Débats Sports

Pas de vainqueur dans le derby d’Italie

Hier en fin d’après-midi, nous avons eu le droit à une confrontation de choix entre l’Inter Milan et la Juventus dans un derby d’Italie sous haute tension.  Cette rencontre était l’occasion de jauger ces deux formations et nous n’avons pas été déçus.

Dès les premières minutes, nous avons le droit à un match avec une grande intensité physique sur le terrain.  L’intérêt ici est de marquer son territoire pour la Juventus et de montrer que les joueurs ne sont pas impressionnés pour les intéristes. D’entrée c’est Carlos Tevez qui se met en évidence à la suite d’une contre-attaque à la suite d’un coup franc pour les locaux, le voilà alors lancé, face à deux adversaires il prend la peine de temporiser pour la donner à Vucinic dans l’intervalle. Heureusement que Campagnaro (et son très joli protège-dent) était là pour intervenir in-extremis.

D’habitude en possession du cuir, les hommes de Conte le laisse volontairement à leurs adversaires afin d’essayer de les contrer rapidement avec un fort pressing sur le porteur du ballon. La première alerte pour Giunluigi Buffon est à la 13e minute, à la suite d’un corner Nagatomo effectue une reprise de volée au premier poteau mais le portier italien était vigilant et détourne la frappe du nippon qui sera bien en jambe dans cette première mi-temps.
Réponse du berger à la bergère, deux minutes plus tard ce sont les bianconero qui se montrent dangereux : Andrea Pirlo lance Arturo Vidal plein axe dans le dos de la défense, ce dernier est plaqué au sol par Juan Jésus. Il y avait clairement pénalty si le chilien n’avait pas contrôlé le ballon de la main pour s’emmener le ballon.  Au fur et à mesure, le milieu de la Juventus prend le dessus sur celui de l’Internazionale et on voit des piémontais de plus en plus audacieux. Néanmoins, les nerrazzurri peuvent s’appuyer sur un très bon bloc défensif qui voit les assauts des visiteurs se heurter comme les vagues contre une digue.

A la 31e, Pirlo récidive avec un bijou de passe par-dessus la défense, cette fois-ci pour Paul Pogba qui voit sa frappe trop écrasée arrêtée par Handanovic. La dernière occasion de la première mi-temps sera à l’avantage de Saphir Taider, l’ancien grenoblois cloue sur place Bonucci d’un passement de jambes et voit son centre/tir détourné par le portier turinois toujours aussi vigilant. Il est difficile de savoir à ce moment du match quelle formation repartira avec les trois points.

Au retour des vestiaires la physionomie du match change quelque peu. En effet ce sont les hommes de Mazzarri qui prennent les devants en étant plus agressifs, visiblement le discours de l’ancien napolitain a été de venir les chercher plus haut. Cependant, la rapidité des contres de la Juventus a rapidement calmé les esprits et cet esprit conquérant c’est peu à peu évaporé.

C’est à l’heure de jeu que l’Apache décide de faire une nouvelle fois des étincelles. Excentré côté droit, Tevez repique pour servir Vidal entre deux défenseurs, malheureusement sa passe est un peu trop forte. Le chilien s’arrache et effectue une frappe croisée du gauche mais n’arrive pas à cadrer. Au fur et à mesure que le chronomètre défile, les lignes s’étirent et on a le droit à de plus en plus d’espaces, donnant un peu de folie dans un match pour le moment intense mais bien géré tactiquement.
C’est à la 73e minute que Mauricio Icardi va ouvrir la marque seulement quelques minutes après être rentré sur la pelouse de Giuseppe Meazza. Son soutien à savoir Alvarez subtilise le ballon à Chiellini puis s’en va servir parfaitement Icardi dans le dos de Bonucci. Sa frappe n’est pas en reste et voilà l’argentin qui marque son troisième but en quatre matchs face à la Juventus (deux avec la Sampdoria).

C’est mal connaître la Vieille Dame que de penser qu’elle est abattue, deux petites minutes plus tard les hommes d’Antonio Conte vont recoller au score. Asamoah percute côté gauche, fait valoir son physique pour passer face à son vis-à-vis avant de servir Vidal au point de pénalty. Victime d’un contrôle un peu long, l’homme à tout faire de la Juventus arrive néanmoins à déclencher une frappe croisée du gauche qui finit sa course au fond des filets. Handanovic est lui resté cloué sur place.

