Débats Sports

Week 1 : les Warriors sont irrésistibles

Publié chaque dimanche, le bilan de la semaine reprend toute l’actualité des Warriors, aussi bien sur les parquets qu’en dehors. Retour sur la première semaine, ou plutôt les dix premiers jours, de la saison régulière.

Des Warriors reçus 5/5

Bien que laborieux face aux Kings, les Warriors ont enchaîné par une large victoire 127 à 104 face aux Lakers. Klay Thompson a parfaitement fêté sa prolongation de contrat face à l’idole de sa jeunesse, Kobe Bryant. Tout juste après avoir signé sa prolongation de contrat, Klay Thompson a livré un match absolument exceptionnel avec 41 points marqués, en ne prenant que 18 tirs. Stephen Curry a lui aussi entamé sa saison à l’Oracle Arena de la meilleure des manières qu’il soit avec 31 points et 10 passes décisives. Titulaire à la mène pour la seconde fois de la saison, Harrison Barnes a eu le rendement espéré avec 15 points.

Les matches face aux Blazers la saison passée ont été parmi les plus spectaculaires de la saison 2013-14, avec des performances exceptionnelles de Curry, Aldridge, ou Lillard. Cette fois-ci, c’est Klay Thompson (29 points) qui a sorti une très grosse performance pour permettre aux Warriors de disposer des Blazers (95 à 90). Après une première mi-temps réussie, le Splash Brother s’est éteint au cours du 3e quart-temps pour terminer la rencontre sur les chapeaux de roues. Il a été décisif des deux côtés du terrain, que ce soit en défense sur Lillard, ou en attaque lorsqu’il a fallu rentrer le tir qui a fait basculer le match. Après un match convaincant face aux Lakers, Barnes a totalement disparu des radars au cours de ce match. Heureusement pour les Warriors, Leandro Barbosa (13 points) a élevé son niveau de jeu pour apporter du scoring nécessaire derrière les Splash Brothers.

La rencontre la plus attendue de la semaine a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi. Dans la bouillante Oracle Arena, les Warriors ont reçu les Clippers pour un match qui sentait la poudre. Finalement, le scénario n’a laissé aucun suspense, et le match s’est avéré quasiment plié dès le milieu du 3e quart-temps. Les joueurs de Doc Rivers sont passsés au travers de leur match aussi bien en attaque qu’en défense. Ce n’était pas le cas de Draymond Green. L’intérieur des Warriors a été l’auteur d’une magnifique prestation avec 24 points (5 sur 8 à 3 points), 8 rebonds, 5 passes décisives. Outre l’apport offensif, son impact en défense a été absolument impressionnant. Pour preuve, il suffit de regarder la prestation globale d’un Blake Griffin en-dessous de tout (14 points, un seul rebond…). Capable de s’écarter du cercle, Green a montré toute l’étendue de ce que peut donner l’attaque des Warriors au complet. Pour l’anecdote, Jermaine O’Neal était présent dans les tribunes de l’Oracle Arena. Il se murmure que le pivot pourrait rempiler pour une saison de plus à Golden State…

Enfin, la semaine s’est achevée sur un déplacement périlleux à Houston. Les Rockets étaient l’autre franchise invaincue en ce début de saison. « Etaient » car les Rockets ont perdu 87 à 98. Cette victoire des Warriors a été une nouvelle fois convaincante, surtotu d’un point de vue défensif (35 % aux tirs pour les Rockets dont 24 % à 3 points). Cependant, quelle valeur donner à cette victoire ? Sans Patrick Beverley et Dwight Howard, cette équipe n’avait pas son allure habituelle. Beverley est un vrai poison, capable de freiner Stephen Curry, tandis que Dwight Howard revient dans une bonne forme et commence à retrouver un impact important des deux côtés du terrain. Quoiqu’il en soit,  s’il y a bien un enseignement à tirer de ce match, c’est que Stephen Curry affiche un niveau de jeu « LeBron-esque » : 34 points (13/19 aux tirs), 10 rebonds, 5 passes décisives et 4 interceptions.

En bref :

Sacramento Kings – Golden State Warriors : 77 – 95

Golden State Warriors – Los Angeles Lakers : 127 – 104

Portland Trail Blazers – Golden State Warriors : 90 – 95

Golden State Warriors – Los Angeles Clippers : 121 – 104

Houston Rockets – Golden State Warriors : 87 – 98

Klay Thompson prolongé, quid de Draymond Green ?

