Débats Sports

Logique implacable.

Alors que l’année dernière, les surprenants Broncos avaient sorti les Steelers, et que les Giants s’étaient joués des Falcons, aucune surprise n’est véritablement venue troubler le premier week-end de playoffs. Mais il a cependant été riche en émotions.

Dès le premier match entre Texans et Bengals, on a pu se rendre compte à quel point un quaterback, aussi doué soit-il, n’est rien sans une ligne offensive digne de ce nom. Andy Dalton a été mis sous pression toute la soirée par la bande de J.J.Watt. Une défense qui aura affaire à une attaque d’un tout autre niveau le week-end prochain face à Tom Brady et ses Patriots. Finalement, les Bengals n’avaient aucune chance à Houston. Leur jeu au sol est en rodage, Dalton n’a pas assez de temps pour trouver ses receveurs et en particulier A.J. Green, la défense a des moments d’absences dommageables quand en face il y a Arian Foster.

Plus tard dans la soirée, la logique fût une nouvelle fois respectée. Alors que lors du dernier match de saison régulière, les Packers étaient tombés à Minneapolis face aux Vikings, ces derniers sont tombés de haut au Lambeau Field face à Aaron Rodgers. C’était à prévoir, la défense de Green Bay a bien contenu Adrian Peterson, limité à moins de 100 yards et surtout, pour les Vikings, la titularisation du quaterback remplaçant n’a pas aidé à soulagé le ruuning back, trop mis à contribution.

Les Packers quitteront le froid de Green Bray pour la chaleur de San Francisco pour se venger de 49ers qui étaient venus s’imposer chez eux lors du premier match de l’année. Mais les choses ont bien changé. Les Packers, qui avaient perdu 3 de leurs 5 premiers matchs, restent sur un bilan de 12-2 sur leurs 14 derniers matchs, et Alex Smith n’est plus le quaterback titulaire des 49ers. Ces derniers ont eu le temps de se reposer et d’appréhender sereinement cette rencontre, ils partent favoris.

Toujours dans la NFC, les Redskins et les Seahawks ne nous ont pas offert le spectacle tant attendu. Mais la logique a encore une fois été respectée car même si Washington évoluait à domicile, Seattle arrivait avec un meilleur bilan en saison régulière. C’est parti très vite avec deux touchdowns de Robert Griffin III mais ça sera tout pour les hommes de la Capitale qui ont ensuite été incapables de répondre aux coups de l’attaque de Seattle. La défense des Seahawks a été une nouvelle fois impressionnante, même si elle n’est en rien dans la grave blessure du quaterback des Skins. Le N°2 de la dernière draft devra passer sur le billard et son absence est évaluée à 8 mois. Espérons le revoir en forme pour la prochaine saison. C’est clairement le choc du week-end que de voir cet athlète poussé à bout par ses entraîneurs. Il n’était clairement pas au niveau d’un quaterback titulaire d’un match de playoffs, et Mike Shanahan n’a pas eu la force nécessaire pour mettre sa star sur le banc.

Enfin dans le dernier match, un autre moment fort, plus joyeux a illuminé la soirée : la dernière danse de Ray Lewis à Baltimore.

Le 26ème choix de la draft 1996 quittera la grande ligue à la fin de la saison, peut être le week-end prochain à Denver, peut-être pas, tant il apporte encore tellement à la défense des Ravens. Deux fois meilleur défenseur de la ligue (2000, 20003), MVP du Superbowl 2000 face aux Giants, 12 sélections au Pro Bowl, 7 sélections dans l’équipe All Pro, The Master of Disaster a encore été un grand artisan du match compliqué d’Andrew Luck et de l’attaque des Colts en général, avec 13 tackles et une passe défendue. Un grand joueur quitte la NFL après sa 17ème saison avec la franchise qui l’a drafté, mais nous aurons l’occasion d’apprécier sa rage le week-end prochain face à Peyton Manning.

Les demi-finales de conférence opposeront donc, dans la NFC, les Seahawks aux Falcons, et les 49ers aux Packers. Si la logique reste le maître mot de ces playoffs, les locaux devraient finir vainqueurs. Mais malgré cela, les visiteurs ont l’air mieux armés pour se retrouver en finales de conférences. Les Packers ont remporté leur division et leur attaque est capable de faire exploser n’importe quelle défense, même celle des 49ers. Et les Seahawks sont l’épouvantail de ces playoffs. Et malgré leur première place de la conférence NFC, les Falcons n’ont jamais véritablement convaincu.

En AFC, peu de doutes là encore sur l’issue des matchs. Comme nous le prédisons dans notre bracket, les Broncos et Patriots sont voués à se retrouver en finales pour une place au Superbowl. A Denver, les Ravens devront faire face à une attaque d’un tout autre niveau que celle des Bengals et surtout la défense devrait poser d’énormes problèmes à Joe Flacco. Et entre les Patriots et les Texans, il y a plus qu’un fossé.

  • Philly_Dox

    Quelques erreurs dans cet article mon bon MJ ^^

    Les Texans ont battus les Bengals alors que les Ravens ont battus les Colts ! Même si finalement l’analyse reste bonne vu que ces équipes se ressemblent.

    Sinon, le départ de Ray Lewis est une perte pour la NFL, un grand monsieur qui s’en va et qui aura marqué l’histoire de sa franchise.

  • jagcrash

    Ah oui effectivement, je n’avais pas l’esprit clair! Merci Philo 😉 En même temps comme tu dis les Ravens et les Texans sont très proches (jeu au sol, grosse défense et QB moyen) et en face Luck et Dalton ont passé une (mauvaise) soirée similaire.