Débats Sports
Don't Miss

Rajon Rondo est-il le meilleur meneur de la NBA?

« J’espère que je pourrai terminer ma carrière en tant que meilleur meneur de jeu de l’histoire des Celtics »

Cette petite phrase est sortie de la bouche du meneur de poche des Celtics et elle bouleverse la planète basket depuis. Rajon Rondo peut-il espérer rivaliser avec les légendes de Boston à son poste ? Derrière ce débat interne à la franchise, le numéro 9 des verts espère avant tout devenir le meilleur meneur de son époque. Il l’a déjà affirmé, et prouvé sur le terrain. A Débats-Sports nous avons fait notre choix. Oui Rondo est le meilleur meneur de la ligue à l’heure actuelle. Tentative de démonstration en 5 points.

Il a pris les rênes de son équipe.

Premier point de comparaison (et de différences) avec les autres meneurs de la ligue, l’intégration dans l’équipe.

Alors que Paul, Nash ou encore Deron Williams sont recrutés par des franchises pour assurer le poste de titulaire indiscutable à la mène, Rondo est encore dans la franchise qui l’a sélectionné il y a déjà 6 ans (en réalité il a été sélectionné par Phoenix et directement envoyé dans le Massachusetts) à la 21ème position entre Renaldo Belkman et Marcus Williams, et si ça vous dit rien c’est normal.

Lors de sa saison rookie, il a du batailler avec Delonte West et Sebastian Telfair pour grappiller du temps de jeu et démontrer tout son potentiel. Tapant dans l’œil de Doc Rivers, il échappe de peu au package de Celtics priés d’aller voir ailleurs pour faire de la place à Garnett et Allen à l’été 2007.

Obtenant sa place dans le cinq majeur il a débuté les 451 matchs suivants qu’il a disputés avec Boston.

Rajon Rondo se démarque de tout ses autres concurrents qui ont soit été tradés ou draftés en vue d’occuper un poste de titulaire. Rondo a du se battre et démontrer son talent. Être sélectionné aussi loin dans une draft faible et qui plus est en étant le premier meneur choisi ne lui ont pas permis de se sentir à l’aise immédiatement à l’inverse d’un Russel Westbrook ou d’un Derrick Rose.

Il a mis son équipe au garde à vous

Une fois la place de titulaire de Boston obtenue, il lui fallait encore devenir un meneur d’hommes sur le parquet. Et avec des Hall of Famers accomplis comme Pierce, Garnett et Allen, ce n’était pas gagné d’avance.

Là encore on peine à trouver un autre meneur de sa génération qui a eu à gérer un tel effectif à un âge si précoce. Le seul qui a eu la lourde tâche de s’intégrer dans un effectif bien rodé fût Tony Parker et les Spurs de Tim Duncan. Les parcours des deux joueurs se ressemblent un peu. Duncan est un peu le Garnett de Parker. TP a réussit à mettre Popovich dans sa poche et Rondo a fait de même avec Doc Rivers.

Mener une équipe est une chose, mais en devenir le dépositaire du jeu en est une autre. A titre de comparaison, c’est comme si Mario Chalmers devenait le maître à jouer du Heat devant Wade et James.

Ses stats parlent pour lui

Meilleur passeur de la NBA l’année dernière, il fait le boulot qu’on attend d’un meneur. Vous nous trouverez peut être vieux jeu, mais un meneur doit avant tout passer la gonfle et créer des shoots ouverts à ses partenaires. Sans remettre en cause le talent d’un Russel Westbrook, mais terminer la saison avec une moyenne de 5.5 passes par match alors qu’il a Kevin Durant a ses côtés ne plaide pas en sa faveur.

L’année passée, il a cumulé une série de 23 matchs consécutifs à 10 passes ou plus. Parmi ces 23 matchs, il en a terminé 12 en double-double. Et parlant de performances incroyables, notons aussi les 6 triples double de sa saison. Pour comparaison, le n°2 du classement des triples-double est Carmelo Anthony avec … 1, ce qui ne fait que renforcer l’exploit du meneur.

Notons aussi, qu’en plus d’être le meilleur passeur de la NBA, Rondo est aussi le meilleur rebondeur parmi les meneurs et le 7ème meilleur intercepteur de la ligue.

Ses résultats parlent pour lui

En 6 saisons avec les Celtics, et en omettant la première durant laquelle Rondo n’a pratiquement pas joué, la première saison en tant que titulaire à la tête du cinq majeur fût la bonne puisque les Celtics remportent le titre aux dépens de leurs meilleurs ennemis, les Lakers.

Troisième saison NBA, échec en demi-finale de conférence face au Magic. Quatrième saison, défaite en finales NBA face aux Lakers et Rondo est nommé dans la First Defensive Team et second des votes. Cinquième saison, défaite en demi-finales de conférence face au Heat. Et l’an passé, il fallut un septième match décisif pour départager les Celtics et le Heat en finale de conférence.

Depuis que Rondo mène les Celtics, ces derniers ont toujours disputé les playoffs, et obtenu une bague de champions. Et depuis son arrivée, Boston a toujours remporté sa division.

Il sort du lot

Nous sommes en train de vivre une période dorée pour les meneurs. Rares ont été les décennies qui ont vu tant de meneurs all stars. Outre Rondo, notons les performances exceptionnelles de Paul, Parker,  Kidd, Nash, Westbrook, Rose, Williams et tout cela en attendant les montées en puissance attendues de Ricky Rubio, John Wall, Kyrie Irving, Stephen Curry, Damian Lillard, Isaiah Thomas, Jimmer Fredette, Jrue Holiday…

Malgré tout ces meneurs d’exception, Rondo demeure dans le top 5, voire le top 3, dans l’esprit des experts. Excellent défenseur et passeur de génie, son seul point faible reste son shoot défaillant. Et pourtant il s’est incroyablement amélioré cette saison. Et puis peut-on vraiment parler de faiblesse quand on dispose de Paul Pierce, Ray Allen et Kevin Garnett pour se charger du scoring ?

Le départ de Ray Allen va laisser un vide dans le secteur extérieur et Rondo va devoir prendre ses responsabilités. Cette saison sera celle qui fera de Rondo le meilleur meneur de la NBA. Pour l’époque c’est très probable. De l’histoire des Celtics, c’est peu vraisemblable tant certaines légendes sont au dessus, mais qui sait, il a déjà dans le viseur de nombreux records de la franchise. De l’histoire de la NBA ? On en reparle dans dix ans.