C’était le feuilleton de ce début de saison : la situation contractuelle de Klay Thompson. Si aucun accord n’était trouvé avant le 31 octobre, Thompson aurait été alors agent libre restrictif. Une équipe aurait pu alors proposer un contrat à Klay Thompson, et les Warriors auraient eu 3 jours pour s’aligner sur cette offre ou laisser filer Klay vers l’équipe ayant proposé ce contrat. A titre d’exemple, Gordon Hayward a signé un contrat de 63 millions de dollars sur 4 ans avec Charlotte, avant que Utah ne s’aligne sur l’offre des Hornets. A Golden State, la philosophie des dirigeants est de prolonger les joueurs cadres avant le début de la saison, avec un double objectif : payer le joueur un peu moins cher, et éviter les tractations autour de l’avenir du joueur (échange, départ…).

Klay Thompson a signé un contrat de 69 millions de dollars sur 4 ans. Le contrat prend effet au terme de la saison 2014-15. Contrairement à ce qui a été souvent dit, il ne s’agit pas d’un contrat max. Si à première vue le montant paraît élevé, il faut avoir en tête que le salary cap va exploser dans les 3 prochaines années avec les nouveaux contrats TV. Les modèles actuels tablent sur un cap à 90 millions de dollars en 2016-17. Le cap disponible à ce moment là offre la possibilité aux dirigeants de prolonger le contrat de Harrison Barnes ou Draymond Green, tout en permettant de signer un des joueurs majeurs de cette free agency. Les Warriors deviennent une franchise de plus en plus attractive d’un point de vue sportif. Cette attractivité va aller en grandissant avec le déménagement de la franchise basée à Oakland du côté de San Francisco. Avec les nouveaux contrats TV et un marché bien plus important, Golden State a les moyens de rivaliser avec les très grosses franchises de la NBA. La perspective de jouer dans un très gros marché aux côtés de Curry, Thompson peut s’avérer très très intéressante pour Kevin Durant par exemple. Je ne dis pas que cette signature aura lieu, loin de là. Mais après s’être intéressé à Kevin Love, Carmelo Anthony, les agressifs dirigeants des Warriors ne resteront pas inactifs sur le dossier Kevin Durant. Pour preuve, ils avancent leurs pions dès maintenant.

La prolongation de Thompson réglée, le cas Draymond Green est désormais la priorité des dirigeants des Warriors. En pleine progression, Green est capable de tout, sans pour autant exceller dans un domaine précis. C’est à la fois sa force et sa faiblesse. Jeff Van Gundy, commentateur pour ESPN, a parlé d’une fourchette entre 10 et 12 millions par an pour le prochain contrat de Green. Le montant paraît très élevé. Mais là encore, il faut tenir compte de l’explosion du cap. Les contrats supérieurs à 10 millions de dollars seront plus courants. Draymond Green passera par la case agent libre restrictif à la fin de la saison, et le marché dictera sa valeur. Quelle valeur serait juste pour le couteau suisse des Warriors ? Avec le cap actuel, une prolongation à 32 millions sur 4 ans semble adaptée.

La gestion du cas David Lee

Absent pour le début de la saison, David Lee a fait ses débuts face à Clippers dans la nuit de mercredi à jeudi. Cependant, ce retour anticipé s’est soldé par une aggravation de sa blessure à la cuisse. Draymond Green a été promu titulaire à l’intérieur au côté de Bogut. Ce choix de Kerr est une totale réussite au vu des résultats et de ce qu’apporte Green à l’équipe. Si l’équilibre de l’équipe est très bon comme cela, quelle sera la donne une fois que David Lee sera de retour ? Steve Kerr a déjà donné des éléments de réponse cette semaine, en annonçant que le 5 majeur ne changerait pas quand Lee sera de nouveau disponible. Cette décision de Kerr est aussi audacieuse – laisser un joueur à 20-10 sur le banc n’est pas courant -, qu’intelligente. Avec David Lee et Andre Iguodala sur le banc, les Warriors auraient alors une second unit absolument terrifiante avec Livingston, Iguodala, Lee, Barbosa, Speights. Une équipe comme celle là ferait les playoffs à l’est.

