Débats Sports

On tombe de haut…

Pour cette seconde semaine de NFL, on attendait une montée en puissance logique des grosses écuries. Bien au contraire, ce week-end a accouché de quelques surprises. De là à penser que le Superbowl se jouera entre les Dolphins et les Vikings il y a un grand pas que l’on ne franchira pas, mais certaines « petites » équipes pourraient bien se hisser jusqu’en playoffs.

Attardons nous sur trois équipes majeures en difficulté cette semaine : les Patriots, les Saints et les Broncos.

Le mutisme des Patriots

Alors qu’ils recevaient les Cardinals d’Arizona, pas une équipe du haut de tableau, mais non plus des manchots, les Patriots partaient logiquement favoris. Peu de gens peuvent dire aujourd’hui qu’ils avaient placé des pièces sur les visiteurs. Et pourtant, après 3 quarts temps et 1 minutes dans le dernier quart (très soporifiques), les Cardinals mènent à Foxborough 20 à 9. Le retour de la paire Brady / Gronkosky n’y fera rien et les finalistes déchus l’année dernière subissent leur première défaite de l’année.

Vous me direz, faire une saison sans défaite est une performance de haut-niveau, dès lors subir une voire deux défaites dans la saison est logique. Oui, mais subir cette défaite à domicile face à une équipe aussi moyenne que les Cardinals, il y a de quoi se poser des questions.

C’est surtout dans la bataille des chiffres que la défaite des Pats se fait encore plus cinglante. Les locaux ont parcouru 142 yards de plus que leurs adversaires (387 à 245) et pourtant ils n’ont converti qu’un seul drive de plus. New England a marqué 1 touchdown et 4 free goals quand les Cards passaient deux fois la ligne et réussissaient deux coups de pieds.

Un autre point qui fait mal c’est la faiblesse de la ligne offensive de Tom Brady. Le quaterback a lancé 46 passes mais seules 28 ont trouvé preneur, et surtout il a été sacké à 4 reprises pour une perte sèche de 19 yards, quand la franchise d’Arizona n’en perdait aucun.

Une telle performance face aux Cardinals doit laisser perplexe Bill Belichick alors que ses joueurs se déplacent à Baltimore la semaine prochaine… Et avec deux défaites de rang, la crise n’est pas loin.

Le gruyère de Louisiane

C’est toujours délicat de critiquer une équipe à terre, mais on le fera quand même. Oui, la défense de New Orleans a des excuses, des joueurs de retour de suspension non purgée et donc non préparés, l’absence de coach et de coordinateur défensif, mais tout de même il y a des limites.

En déplacement chez les Carolina Panthers, adversaires directes dans la NFC South, les Saints avaient pour mission de relever la tête après la claque reçue à domicile par les Redskins et Robert Griffin III. Peine perdue. Le rookie de l’année 2011 leur en met de nouveau plein la vue. Cam Newton termine le match avec une fiche de 14/20, 253 yards, 1 TD, 0 interception et un touchdown à la course. Le plus impressionnant dans ses statistiques c’est que le jeune quaterback termine avec une moyenne de 12.2 yards par passe quand son vis-à-vis Drew Brees n’atteint péniblement que les 6.6

Les Panthers ont également parcouru autant de yards que leurs adversaires (463 contre 486) alors qu’ils ont joué 15 plays de moins (62 contre 77).

Et enfin comment ne pas mentionner les 3 touchdowns à la course (sur les cinq marqués par les Panthers). Mike Tolbert, DeAngelo Williams et Cam Newton ont enfin mis les choses au point avec la ligne offensive. Lors du premier match de la saison, les Panthers n’avaient avancé que de 10 yards par leur jeu au sol en 13 tentatives, soit 0.8 yards par course. Ils ont multiplié ce ratio par 6 !

Il y a de quoi s’inquiéter du côté de New Orleans. Alors que le prochain Superbowl se jouera dans le Superdôme de Louisiane, on attendait les Saints au niveau, il n’en est rien. New Orleans a encaissé 75 points en deux matchs et 922 yards, ce qui fait de la franchise la pire défense de la NFL. Et dire que Green Bay arrive dans deux semaines…

Peyton Manning et les interceptions

Peyton Manning qui termine un match avec une évaluation inférieure à 60, ce n’était pas arrivé depuis la saison 2010 avec les Colts et une défaite face aux Chargers. Pourtant la fiche du quaterback n’est pas désastreuse avec 24/37, 241 yards, 1 TD mais donc aussi 3 interceptions, 3 sacks et 23 yards perdus. Il n’en fallait pas plus pour les Falcons. Résultat des courses, les locaux arrivent à la pause avec une avance de 14 points. Et là encore la bataille des chiffres est effrayante pour les Broncos.

Ces derniers ont lancé plus de yards à la passe (218 contre 208), parcouru plus de yards au sol (118 contre 67) et cela malgré un temps de possession inférieur. Mais les 4 turnovers sont mortels.

Pour la petite histoire, les deux frangins Manning ont lancé 6 interceptions en 1ère mi-temps ce week-end. Pas leur semaine.

Manning a cependant l’air au niveau physiquement et semble conforter l’attente que ses dirigeants ont placée en lui. Les receveurs sont eux aussi prêts et disposés à recevoir les offrandes du quaterback, mais la ligne offensive ne permet pas au MVP de se placer dans des conditions idéales. Constamment sous pression, obligé de lancer précipitamment ou de se mettre au sol pour éviter le sack, il n’a jamais pu mener l’attaque comme il l’entendait. Mais on ne se fait pas de soucis pour le shérif qui devrait vite remettre les choses au point à l’entraînement.