Débats Sports
Don't Miss

Le vrai Anthony Bennett

Il est là, le premier choix de la draft 2013. Anthony Bennett a connu une première partie de saison difficile après son retour de blessure.En surpoids et en manque évident de confiance, il enchaînait les performances médiocres et n’arrivait pas à se faire une place dans la rotation de Mike Brown. Cependant, l’ailier fort des Cavs a récemment eu sa chance et a su la saisir.

Après avoir répété encore et encore qu’il était en phase d’apprentissage, Bennett est enfin entré dans le concret. Depuis la blessure de Anderson Varejao le 28 janvier dernier, le rookie canadien affiche des moyennes de 9.2 points et 4.6 rebonds en 23.0 minutes par match. C’est ce temps de jeu qu’il faut retenir. Jamais il n’avait joué autant en début de saison, et c’est maintenant qu’il se montre.

Après avoir perdu du poids fin décembre, Bennett n’était toujours pas jugé prêt pour la NBA par le coach Brown. C’est pourquoi il a accumulé 6 DNP (Did Not Play) au mois de janvier, avant la blessure de Varejao.

Cela dit, Mike Brown l’a récemment fait entrer dans sa rotation et cela semble fonctionner pour l’intérieur de 20 ans. Sur ses cinq derniers matchs, il a marqué 49 points. Soit autant qu’en 82 jours (du 30 octobre au 23 décembre où il a marqué son 49e point en carrière contre les Pistons). Sa production sur le terrain est bien plus importante qu’auparavant. Il est présent au rebond, se rend disponible en attaque et fait des efforts pour combler ses lacunes en défense.

Pour la confiance du jeune joueur, c’est énorme. La piste de la D-League a souvent été abordée (voir ici) mais s’éloigne de plus en plus. Bennett ressemble vraiment à un joueur NBA et le futur semble s’éclaircir pour lui.

Son pourcentage au tir (37.8% ces cinq derniers match) et son problème de faute (4.0 fautes de moyenne) sont encore des point négatifs dans son jeu, mais il continue d’apprendre.

Plus explosif et plus confiant dans ses déplacements, Bennett peut pleinement s’exprimer sur le terrain et se permettre de tenter des dunks surpuissant et pleinement exploiter ses capacités athlétiques.

Son potentiel défensif est également intéressant. Son physique long et athlétique lui permet de rester au contact de son joueur sans commettre de faute. Il arrive parfois à forcer un mauvais tir mais la clé réside dans la régularité de l’effort. On voit à quel point il est long sur ce contre sur Anthony Davis.

A l’avenir, on peut voir Anthony Bennett jouer un rôle encore plus important au sein de l’effectif des Cavs qui manque cruellement de solutions offensives. Pour le plaisir, on se repasse sa meilleure performance en carrière, contre les Pelicans : 15 points et 8 rebonds en 31 minutes.

 (photo : USA TODAY Sports)

[themoneytizer id=15816-16]