Tops

La défense

Les progrès sont constants dans le secteur défensif depuis l’arrivée de Mark Jackson il y a 3 ans. Steve Kerr et ses assistants ont repris le flambeau. Avec le retour en forme de Bogut, Green dans le 5 (en lieu et place de Lee, plus faible défensivement), et les progrès de Stephen Curry, les Warriors ont tout simplement la meilleure défense de la ligue avec 89,4 points encaissées pour 100 possessions. L’attaque fait lever les foules, la défense fait gagner des titres. Et si les Warriors avaient trouvé la formule gagnante ?

Le mouvement de balle

La différence entre l’ère Mark Jackson et Steve Kerr a été frappante au cours des premiers matches. Alors que l’ancien joueur des Knicks et Pacers abusaient des systèmes d’isolation et de pick and roll en fin de possession, le coaching staff a instauré une mentalité très altruiste à cette équipe dotée très bons passeurs, tout en veillant à ce que le rythme de l’attaque soit élevé.

Saison PACE TO EFF FG% TS%
2013-14 98,5 13,8 51,7 55
2014-15 103,2 19,3 55,1 59,3

Au final, même si le nombre de turnovers augmente, le rythme (PACE) est plus élevé avec un nombre de possessions supérieures à la saison passée. Dans le même temps, les Warriors ont un pourcentage d’efficacité au tir (EFF FG%) et un pourcentage ajusté de réussite (TS%) au sommet de la ligue après ces 10 premiers jours. La saison dernière, les Warriors se classaient aux environs des 8-10e place. Ces chiffres traduisent d’une attaque bien plus efficace. Cette efficacité à la hausse est le résultat d’un mouvement de balle bien plus important.

La rotation intérieure

C’est la vraie bonne surprise du début de saison. Derrière l’excellent Andrew Bogut, Festus Ezeli et Ognjen Kuzmic apportent satisfaction au cours des 15 minutes qui leur sont accordées chaque match. La rotation au poste de pivot peut même compter sur Mo Speights lorsqu’il est associé à Barnes ou Green à l’intérieur. En plus, il se pourrait que la rotation intérieure se densifie encore avec l’arrivée de Jermaine O’Neal. Son expérience des playoffs pourraient être très précieuses au cours du printemps 2015.

Flops

Les pertes de balle

Les Warriros sont bons derniers de la ligue en termes de pertes de balle par match, avec 19,3 turnovers par rencontre. Steve Kerr a déclaré que les pertes de balle étaient le gros point noir de ce début de saison, affirmant que 4 à 5 de ces turnovers étaient évitables car résultant d’actions stupides. Cependant, ce chiffre est à replacer dans son contexte. Si le mouvement de balle est plus important, le risque de perdre la balle l’est aussi.

Harrison Barnes

Le cas Harrison Barnes divise toujours autant. Auteur d’une pré-saison très moyenne (pour rester poli), Barnes continue sur cette même lancée pour la saison régulière. Depuis son bon match contre les Lakers (15 points), le temps de jeu de Barnes tend à diminuer de plus en plus : de 30 minutes face aux Lakers, il est passé à 22 minutes face aux Rockets. Son manque de confiance joue su son agressivité offensive, et il ne se contente plus que de tirs à 3 points dans le coin. Barnes va devoir se reprendre rapidement.

L’absence d’un troisième scoreur régulier

Stephen Curry et Klay Thompson tournent à eux deux à plus de 50 points de moyenne par match. Derrière les Splash Brothers, seul Draymond Green est à plus de 10 points par match. Sans un troisième scoreur à plus de 15 points de moyenne par match, les Warriors pourraient se trouver en grande difficulté si Curry ou Thompson connaissent de vrais jours sans. Reste à voir quel sera l’impact de David Lee à son retour. En attendant, il faudra s’en remettre à des performances de Barbosa, Iguodala, voir Barnes pour avoir ce troisième scoreur derrière Curry et Thompson.

Le programme de la semaine

@ Phoenix Suns, dans la nuit de dimanche à lundi (2h)

Vs. San Antonio Spurs, dans la nuit de mardi à mercredi (4h30)

Vs. BrooklynNets, dans la nuit de jeudi à vendredi (4h30)

Vs. Charlotte Hornets, dans la nuit de samedi à dimanche (4h30)