Oracle Arena.

Depuis leur campagne de playoffs 2013, les Warriors attirent de plus en plus : l’Oracle Arena est pleine à chaque match, et des maillots bleus et jaune fleurissent dans les salles des équipes adverses.

Cette semaine, le match face à Miami a été le 100e match d’affilée à guichets fermés pour Golden State dans l’Oracle Arena. Pour cette occasion, de nombreuses vidéo pour remercier les fans ont été diffusées durant les arrêts de jeu.

Stephen Curry pourra remercier Klay Thompson s’il est MVP

Le match entre Houston et Golden State n’était pas seulement qu’un match entre deux poids lourds de la conférence Ouest. C’était aussi l’occasion de voir s’affronter deux potentiels MVP, entre James Harden et Stephen Curry. Au final, le meneur des Warrriors a marqué des points dans cette longue quête qu’est celle de l’obtention du titre de MVP. Mais surtout, si Curry a marqué les esprits, c’est parce que James Harden n’a pas brillé durant ce match. La « faute » à Klay Thompson, auteur d’un match immense en défense. Après avoir marqué 32 points à OKC, il a démontré l’étendue de son talent en défendant à merveille sur le meilleur arrière de la ligue.

Flop

« Mes joueurs sont crevés », d’après Steve Kerr

Je radote. Mais après cette semaine, les effectifs ont été soumis à de gros efforts. Steve Kerr s’est longuement exprimé sur ses rotations, et l’état global de ses joueurs après la victoire face au Miami Heat.

« C’est le début de la période difficile en NBA. Pour moi, à partir de maintenant (le 14 janvier, ndlr) et jusqu’à la coupure du All Star week-end, ça devient très dur. L’effet de nouveauté de la saison est terminé. Nous sommes sur une grande série, mais nous n’avons fait que la moitié du chemin, et les joueurs sont fatigués. Tout le monde est fatigué dans la ligue. Alors il faut se battre malgré la fatigue. C’est pour cela que nous jouons avec 10 joueurs à chaque fois. Nous essayons de traverser au mieux cette période. Si nous pouvons le faire et gagner, c’est formidable alors. »

Le discours et la gestion sont des restes de ce qu’a connu Kerr durant sa carrière de joueur, au cours de laquelle il a eu pour coach Phil Jackson et Gregg Popovich.

Preuve de la bonne gestion de son effectif : Stephen Curry a joué 40 minutes ou plus à seulement 2 reprises cette saison. La saison dernière, il en était (déjà) à 24 matches à 40 minutes ou plus après le même nombre de matches joués.

Le programme de la semaine prochaine

Vs. Denver Nuggets, dans la soirée de lundi à mardi (22h).

Vs. Houston Rockets, dans la nuit de mercredi à jeudi (4h30).

Vs. Sacramento Kings, dans la nuit de vendredi à samedi (4h30).

Vs. Boston Celtics, dans la nuit de dimanche à lundi (2h).