On se dit alors que les deux formations vont tenter de conserver ce résultat avec ces quelques minutes de folies mais ce n’est visiblement pas le cas pour les visiteurs qui accentuent leur présence dans le camp adverse. Cela aurait pu payer à deux minutes du terme : suite à un centre d’Asamoah, Vidal reprend de la tête, Handanovic effectue un superbe arrêt et Isla qui avait suivi au second poteau n’arrive pas à cadrer sa frappe, c’était clairement la balle de match.

Sur l’ensemble de la rencontre, le nul est équitable. Nous avons assisté à une très bonne rencontre et nul doute que l’Inter Milan et la Juventus vont s’affronter pour le Scudetto cette saison.

Les notes de l’Inter Milan : 

Handanovic : Des interventions décisives lorsqu’il a été sollicité. [7]

Rannochia : Plutôt solide, a tendance à trop en faire notamment en ce qui concerne ses dribbles près de sa surface. [6.5]

Juan Jesus : Bien aidé par la couverture de Campagnaro, n’a pas connu de grandes difficultés surtout car Vucinic a été transparent. [6.5]

Campagnaro : A éviter un face à face entre Vucinic et son gardien dès les premières minutes, solide, précieux dans l’anticipation et le placement. [7.5]

Jonathan : Trop d’erreurs défensivement, c’est lui qui se fait passer par Asamoah sur l’égalisation, idem pour l’énorme occasion des visiteurs à deux minutes du terme. [5.5]

Guarin : A l’origine des offensives turinoises en première période avec ses pertes de balles, s’est rattrapé en deuxième mais s’appuie trop sur son physique. Un peu de technique ne ferait pas de mal. [5.5]

Cambiasso : C’est lui la sentinelle devant la défense, plutôt efficace mais on remarque un déclin, peut-être l’âge qui commence à faire effet. [6]

Nagatomo : En évidence dans le premier quart d’heure en sollicitant Buffon, des jambes de feu en première, recadré par la suite pour éviter les départs dans son dos. Combatif. [6.5]

Taider : Souvent dans le bon tempo, sait lancer les offensives moment opportun. A l’aise à la récupération, dangereux sur une frappe. [6.5]

Alvarez : Très actif tout au long de la rencontre, c’est lui qui chippe le ballon à Chiellini avant de servir Icardi pour l’ouverture du score. Peut-être fautif sur l’égalisation avec un pressing plutôt lâche. [7]

Palacio : A joué quasiment seul devant pendant plus d’une heure, sacrifié pour le collectif. Il a couru, fait le pressing, pas grand chose à lui reprocher sur ce point. [6.5]

Icardi : Malgré le retour de blessure de Diego Milito, c’est sans doute le futur des nerazzurri. Bel enchaînement sur son but, décidément il aime marquer face à Buffon. [7]

Kovacic : /

Les notes de la Juventus :

Buffon : Deux bonnes interventions face à Nagatomo et Taider, n’a rien pu faire face à Icardi. [6.5]

Barzagli : C’est lui qui colmate les brèches dans l’arrière garde turinoise, malgré un tendon douloureux, il a su être présent physiquement. [7]

Chiellini : Moins solide qu’à son habitude, perd le ballon bêtement face à Alvarez qui coûte l’ouverture du score. [5]

Bonucci : A semblé en difficulté sur les offensives intéristes, il s’est contenté de défendre. C’est lui qui est pris dans le dos sur le but d’Icardi. [6]

Lichtsteiner : Moins de course qu’à son habitude, le carton jaune reçu l’a bridé. Deux, trois interventions importantes. [6]

Pirlo : Peu d’affluence sur le jeu, a joué plus bas qu’à son habitude. [5.5]

Pogba : Inconstant dans l’ensemble, a deux grosses occasions de marquer mais loupe son geste technique. [5.5]

Vidal : Moins présent que lors des autres rencontres, reste néanmoins le joueur le plus dangereux pour la Juventus. C’est lui qui égalise et qui s’est crée les meilleurs opportunités. [7]

Asamoah : Souvent pris par Jonathan, il était un peu effacé. Sa détermination sur le but égalisateur sauve sa prestation. [6]

Tevez : Il est dans tous les bons coups, sa qualité technique et sa vision du jeu aide vraiment la Vieille Dame. [7]

Vucinic : De retour de blessure, il a été inexistant. [5]

Isla : Profite sans doute du jaune de Lichtsteiner pour effectuer sa rentrée, a joué avant tout la sécurité mais a raté la balle de match. [5.5]

Quagliarella : Remplace Vucinic, mais n’a pas vraiment eu l’occasion de se mettre en valeur. Aucun dribble, aucune frappe.

Padoin : /