Débats Sports

La Jamaïque survole le sprint… encore.

Antépénultième épreuve de la Diamond League hier soir à Lausanne, et la foudre jamaïcaine a encore frappé deux fois.

21h20 – Blake frappe le premier

Départ du 100 mètres avec un vent légèrement négatif. Et pourtant Yohan Blake passe sous la barre des 9’70 pour la première fois de sa carrière en 9’69. Il améliore sa meilleure performance en carrière avec un bond de 6 centièmes par rapport à son précèdent record réalisé à Kingston en juin dernier avec un vent positif (+1.1 m/s).

21h42 – La foudre tombe sur le stade

Départ du 200 mètres avec Usain Bolt au départ. Le double champion olympique de la discipline part logiquement favori, et il fera honneur à son statut. Vainqueur de la course avec un chrono exceptionnel une nouvelle fois de 19’58, record du meeting facilement battu.

Avec un vent cette fois-ci bien plus favorable, le jamaïcain colle trois dixièmes dans la vue de Churandy Martina, pourtant en tête de la Diamond Race.

Une hégémonie incontestée

Bolt et Blake ont donc encore une fois imposé leur domination sur les épreuves de sprint. Une domination qui ne faiblit pas. Depuis les Jeux de Pékin, aucun autre athlète n’a réussit à leur voler une victoire.

A Londres, les deux hommes avaient remporté leurs séries et leurs demi-finales avant de truster les deux premières places du podium, aussi bien sur 100 que sur 200 mètres.

Aux Championnats du Monde de Daegu l’année dernière, Bolt et Blake ont survolé le 100 mètres avant que le premier ne commette un faux-départ en finale, finalement remportée par son compatriote. Sur le 200, seul Bolt est aligné et remporte sa série, sa demi et la finale.

Deux ans plus tôt à Berlin, Blake n’est pas encore « The Beast », et seul Usain Bolt est présent. Il survole les deux épreuves, en s’inclinant « seulement » en quart de finale du 100 mètres, à 1 centième de Daniel Bailey, avant de battre le record du monde en finale.

Une nation de sprint

Outre la domination des deux champions, ce qu’il faut aussi relever, c’est l’incroyable vivier de sprinteurs en réserve. Warren Weir a fait une entrée remarquée en finissant troisième sur le 200 mètres de Londres, mais il faudra compter dans les années qui viennent avec Nickel Ashmeade et Jason Young, 22 et 21 ans. Sans oublier Nesta Carter, Michael Frater et Asafa Powell, un peu plus âgés.

Les courbes de progression de ces trois athlètes (Young, Weir et Ashmeade) laissent d’ailleurs présager des jours heureux à l’athlétisme jamaïcain. Ils trustent tout depuis quatre ans, et cela est bien parti pour durer. Et oui, ça fait peur…

Courbe de progression d’Usain Bolt sur 100m.

Courbe de progression de Yohan Blake sur 100m.

Courbe de progression de Nick Ashmeade sur 100m

Courbe de progression de Jason Young sur 200m.

Courbe de progression de Warren Weir sur 200m.

  • jagcrash

    Salut Frederic, et merci pour ton commentaire très intéressant.

    Je n'ai pas souhaité en parler pour des motivations purement sportives. Comment apprécier un sport si nous n'avons à l'esprit que des suspicions de dopage. Je sais, c'est l'excuse n°1 et il aurait peut être fallu soulever la question, mais le but de l'article était seulement de relever la domination des jamaïcains.

    Comme tu le soulignes les américains ont souvent été pris pour dopage.Dès lors, et en imaginant qu'ils se dopent encore, tu en conclues que les jamaïcains sont dopés également?

    Je ne pense (et espère) sincèrement pas que Bolt est dopé. Comme tu le dis aussi son physique est exceptionnel. Il parcourt son 100m en 37/38 foulées soit 2.70m par pas ce qui est incroyable, et qui est à la base de ses performances.

    Je serai peut être un peu moins certain su
    r Blake, mais le sprint est un sport de palier. Je n'ai pas de vidéos de courses de Blake quand il avait 18 ans mais le dopage ne peut pas à lui seul expliquer sa progression. Il a probablement passé ses années juniors à stagner et le passage dans le monde pro lui a fait peut être prendre conscience de détails de sa course.

    Et chaque athléte n'a pas de marge de progression pré-établie. Lemaître a peut être atteint son maximum alors que Bolt, qui courrait moins vite que lui en junior, a réussi à travailler des éléments de sa course que le français ne peut probablement pas faire. Idem pour Guliyev. Bons nombres de champions du monde junior n'arriveront jamais à passer le palier des seniors.

    Je ne supporte pas les athlétes pris auparavant pour dopage. Gatlin n'avait pas sa place en finale à Londres, mais là n'est pas la question. Bolt & Blake n'ont pas été poursuivis pour de tels faits, on ne peut donc pas les accuser. Et s'interroger sur le dopage ne relève que de conjectures.

    Merci pour ta participation.