Débats Sports
Don't Miss

Kyrie Irving : « Nous avons perdu un frère »

Dans l’effectif des Cavaliers, personne n’était aussi proche de Kevin Love que Kyrie Irving.

Leur relation s’est construite et développée lors du camp d’entraînement organisé au Brésil, et ils ne se sont pas lâchés depuis. C’est pour cette raison qu’il est difficile pour Irving de digérer le fait que la saison de son « frère » soit terminée après son opération à l’épaule.

Je souffre en ce moment. Je fais tout ce que je peux pour ne plus y penser et aller de l’avant.

C’est seulement jeudi dernier que Irving s’est exprimé au sujet de l’horrible blessure subie par Love au Game 4 face à Boston. Le meneur de l’équipe a longuement discuté avec son coéquipier après son opération, qui est selon Irving, dans un état d’esprit positif. Son message pour Love est simple : il prie pour qu’il se remette rapidement et il reste à sa disposition si besoin.

Malgré ces paroles et l’air grave sur son visage, Kyrie essaie de rester fort et positif.

C’est vraiment dévastant pour l’équipe. On construisait quelque chose depuis si longtemps, en faisant attention de tout garder en interne, en prenant soin de chacun…

Mais désormais, nous avons perdu un frère, et une partie de nous s’en est allée avec lui.

Au lieu de profiter des joies de la qualification et d’un repos bien mérité avant le second tour, les Cavaliers ont fait face à une perte déchirante. Le sweep de Boston n’avait plus la même saveur.

Si l’on rajoute à cela la suspension de J.R. Smith, pour avoir frappé Jae Crowder au visage, on peut dire que le groupe a beaucoup perdu lors de sa victoire au Game 4. Pour Irving, il s’agissait bel et bien d’un cadeau empoisonné.

Je voulais être enthousiaste. Je voulais sauter partout et célébrer la victoire avec mes coéquipiers parce qu’il s’agissait de ma première série remportée en Playoffs. Mais quand on apprend que J.R. et Kevin manqueront à l’appel, ça met les choses en perspective.

Pour David Blatt, c’est également un défi. Privé de deux joueurs clés pour attaquer le second tour, il devra repenser sa stratégie. Mais évidemment, ce n’était pas la priorité après le sweep face aux Celtics. Le coach a échangé avec Love et lui a fait part de son soutien. L’ailier fort a confié à son coach qu’il était impatient de commencer sa rééducation.

Ce qu’il y a de terrible dans cette histoire, c’est que Love commençait enfin à trouver son vrai rôle dans l’attaque des Cavs. Son alley oop durant le Game 2 reflétait parfaitement son état d’esprit et sa progression au cours de la saison. Bien plus présent à l’intérieur, mieux intégré dans l’attaque et surtout plus mobile, Love était enfin dans de bonnes conditions pour travailler avec ses coéquipiers. L’organisation des Cavaliers, justement, adorerait le retrouver la saison prochaine.

Le joueur dispose d’une option de $16,7 millions pour la saison prochaine. Sa période d’indisponibilité est évaluée à quatre mois minimum et six maximum, ce qui correspond à la période où les camps d’entraînement débutent habituellement. Lorsqu’il sera de nouveau opérationnel, son coach voudra absolument le retrouver à ses côtés.

Je l’espère vraiment. Je suis plein d’espoir, j’aimerais vraiment le retrouver la saison prochaine.

D’un point de vue financier, la situation la plus avantageuse pour Love est à Cleveland. Oublions le côté sportif un instant.

Les Cavaliers possèdent les droits de Love et peuvent lui offrir un contrat maximum, quelque soit la décision du joueur. S’il décide de décliner son option cet été, l’offre sera présente dès l’ouverture de la free agency. S’il décide d’activer son option, il touchera le maximum en 2016. Encore mieux pour Love, il peut décider de décliner son option cet été, signer un contrat d’un an et profiter des nouveaux contrats TV (max jusqu’à $40M).

Pour résumer, les offres provenant d’autres équipes seront toujours inférieures à celles que Cleveland pourra formuler. Le seul scénario dans lequel Love quitte les Cavaliers, c’est celui où il choisit volontairement de laisser de l’argent derrière lui pour rejoindre l’équipe de son choix. Bien sûr, c’est une possibilité. Mais les chances que cela se produise sont faibles.

Puisqu’il s’agit d’un joueur de renom, il est évident que la plupart des médias se précipitent sur chaque citation ou information exploitable pour construire des rumeurs. Souvenez-vous cependant de cet échange de Love avec un journaliste plus tôt dans la saison :

– « Comptez-vous décliner votre option pour rejoindre les Lakers cet été ? »

– « Non. »

Et de cette déclaration :

« Cette saison était super. J’ai des coéquipiers géniaux et un staff génial. Je m’adapterai encore mieux cet été. »

Des inquiétudes au niveau de ses relations avec ses coéquipiers ? Irving le considère comme son frère, LeBron James ne cesse de le complimenter sur son impact dans le jeu et J.R. Smith l’a qualifié de « coéquipier ultime« . Rien que ça.

Sans s’attarder d’avantage sur le cas de Love, on finira par dire qu’il a gagné 53 matchs cette saison, soit 13 victoires de plus que lors de sa meilleure saison à Minnesota (40-42). Il a fait ses débuts en Playoffs et fonçait droit vers les Finals NBA avant sa blessure. Et il jouait avec le meilleur joueur du monde.

Revenons-en aux Cavaliers. Il leur faudra un réel effort collectif afin de passer le second tour. Certains joueurs devront prendre des responsabilités inhabituelles pour compenser, comme Shawn Marion, James Jones ou Mike Miller, trois vétérans ayant déjà remporté le titre. Ils se rendent compte de la gravité de la situation à cette période de l’année.

Irving a qualifié son General Manager de « génie » pour avoir fait venir ces trois joueurs d’expérience à Cleveland. Avec un effectif aussi instable la saison dernière, personne n’aurait pensé que de telles personnalités puissent signer un contrat dans l’Ohio. Irving le sait, avec un effectif désormais bien amoché, il faudra compter sur la production des vétérans.

Il (Love) ne peut pas être remplacé, mais il faut trouver un moyen de faire ressentir sa présence sur le terrain.

Les Cavaliers sont allés dîner tous ensemble après l’entraînement de jeudi. C’est un autre moyen de rapprocher les joueurs entre eux et de forger l’esprit d’équipe en vue du défi qui se profile au second tour. Ce soir, le match contre Chicago sera une réelle introduction à la période Love-less.

L’intérieur a passé quelques jours supplémentaires à New York après son opération, mais il est prévu qu’il retourne à Cleveland. Qu’il soit présent physiquement ou non, Irving sait qu’il soutiendra l’équipe.

Je sais qu’il sera derrière nous. C’est un coéquipier incroyable, un frère incroyable. Il va nous manquer, mais on va trouver un moyen de compenser sa perte.

Kyrie et Kevin ont découvert leur première série de Playoffs ensemble. Aujourd’hui, le meneur des Cavaliers devra continuer la route sans son compagnon, mais il n’est pas seul pour autant. Aux côtés de LeBron James et de Tristan Thompson, son compagnon à la draft, il se battra pour son frère.

[themoneytizer id=15816-16]