Débats Sports
Don't Miss

Quel pivot titulaire pour les Cavs ?

Lorsque LeBron James a rejoint Dwyane Wade et Chris Bosh à Miami, le reste de l’effectif était composé de joueurs de rotation accomplis, de shooteurs et d’intérieurs expérimentés mais limités. Pourtant, la franchise a enchaîné quatre apparitions en finale NBA consécutives. Pour Cleveland, le modèle est relativement similaire.

L’effectif des Cavaliers apparaît comme supérieur à celui du Heat de 2010, mais le poste de pivot pose encore des questions. Anderson Varejao, du haut de ses 32 ans et multiples blessure au genou et à l’épaule, devrait-il débuter les matchs d’une équipe visant le titre ? Tristan Thompson, malgré sa bonne volonté et son énergie, pourra-t-il faire face à la raquette des Spurs, des Bulls ou encore des Clippers ?

David Blatt possède à sa disposition deux joueurs aux caractéristiques différentes, contribuant différemment au fonctionnement du collectif, tout comme les pivots de Erik Spoelstra à Miami.

Tristan Thompson

La marque de fabrique du jeune intérieur canadien, c’est son énergie et son activité sur le terrain. Il est rapide et athlétique, ce qui lui permet de conserver un certain avantage sur des intérieurs plus lourds et moins mobiles que lui. Sur pick and roll, cela lui permet de couvrir plus d’espace, et de faciliter les rotations en défense. C’est un atout très apprécié par les coachs qui basent leur défense sur l’entraide et le changement de joueurs après un écran.

Pour Thompson, la priorité sur le terrain est de sécuriser le secteur du rebond. Sur ses deux dernières années dans la ligue, il affiche une moyenne de 9.3 rebonds par match. Il est aussi bien actif en défense, qu’en attaque dans ce domaine. En effet, il faisait partie ces deux dernières saisons des meilleurs rebondeurs offensifs de la ligue, avec une moyenne supérieure à trois rebonds offensifs par match. Aux côtés de Kevin Love, on peut s’imaginer qu’une telle activité mettrait les Cavaliers à l’abri d’une supériorité adverse au rebond.

Cependant, ce qui fait défaut à Thompson, c’est sûrement sa taille, si David Blatt souhaite l’aligner au poste de pivot. Mesuré à 2m06, l’intérieur de 23 ans pourrait rendre quelques centimètres à son joueur en situation de un contre un, et ainsi se mettre en danger. Lors de son année rookie, il avait déjà connu un passage au poste de pivot, peu concluant, mais en montrant des capacités de protection du cercle. C’est un trait que l’on n’a plus revu chez Thompson depuis, mais qui pourrait bien resurgir cette année.

Anderson Varejao

Tout comme Tristan Thompson, ce qui fait de Varejao un joueur si important, c’est sa capacité à couvrir du terrain, combler les trous en défense, et surtout à lire l’attaque pour contrecarrer les plans adverses. Même s’il n’est plus tout jeune, le pivot brésilien produit toujours un effort maximal pour ses coéquipiers. Cet effort se manifeste par la prise de contact pour provoquer une faute offensive ou par la pression sur le porteur de balle en sortie d’écran.

Avant de se blesser lors de la saison 2012-2013, Varejao affichait des moyennes de 14.1 points, 14.4 rebonds mais également 3.4 passes par match. Il est capable de rentrer un tir à mi-distance (49% la saison dernière), mais également de trouver ses coéquipiers grâce à de bonnes capacités à la passes. Le jeu global de Varejao semble complet mais ne comble pas le manque d’un protecteur à l’intérieur.

De plus, ses multiples blessures n’ont pas été oubliées par les Cavaliers, qui prendront toutes les précautions nécessaires pour le conserver intact toute la saison. Il est même possible de voir Varejao sortir du banc cette saison. C’est un choix qu’avait fait Mike Brown la saison dernière, afin de mieux guider les remplaçants mais également pour préserver ses genoux et son épaule récemment remise de blessure. Aux côtés de Matthew Dellavedova, Shawn Marion ou encore Mike Miller, cette second unit fonctionnera à l’effort et au tir extérieur.

Brendan Haywood… ?

Il est en forme et semble être prêt à attaquer la saison. Haywood mérite une mention honorable, même s’il ne jouera jamais plus de 15 minutes par match. Il possède la taille et l’expérience pour jouer le rôle du protecteur. Son expérience en fait un joueur de valeur au groupe.

C’est à peu prêt tout pour toi, Brendan.

Spacing

Cavs Spacing

Cette action inconnue aux fans des années 2010 à 2014, montre à quel point l’équipe a changé cet été. Tout d’abord, Tristan pose un écran pour LeBron James à hauteur de la ligne des trois points avant de recouper au poste haut. Le ballon atterrit ensuite dans les mains de Kevin Love, toujours sur le périmètre, qui peut servir son coéquipier à l’intérieur.

Ce qui a permis cette séparation entre Thompson et son joueur, c’est son très bon écran qui entraîne Luol Deng avec lui, pour forcer Bosh à revenir en retard, mais également les shooteurs positionné dans les coins. Sur cette action, nous avons Mike Miller et Matthew Dellavedova qui écartent la défense.

Le manque de joueurs capables de rentrer des tirs longue distance faisait défaut aux Cavaliers l’an dernier. Thompson s’est souvent retrouvé encerclé sous le panier par manque de spacing et un jeu trop resserré. Cette année, ce ne sera pas le cas. Il n’y a pas moins de quatre menaces extérieurs sur le terrain au cours de cette action. La défense fait un choix, et libère Thompson, pour deux points faciles.

1

Les pivots de l’équipe devraient se retrouver à leur aise offensivement, mais il est déjà attendu d’eux un effort permanent en défense.

Coach Blatt fera sûrement appel à la défense en zone, comme vu à quelques reprises en pré-saison, afin de déstabiliser l’attaque adverse mais aussi combler le manque de protecteur au panier. On peut également s’attendre à de nombreuses rotations en cours de saison au poste de pivot. Les Cavaliers ont un effectif polyvalent, on imagine que Blatt s’adaptera à son adversaire avant de définir un pivot titulaire indiscutable.

[themoneytizer id=15816-16]