Débats Sports

La hiérarchie est bouleversée

On s’y attendait, les Saints l’on fait. Les Falcons, seule équipe encore invaincue dans la ligue sont tombés. Et désormais on se demande bien qui peut se prévaloir du statut de meilleure équipe de la ligue. Alors que l’on a dépassé la mi-saison régulière, on arrive d’habitude à situer les forces en présence et les quatre ou cinq équipes capables de viser modestement le titre suprême. Mais cette saison est plus qu’incertaine.

Certains disent que les Texans sont logiquement les mieux à-même de viser le Superbowl. Certes, ils ont désormais le meilleur bilan et ils n’ont perdu que face à une attaque retrouvée de Green Bay. Leur division leur est destinée et leur calendrier est très favorable. Mais dans une saison où les surprises sont légions, comment être sûr ?

Lors de leur dernier match à Chicago, ils ont bénéficié d’une météo qui mettait en valeur leurs forces. Avec du vent et de la pluie, ils ont pu s’appuyer sur leur défense (3ème de la ligue) et leurs runnings backs, Arian Foster en tête de gondole. Car les Bears s’appuient avant tout sur leur capacité à créer des turnovers et leur défense aérienne. Avec un tel climat, ils ont du s’avouer vaincus.

Mais Chicago reste une valeur sûre. Dans une division très relevée, ils arrivent tout de même à rester en tête et peuvent même envisager de se qualifier en tant que champion de division ce qui n’est arrivé que trois fois sur les dix dernières saisons.

Autre surprise du week-end, la démonstration offensive de Baltimore. Certes ce n’étaient que les Raiders en face. Des Raiders qui avaient déjà pris une veste la semaine dernière face à Doug Martin et les Buccaneers, mais on ne pensait pas les Ravens capables de faire exploser à ce point une défense adverse. La semaine passée, Baltimore avait cravaché pour ramener une victoire d’un déplacement périlleux à Cleveland et voilà qu’il passe 50 points en un seul match. La dernière fois que les Ravens avaient autant ridiculisé une autre défense c’était en décembre 2009 face aux Lions. Et jamais sur les 18 dernières saisons, la franchise n’avait autant inscrit de points. Si Joe Flacco maintient le cap, les Ravens seront encore une fois difficiles à manœuvrer en play-offs. Début de réponse, la semaine prochaine face aux Steelers.

Car après un départ délicat, Pittsburgh monte en puissance et vient de remporter sa quatrième victoire de rang. Avec une victoire le week-end prochain, les hommes de fer reviendraient même à niveau des Ravens dans une division toujours aussi relevée.

Tombeurs des Ravens en finale de conférence l’année dernière, les Patriots seront à coup sûr encore au rendez-vous. Cependant, ils inquiètent un peu plus cette saison. Toujours aussi puissants offensivement, c’est en défense aérienne que New England pourrait bien signer son arrêt de mort. Le week-end dernier a d’ailleurs bien failli leur être fatal. Avec la 29ème défense de la ligue dans les airs, les Patriots ont souffert face au bras de Ryan Fitzpatrick et ses Bills. Mais toujours à la fin…Tom Brady gagne.

Et l’AFC doit aussi compter sur les Broncos de Peyton Manning et les Colts de son successeur Andrew Luck. Comment réussir à sortir un favori digne de ce nom ?

La NFC n’est pas en reste. Outre la division NFC South, légèrement relancée si les Saints confirment leur retour en forme, les trois autres divisions sont également très incertaines. A l’Ouest, les 49ers ont trouvé avec les Seahawks, des rivaux très coriaces. Au nord, nous l’avons dit, les Bears occupent la tête de la division d’une courte tête devant les Packers, les Vikings et les Lions. Toutes des équipes qui peuvent prétendre aux play-offs. A l’Est aussi, l’homogénéité est de mise et que ce soit les Giants, Cowboys ou Eagles, aucune franchise ne semble capable de dominer la division. Les champions en titre tenaient la corde mais ils ont totalement bafouillé leur football ce week-end face aux Bengals.

C’est flou en NFL c’est le moins qu’on puisse dire. L’année passée les Giants avaient créé la surprise en se métamorphosant en play-offs. Comment ne pas imaginer que cela puisse être encore le cas cette saison ? Une équipe se qualifiant à l’arrachée en wild-card peut très bien monter en puissance jusqu’au jour J. Une chose est certaine pour le Superbowl, c’est bien Beyoncé qui chantera à la mi-temps. Vous avez dit bonne nouvelle ?