Débats Sports

L’hebdo Sacto, week 3.

L’actu hebdomadaire des Sacramento Kings.    scoopy_400x400

Alors que nous avions laissé nos Kings avec un flatteur bilan de 5victoires 1défaite, de nombreux et solides adversaires leur faisaient face cette semaine, prêts à en découdre.
Ces Kings en road trip nous ont offert des moments de joie et d’autres moments où la couronne de lauriers laissait place à une couronne de ronces, à défaut de parler de bonnet d’âne (qu’on laissera volontiers aux Lakers !).

L’équipe de l’intranquillité

Quoi de plus amusant que de jouer avec nos nerfs me direz vous ?
Qu’est ce qui nous pousse à choisir les montagnes russes les plus hautes et les plus rapides au profit d’un modeste petit tour de manège à pompons. Non ce n’est pas qu’une question de fierté, c’est avant tout l’adrénaline qui nous guide. En tant que fan de NBA et des Kings en particulier, on se dope à l’adrénaline presque chaque nuit, alors attachez vos ceintures et ne regrettez rien.

Thunder vs Kings 09/11/2014

Le Thunder d’Oklahoma privé de ses cadres les plus éminents (Durant-Westbrook) et bon nombre de ces joueurs semblait bien mal au point face à des Kings au firmament de leur réussite. Mais gare à la bête blessée.
L’agneau sort de la bergerie
Ce n’est qu’après 2 minutes de jeu que le kiwi Adams ouvrait le compteur du match jusqu’alors vierge de tout panier. Cousins est chahuté et bien gardé par ce même Adams et Ibaka, il se venge en provoquant un passage en force, la bataille s’annonce âpre. L’ambiance se réchauffe en même temps que Jeremy Lamb, le joueur drafté par les Rockets en 2012, soigne son retour de plusieurs jolis paniers, et coach Malone prend temps morts sur temps morts pour tenter de stopper l’hémorragie. Le Thunder domine ce QT de la tête et des épaules.

Les mauvaises habitudes
Par l’intermédiaire de ses meneurs et d’un Perkins surprenant offensivement (quelques petits moves qu’il pourrait avoir appris aux côtés d’Olajuwon), le Thunder maintient une avance de 10 points. Le public donne de la voix à coups de ‘OKC !’, ‘OKC !’ (savent dire que ça les mecs ?). La défense n’est pas au niveau, ce sont Telfair et Perkins qui rentrent les paniers importants (seriously ?) quand Gay répond… avec un air-ball. Le Thunder nous domine outrageusement au rebond, s’offrant de précieuses secondes chances. Cousins n’arrive à rien face aux baobabs en bleu.

Pistés à l’odeur
Après le passage remarqué d’un dirigeable à la Chesapeake Arena, les joutes reprenaient. Collison et Cousins se montraient extrêmement maladroits, rien n’empêchait l’irrésistible marche en avant du Thunder. Des Kings médiocres qui comptent jusqu’à 17 points de retard. Adams se chamaille avec Cousins (à défaut de se chamailler avec l’un de ses 12 frères et sœurs) ce qui a le don de réveiller la bête qui enfin pèse sur ce match. La défense des Kings retrouve ses rouages et fait bafouiller les soldats de Scott Brooks soutenus par leurs infirmes.kevin-durant-mitch-mcgary-nba-denver-nuggets-oklahoma-city-thunder-850x560

Collison semble enfin rentrer dans son match et emmène les Kings avec lui vers une lente rédemption. -3 avant l’ultime bataille.

Days of Thunder (The Midnight)
Les Kings ne savent pas commencer une période. Le Thunder en veut plus, est plus concentré, et est finalement récompensé par de la réussite aux tirs, Nick Collison se permet même 2 paniers à 3 points coup sur coup, un délire total. Les remplaçants des Kings sont débordés et n’auront pas tenté un shoot en 2 minutes. Cependant l’espoir revient en même temps que les titulaires, McLemore confirme sa bonne forme du moment et contraste avec la panne d’adresse de ses coéquipiers quand son alter ego des grandes plaines, Jeremy Lamb vient s’écraser sur la raquette des Kings. McLemore marque son 4ème 3 pts du match mais Reggie Jackson, mi-figue mi-raisin jusque là, lui répond parfaitement, tout en bénéficiant de coups de sifflets généreux. Les tentatives suivantes s’avèrent vaines et les Kings s’inclinent logiquement à l’issue de ce match où ils n’ont su resserrer les boulons que pendant un seul quart temps.

Conclusion : Pause clope !

