Débats Sports

Les carnets de scout de Débats Sports: Alex Len

Alors que la March Madness approche, le début de saison NCAA a permis aux aficionados de la NBA d’avoir des premiers éléments de réponse à leur question annuelle : Quel universitaire pourra s’imposer comme le visage de la franchise qui le choisira à la fin du mois de juin ?

Il est encore tôt pour affirmer l’identité des premiers appelés mais nous avons tout de même choisi de vous présenter quelques têtes d’affiche. Tout au long de la semaine, nous vous livrerons les carnets de scouts de notre draftologue au rythme d’un prospect par jour, avant d’envisager quelles pourraient être leurs franchises d’accueil.

Avant dernier épisode de notre chronique sur les principaux prospects NCAA avec l’ukrainien Alex Len.

Alex Len

L’ukrainien est entré dans sa seconde saison cette année contrairement à son prédécesseur.

Sa première campagne NCAA avait laissé quelques promesses aux scouts de tout poil.

Après une période de suspension de dix matchs de la décidément omniprésente NCAA pour avoir eu une expérience précédente en milieu professionnel dans son pays natal, le joueur de Maryland avait montré son potentiel en dépit de l’inconstance de ses prestations.

Le pivot a commencé son année en trombe, et comme nous vous le prédisions, sa cote n’a cessé de grimper depuis novembre.

Le prospect se distingue d’abord des autres sur le plan physique. Large d’épaules, mesurant 7 pieds et 1 inch, le pivot présente en effet une carrure des plus impressionnantes.

S’il doit encore se renforcer pour encaisser les impacts qu’il recevra dès qu’il foulera un parquet NBA, l’ukrainien a déjà réalisé durant l’été un véritable travail dans le but de dominer physiquement ses adversaires de la raquette en les chahutant.

Plus intéressant, le profil du pivot se caractérise par une vélocité indéniablement supérieure à la moyenne de son poste qui lui permet de revenir rapidement se positionner en défense ou de servir de force d’appoint sur le jeu en transition.

L’étudiant de Maryland a en outre mis en exergue sa détente.

Len n’éprouve ainsi aucune difficulté à sauter au dessus de l’arceau à répétition, ce qui constitue un avantage évident sur la concurrence dans la bataille du rebond.

Le jeune Alex ne peut cependant être réduit à un spécimen physique si alléchant soit-il.

Se voyant confier des tâches offensives pour sa seconde saison, le géant s’est affirmé comme une menace crédible en attaque.

Le pivot peut frapper de plusieurs façons. Il a la capacité de prendre des tirs mi-distance comme de marquer des turn-around jumpers que doit maitriser tout intérieur affectionnant le jeu dos au panier. De plus, Len met sans cesse son vis à vis à contribution par son activité belliqueuse au rebond offensif qui se solde par des claquettes occasionnellement. Le sophomore (second année ndlr) n’éprouve également aucune difficulté à conclure une action en force par un dunk féroce.

Sa domination se fait également parfois sentir de l’autre côté du parquet. L’intérieur a d’ores et déjà compris comment se servir de ses longs segments et il garde la raquette. L’étudiant gêne ainsi considérablement son adversaire direct, quand il ne va pas jusqu’à le contrer, ce que sa moyenne dans l’exercice illustre.

Len parvient à conserver généralement sa combativité en défense et évite donc les écueils d’autres jeunes pousses tels que d’abandonner facilement la position au poste bas ou au rebond. L’ukrainien de 19 ans se pose donc en défenseur intéressant avec une bonne défense latérale notamment et sa progression dans le domaine passera par un renforcement encore accru de sa silhouette.

Le produit de Maryland souffre tout de même encore de deux défauts. La première est une certaine inexpérience qui conduit à des erreurs bêtes.  En dépit d’un QI basket élevé, le pivot perd encore beaucoup de ballons, en particulier sur des marchers évitables. Défaut de jeunesse, cette lacune ne devrait pas subsister longtemps ni décourager les franchises NBA attirées par le prospect.

La seconde est son inconstance. Dans certains matchs débutés du mauvais pied, généralement en raison des fameuses pertes de balle, le pivot perd un peu sa concentration et sort de la rencontre pour ne plus avoir d’impact sur son déroulement.

De manière plus générale, le joueur ukrainien doit plus encore s’imprégner du jeu américain dans lequel il doit prendre plus encore le jeu à son compte et assumer à titre individuel de grosses responsabilités.

Stats : 13,5 points à 54,4%, 8,2 rebonds dont 3,2 offensifs et 1,9 contres en 26,4 minutes.

Dernière présentation individuelle demain avec Isaiah Austin.