Débats Sports

La passe de trois pour Miami ?

Passionnés de sports en tout genre, les intersaisons nous semblent toujours trop longues. En NBA, la pré-saison s’éternise, et l’impatience grandit. Alors que la saison régulière reprend ses droits mardi prochain, Débats Sports vous livre ses pronostics pour la saison à venir. Division par division, voilà ce qui vous attend. Première salve avec la division du champion en titre, la Southeast division.

Le champion en titre repart pour un tour avec en première vue un nouveau titre de champion de division, qui serait son troisième de rang. Retour sur le classement de la saison dernière, tronquée pour cause de lock-out.

Nous débutons notre tour de la ligue par cette division car il s’agit de celle du champion en titre, mais nous aurions pu aussi bien la choisir car c’est celle qui semble la moins incertaine. Miami, favori pour le titre, est a fortiori favori dans sa division et Charlotte devra encore batailler cette saison pour ne pas finir bon dernier.

Heureusement pour les Bobcats, ils ne seront pas seuls au fond du trou. Avec un peu de chance, ils céderont leur siège de looser à une autre franchise bien mal engagée : Orlando. Délesté de Dwight Howard, le Magic n’a pas grand-chose dans son roster pour menacer leurs adversaires. Leur franchise player semble être Glen « Big Baby » Davis, c’est dire. Les dirigeants sembleraient même hésiter à ne pas conserver dans l’effectif Quentin Richardson et Josh McRoberts, un comble quand on voit la faiblesse de l’équipe. Toujours aussi mal dirigée, elle va boucler la pré-saison en négatif, avec des victoires peu convaincantes face aux remplaçants des Spurs et les Pacers sans Granger, pas des références.

Les Bobcats ont un peu plus d’armes dans leur roster. Et il leur en faudra pour éviter de rééditer leur piètre performance de la saison dernière. Maudits à la draft, ils ont tout de même sélectionné un jeune joueur à fort potentiel : Michael Kidd-Gildchrist. Poste 3, il a d’énormes aptitudes en défense même si son jeu offensif n’est pas son atout principal, ce qui justement était le principal besoin de Charlotte. Cela se ressent dès la pré-saison puisqu’il pointe pour le moment à un inquiétant 15/42 ! Heureusement pour lui, il ne sera pas la première option offensive. Rassurant pour lui mais pas forcément pour la franchise de Michael Jordan car les premiers atouts offensifs se nomment Ramon Sessions, Ben Gordon et Kemba Walker. La saison sera longue aussi en Caroline du Nord.

Devant les deux prétendants au pire bilan de la division (et probablement de la conférence), les Wizards commencent tout doucement à monter en régime. Depuis leur dernière qualification en play-offs lors de la saison 2007-2008, les Wizards remontent la pente avec des bilans de 23%, 32%, 28% et 30% lors de saison dernière. Avec un effectif jeune et encore un top pick lors de la récente draft, les hommes de la capitale présente un roster séduisant. Toujours mené par John Wall, il aura à ses côtés son ami Bradley Beal. Sur les ailes, Trevor Ariza, débarqué des Hornets, Chris Singleton et Jan Vesely tenteront d’équilibrer l’attaque tandis que la raquette a fière allure avec Néné, Emeka Okafor (ancien rookie de l’année) et notre frenchie Kevin Séraphin. De quoi viser les playoffs ? Ca sera délicat car Wall est encore blessé. Arrêté 8 semaines fin septembre, il n’est pas attendu avant la fin novembre. Il manquera donc une dizaine de matchs et pas des moindres : doubles confrontations contre Charlotte, Indiana et Boston. Si les Wizards ne maintiennent pas l’équilibre avant son arrivée, l’objectif play-offs sera ardu.

Atlanta compte bien les voir les play-offs et enfin y faire bonne figure. L’année dernière fût la 5ème qualification de suite pour les Hawks en post season. Mais aussi la cinquième désillusion. Leur bilan en play-offs depuis cinq ans est révélateur : 19 victoires pour 28 défaites. Les Hawks n’ont remporté que 3 séries de premier tour. Un refrain bien connu car depuis le passage au nouveau format de play-offs, les Hawks n’ont jamais remporté deux séries de rang. Il fallait donc bouleverser l’effectif et les dirigeants s’y sont employés à bon escient. Adieu Joe Johnson et son contrat mirobolant, parti chez les nouveaux riches de Brooklyn et bonjour à 5 joueurs dont Anthony Morrow et Johan Petro et deux tours de draft. Un bon deal pour Atlanta. Morrow prenant la place de Johnson et les autres joueurs venant renforcer le banc. Un banc déjà compétitif avec l’arrivée de l’ancien 76er Lou Williams. 6ème homme mais meilleur scoreur de la franchise l’année dernière, il portera le scoring de la second unit et il l’a déjà prouvé en pré-saison. Kyle Korver, l’ancien Bull, et Devin Harris, ancien Jazz, font également leurs arrivées dans la franchise qui compte toujours la raquette expérimentée tenue par Josh Smith et Al Horford. On n’ira pas jusqu’à dire qu’Atlanta a une carte à jouer dans la division car la qualification directe pour le champion devrait revenir à Miami mais ils devraient viser le 4ème strapontin qui leur offrirait un premier tour à domicile, ce qui leur avait fait défaut l’année passée face à Boston, malgré un meilleur bilan.

Et enfin le champion en titre repart en conquête d’une nouvelle couronne. Et cela passe avant tout par un nouveau titre de champion de division. Toujours menés par les Tres Amigos, les floridiens pourront également compter sur les renforts de choix (Ray Allen et Rashard Lewis) et les montées en puissance attendues de Mario Chalmers et Dexter Pittman. Avec un LeBron James au sommet de son art, le Heat sera difficile à aller chercher. Ils ont perdu cinq matchs dans la division l’année dernière dont deux face à Orlando et deux face aux Wizards en toute fin de saison. Il ne devrait pas en être ainsi cette saison et Miami devrait faire mieux que les presque 70% de victoires de l’année dernière.

Vous l’aurez compris, dans cette southeast division jouée d’avance, voici notre classement :

  1. Miami Heat
  2. Atlanta Hawks
  3. Washington Wizards
  4. Charlotte Bobcats
  5. Orlando Magic