Débats Sports
Don't Miss

« Kyrie…? Kyrie ?! »

Ces derniers temps, on ne peut pas dire que regarder les statistiques de Kyrie Irving soit plaisant. 19.7 points à 39.4% au tir et 5.7 passes par match, à priori, il ne s’agit que d’un léger manque d’adresse au tir. Seulement, il semblerait que ce soit bien plus que cela. Les shoots qu’il manque sont des shoots ouverts. Les layups qu’il rate sont des layups peu (ou pas) contestés. Les trois points qu’il rate sont des trois points qu’il rentrait la saison dernière. Qu’est-il arrivé au héros de Cleveland ?

Si l’on se penche sur ses cinq derniers matchs, Irving affiche des statistiques de 15.0 points, 4 passes et une adresse redoutable de 34.1% au tir, 13.6% à trois points et 66% aux lancers francs. C’est moche. En comparaison, Dion Waiters durant les mêmes cinq matchs tourne à 20.0 points, 3.2 passes et une adresse de 52.9% au tir et 40% à trois points. Il est évident que quelque chose ne va pas. Aurait-t-on enlevé Kyrie ? L’aurait-on surestimé ?

A en juger par ses performances contre Washington (41 points, 5 passes) et Philadelphia (39 points, 12 passes), la réponse est non. Kyrie Irving est toujours présent et sait toujours marquer des points. Cependant, son irrégularité au tir dérange. Il se donne en défense, plus que jamais il ne l’avait fait la saison dernière sous les ordres de Byron Scott.  Il provoque des fautes offensives, suit son homme partout et tente des interceptions. Cette activité sur le plan défensif a des répercussions sur son efficacité offensive. Ça fait parti de l’apprentissage du jeu NBA.

En ne lui ayant jamais demandé de défendre, Scott a préféré laisser Irving se concentrer sur son jeu offensif pleinement. On a vu le résultat, le meneur de Cleveland est devenu au cours des deux dernières années l’un des meilleurs attaquants de la ligue. Ses actions fluides et précises ont ébloui les fans et ont fait de lui l’une des jeunes stars en devenir de la NBA. Si certains ont toujours questionné sa défense (et ils avaient raison de le faire, d’autres, comme nous, fans, ont préféré admirer ses game winner, ses crossovers et ses performances indignes d’un simple sophomore dans le quatrième quart temps.

Maintenant que Mike Brown demande à Irving de se donner des deux côtés du terrain, il connait des baisse de régime importantes. Bien sûr, ce n’est pas une excuse et il ne devrait pas manquer des tirs ouverts comme il l’a fait à de nombreuses reprises cette saison. Avec le statut (prématuré ?) de leader, Kyrie se sent obligé de prendre les tirs importants, les tirs qui pourraient remettre l’effectif dans le match. Cependant le jeu collectif des Cavaliers en pâtit. Le mouvement autour du ballon s’arrête afin d’admirer les œuvres de « Uncle Drew ». Sauf qu’en ce moment, ce personnage n’existe plus sur les parquets.

Au final, nous avons à faire à un meneur de 21 ans qui apprend à diriger une équipe de la meilleure des manières possibles. Mais ce meneur là force les choses et fait face à une adresse au tir inexplicablement mauvaise.

Cette nuit, Irving a fini le match contre Atlanta à 0 sur 9 au tir et 0 sur 3 aux lancers. Une première dans sa courte carrière et indigne de son statut au sein de l’effectif. Pour ce qui est des résultats de la franchise, ce n’est pas seulement sur lui qu’il faut crier, mais également sur le reste de l’équipe. Les joueurs restent passifs en attendant un déclic soudain. Mais d’où viendrait ce déclic ? De Chris Grant ? De Mike Brown ? Dion Waiters semble être le seul à avoir compris ce qu’il se passe à Cleveland.

C’est frustrant de continuer à dire la même chose encore et encore. On doit y aller et tenir notre parole.

(photo : Winslow Townson-USA TODAY Sports)

[themoneytizer id=15816-16]