Débats Sports

S’il vous plaît, n’achetez pas HRT.

Ce billet est destiné aux observateurs de formule 1 assidus et aux investisseurs avisés. Si tant est qu’en période de crise vous avez des deniers à dépenser, ne les placer pas chez HRT. La présence de l’écurie espagnole en Formule 1 ne se justifie pas. Elle n’est pas un acteur historique du sport automobile, n’assume plus la fonction de tremplin pour les jeunes pilotes talentueux, bien trop occupée qu’elle est à faire face de manière continuelle à des difficultés financières. Alors que des écuries historiques, compétitives comme Williams sont en proie à des difficultés économiques structurelles et alors que la question de l’utilité sociale de la Formule prend de la vigueur dans un contexte de marasme économique, HRT est vouée à l’échec. Près de trois ans après sa création, l’écurie se trouve exactement au même point : à la recherche d’un repreneur et sans aucune certitude de participer au prochain champion du monde de Formule 1. Il est désormais temps de tirer un trait sur l’incertitude et de clore l’expérience HRT.

Trois ans pour rien.

Le 12 novembre, l’écurie espagnole HRT se mettait en vente. Bonne dernière au classement des constructeurs, HRT est la dernière des nouvelles écuries arrivées sur le plateau en 2010. L’écurie avait déjà changé de propriétaire avant même de découvrir les paddocks.

L’écurie est l’émanation de l’écurie Campos Grand Prix, créée au milieu des années 1990 par l’ancien pilote espagnol Adrian Campos qui avait participé aux World Series et au GP2. Elle s’inscrit au championnat du monde de Formule en 2010 sous le nom de Campos Meta F1 Team, mais en raison de difficultés financières la structure est vendue à un actionnaire minoritaire, José Ramón Carabante, le 19 février 2010. L’écurie prend alors le nom de Hispania Racing F1 Team. Ce dernier cédera l’écurie à Thesan Capital en juillet 2011.

La courte histoire de l’écurie espagnole est donc marquée par les changements de propriétaires et par les difficultés financières. En raison de la crise économique et financière internationale, les fonds d’investissements ibériques peinent à renouveler leur engagement au sein de la structure dont les résultats sportifs ne plaident pas en faveur du maintien de l’écurie dans l’élite du sport automobile. Thesan Capital a donc annoncé sur le site internet de l’écurie sa mise en vente.

Depuis 2010, HRT a disputé 53 Grands Prix, aucun des pilotes qui ont conduit une monoplace HRT ne s’est hissé dans les points.  Le meilleur résultat de l’écurie reste la 13ème place de Viantonio Liuzzi arrachée lors du Grand Prix du Canada 2011. Cette performance a permis à l’écurie de devancer les Virgin au championnat du monde des constructeurs, ce qui avait déjà été le cas lors de la saison 2010.

Cette année, les deux monoplaces de l’écurie espagnole sont conduites par le vétéran espagnol qui a passé l’essentiel de sa carrière comme troisième pilote, Pedro de la Rosa, et le pilote indien, Narain Karthikeyan. Le meilleur résultat obtenu cette saison par les HRT est la 15ème position obtenue par l’indien au terme du Grand Prix de Monaco…il avait alors bénéficié de l’abandon de 9 pilotes. Autrement dit, le meilleur résultat cette saison obtenu par l’écurie le fut avec une…dernière place. Il convient toutefois de préciser que la structure a réalisé de substantiels progrès tout au long de la saison. En effet, lors du premier GP en Australie, les deux monoplaces HRT n’avaient pas participé à la course du dimanche, n’étant pas parvenues à réaliser les minimas lors des qualifications….comme lors des deux saisons précédents. L’instabilité économique de l’écurie la contraint à faire l’impasse sur les essais privés de pré-saisons.

Toujours en proie à des difficultés financières, l’écurie n’assure même pas la fonction qu’assumaient les Minardi par le passé, celle de tremplin pour les jeunes pilotes talentueux. Depuis sa création, seul Daniel Ricciardo fait office de jeune talent à avoir évolué dans l’écurie. Et il avait été placé ici à la suite d’un accord conclu entre HRT et Red Bull. Les 7 autres pilotes ayant pris le volant d’une HRT ne présentent pas le profil de jeunes premiers destinés à brillant avenir: Bruno Senna, Viantonio Liuzzi, Karun Chandkok, Sakon Yamamoto et Christian Klien, Pedro de la Rosa, Narain Karthikeyan.

Si l’écurie et ses pilotes ne peuvent prétendre à aucune ambition sportive tant le matériel et les moyens mis à leur disposition ne sont pas à la hauteur, la courte histoire des HRT est parsemée d’incidents causés par leurs monoplaces. Bien trop lentes, les HRT font souvent office de chicanes mobiles pour les pilotes de tête.

Hispania Racing Team est donc en vente, et on espère bien que personne ne viendra la racheter.  Si en décembre aucun investisseur ne souhaite rejoindre l’aventure, HRT pourrait bien quitter la Formule 1 sans en avoir marquer l’histoire. On ne la regrettera pas…

  • Emir

    Brillant article ! Ton point de vue critique s'exprime une nouvelle fois avec excellence gajs ! Je pense comme toi que cette écure n'en vaut pas le coup. Une évolution hasardeuse et quasi-inexistante sur les 3 dernières saisons, ainsi que les soucis d'argent continuels vouent le projet à l'échec.

    L'écurie ne parvient même pas à offrir une monoplace capable de finir une course à ses pilotes, et je pense que ça n'évoluera pas sur la saison 2013 (s'ils sont de la partie). Et si en plus, comme tu l'as très justement signalé, elle ne se met même pas au service des plus jeunes pilotes, son utilité au sein du paddock est vraiment quasi-nulle !

    • Merci Emir.
      Je proposerai dans les jours à venir mes propositions de réformes. La présence des nouvelles écuries en F1 répondait à une double logique : celle de la venue de nouveaux investisseurs et celle de l'augmentation du nombre de monoplaces sensé accroître le spectacle. Sur les deux plans c'est un échec retentissant. Les écuries historiques et du milieu de grille cherchent également de nouveaux investisseurs qui préfèrent investir dans des structures déjà bien établies quitte à y imposer un pilote national. Laissant aux écuries de fonds de grille dans l'embarras et l'obligation d'engager des pilotes payants de piètres niveaux ce qui ne permet pas aux dites écuries de progresser ou d'attirer de nouveaux capitaux. Quant au spectacle, la présence de chicanes mobiles sur les tracés n'apporte strictement rien…

  • Pingback: En novembre vous avez lu… - Débats Sports()

  • Pingback: Vous allez aimer la F1 - Débats Sports()