20110707191747_pause
La belle série des Kings s’arrête donc ici, face à l’adversaire présumé le plus faible. Dommage que ce petit bonus n’ait pas été capitalisé en vue des joutes homériques qui nous attendent. Il faut se méfier de la vente de la peau de l’ours blessé avant de l’avoir tué…. WOH…(non pas Woj le Polak de Yahoo)… bon je vais me coucher…

Mavs Vs Kings, 11/11/2014

Le McLemore nouveau

hi-res-7953322_crop_exact
Darren Collison étant blessé à l’épaule, il fait l’impasse sur ce match et c’est logiquement (mouais…) que Sessions devient titulaire, la peur se répand chez les Kings fans.
Déjà 7 fautes cumulées au bout de 2min30 de jeu dont 2 chacune pour Monta Ellis et Jason Thompson qui rejoignent le banc. Les Kings profitent de ces coups de sifflets pour prendre un bon départ : 12-2 en faveur des visiteurs. McLemore rentre 2 paniers à 3 points, puis un troisième, il peut devenir notre 3ème option offensive tant espéré, c’est ce qu’il fait depuis deux matchs, profitant des décalages lors des prises à deux opérés sur Cousins et se démarquant grâce à de bons déplacements latéraux. Les Kings passent à + 20 et les fautes pleuvent à Dallas.
Vous reprendrez bien un peu de fautes ?

plateau-outilsclients
Casspi qui vient de rentrer marque un beau and1 face à Barea, le poids plume devenu un boulet pour les Mavs dans ce match. Quant à Ray McCallum, devenu back up meneur le temps d’un match, on le retrouve au shoot comme à la passe ainsi qu’en défense, il est devenu notre « arme secrète ». En espérant que Malone compte encore sur lui lors des prochains matchs. Une balle –presque- perdue plus tard, Parsons marque enfin un tir à 3pts qui donne de l’élan aux Mavs et de l’air à l’American Airlines Center. Mais Sessions revient et fait lui aussi de bons choix : une longue passe pour Landry, un panier en pénétration plus la faute, là où il est le meilleur. McLemore rate cette fois un shoot ouvert sur une très belle construction de jeu, mais marque à nouveau derrière, c’est irréel, il est à 4/5.
Cependant, Cousins écope d’une 3ème faute, il sort et les Mavs reviennent à -12 après 5 fautes de suite sifflées contre les Kings. Ils passent sous la barre des 10 points sur un lancer de Dirk l’éternel. Celui-ci qui plantera un 3 points pour revenir à -6 auquel Gay répondra aussitôt.
Au total 37 fautes auront été sifflées au court de cette mi-temps, oui 37…

Dallas, impitoyable
Au retour des vestiaires, Sessions marque les 10 premiers points de l’équipe. Clairement insuffisant tant les Mavs dominent le rebond. Ils égalisent. Débute alors un festival de balles perdues et de mains qui glissent qui fait que les Mavs prennent presque deux fois plus de tirs que nous sur ce quart temps. Monta Ellis nous crucifie avec un 3 points magnifique à la dernière seconde du 3ème QT. Les Kings sont à 6 longueurs désormais, un écart qui semble insurmontable.

Nowitzki dans l’histoire
Cousins revient enfin malgré ses 4 fautes. Les Kings ont les mains beurrées depuis la pause, incapables de faire ou de recevoir une passe correctement, crédit sera tout de même donné à la défense des Mavs, Devin Harris et Tyson Chandler en particulier. Ils restent 10 minutes et les rois (des turnovers) sont à -7. Sur un jump shot, Dirk Nowitzki devient le 9ème meilleur marqueur de toute l’histoire de la nba. Monumental, légendaire. Dirk cherche encore beaucoup la faute pour marquer à nouveau. Il est souvent récompensé et les Kings n’arrivent pas à revenir. Cousins semble abandonner, il tente des shoots impossibles, perd des balles et n’écoute pas ses coéquipiers quand à l’inverse Gay et Casspi tentent de remobiliser vainement les troupes.

Conclusion : Cousins a encore beaucoup de boulot
On connaît l’adage : quand Cousins va, tout va. Il y a l’adage moins connu mais tout aussi vrai selon lequel quand les Kings vont mal, Cousins encore plus. Face à Dallas, sa prestation en 4ème QT fut ridicule. Il a littéralement laissé Chandler le piétiner, il a marché plutôt que couru et a plusieurs fois abandonné ses coéquipiers. Demarcus a muri c’est certain, mais il doit encore bosser sur ce domaine et surtout sur les fautes bêtes qui le mettent en foul trouble à chaque match et laissent les Kings dans la difficulté la majeure partie de la rencontre. Cette défaite dans le Texas n’est pas une fatalité, je m’attendais à ce qu’on perde face à une équipe qui voulait se racheter et à un Dirk Nowitzki aux portes d’un record. Simplement on ne peut qu’avoir des regrets après avoir mené de plus de 20 points et avoir développé un superbe jeu offensif en première période.

Précédent1 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

  • Mika_Fanakings

    Merci, il faudra faire le plein de victoire la semaine prochaine. Des matchs à la porté et à la maison. En gagnant les Pelicans, les Kings repasserait devant au classement, eux qui risque d’être un gros concurrent pour une possible place en PO. Un match très important donc et avec en plus les caméras qui seront fixés sur Davis et Cousins.