Débats Sports
Don't Miss

Indiana Pacers (6-8) 111 @ 100 Dallas Mavericks (10-5)

Indiana Pacers (6-8) 111 @ 100 Dallas Mavericks (10-5)

Saison 2014-2015 Episode 14

        Eh ben wow. Frank Vogel did it again. Avec son talent en tant que coach et l’abnégation qu’il a su insuffler à des joueurs qui n’avaient quasiment jamais autant joué sur une saison (les Pacers étaient privés d’Hibbert, West, Charles Akeem, George Hill et PG-13), il vient de faire tomber les Mavericks, prétendants aux titres, à l’American Airlines Center, 111-100.

Damo's been great.

Damo’s been great.

        Ce qui est encore plus fort, c’est que la victoire s’est dessinée dès le premier QT, avec un Donald Sloan, natif de Dallas, absolument déchaîné, qui ne loupe qu’un seul shoot, celui au buzzer (un joli airball, d’ailleurs). Les Mavericks ont décidé de ne pas défendre les 3Pts et ils se sont fait punir, avec deux de Copeland et un de Sloan. 25-24 à la fin des 12 premières minutes. Un feu de paille ? No, baby, une frappe préventive. Les Pacers vont ensuite scorer 30 points sur le 2e QT pour continuer à porter une offensive sur des Mavs qui vont oser laisser le corner gauche ouvert 3 fois de suite à un moment décisif de la fin du QT. 3 tirs primés plus tard, les Pacers vont aux vestiaires en menant 55-50.

        Le 3e QT est du même acabit. Beaucoup de stops, des paniers quand il faut, une réponse constante au scoring des Mavs et pas d’énervement devant quelques coups de sifflets franchement médiocres. Etrangement, les Pacers ne shootent plus à 3Pts, comme s’ils avaient peur de ne plus les rentrer. A la place, la balle parvient très souvent au pivot (Ian Mahinmi ou LaVoy Allen), bien placé en tête de raquette, qui transforme les offrandes. Et quand le shoot est loupé, il y a toujours les rebonds offensifs pour reconstruire. Ce QT fut un modèle d’intelligence. 85-78 à la fin. Sur le 4e, les Pacers font un peu n’importe quoi en attaque, rentrent des 3Pts ahurissants (Damjan Rudez avec de la confiance, Calvin Andre 3 pas derrière la ligne et bien défendu) et les Mavs peinent à répondre devant une telle furie défensive. Les Pacers ne marquent plus pendant 4 min, mais les Mavs ne peuvent revenir au score. C’est alors aux titulaires de revenir et de continuer à pilonner la raquette texane, qui craque et laisse constamment 6 à 8 points d’avance à Indy. Monta Ellis ne peut convertir une technique logique administrée à Frank Vogel et les Pacers marquent en face. Rick Carlisle lance un concours de lancers francs à 2 min de la fin et même avec un 0-6 de Ian Mahinmi, les Pacers s’en sortent 111-100. TAKEDOWN, BABY.

Sans titre

        Les Pacers n’ont pas fait le match parfait et clairement, les titulaires auraient pu faire un meilleur boulot. AURAIENT PU est le mot-clé. Car ceux qui étaient présents ce soir ont su corriger leurs erreurs et créer leur destinée à la force du poignet et des mollets. Et ils doivent être célébrés pour cela. Magnifique.

Bulletin :

State Farm Man of the Match :

 Donald Sloan

       SLOAN Donald : Avec tous les heat checks qu’il a tenté, on peut dire qu’il était très chaud. 29 Pts, 5 Ast et un masterpiece ce soir. Kudos.

Très Bien :

       VOGEL Frank : Une technique à un moment gênant. C’est tout ce qui a cloché hier. Sinon, Vogel est le coach parfait pour ces types-là.

        SCOLA Luis : Encore un double-double, une jolie défense (?!!!) sur Nowitzki et une belle énergie. Refuse un peu trop de shoots, cela dit.

        RUDEZ Damjan : La confiance avec laquelle il est revenu dans le 4e QT, ça vaut tout l’or du monde. Est-il enfin un joueur NBA ?

Bien :

        HILL Solomon : Un match pas excellent de la part du plus régulier des Pacers cette année. 12 Pts, 6 Reb quand même. Un steal décisif.

        STUCKEY Rodney : Encore des shoots idiots. Par contre, quand il faut marquer des FT décisifs et garder la tête froide : GODNEY IS HERE.

        ALLEN LaVoy : Il ne shoote que quand c’est très ouvert. Par contre, il prend des rebonds. Une pelletée. Et des importants. 10 hier. 3 off.

        COPELAND Chris : Sorti des starters, il a quand même converti 3 tirs primés à des moments important. A part ça… Cata en défense.

        MILES Calvin Andre : Retour encore compliqué au shoot, mais il n’abandonne pas. Et il sert aussi à autre chose.

Moyen :

        PRICE Anthony Jordan : Well. Ca sent vraiment les derniers jours pour lui. Cependant, son three fut quasiment décisif.

        Les Pacers n’ont pas perdu un match hors du Bankers Life depuis plus de deux semaines et le match face aux Celtics. Ils sont à 5 victoires en 7 matches, ont enfin atteint la barre des 100 depuis le Season Opener et mieux encore : ils vont retrouver Hibbert, West et Charles Akeem d’ici la fin de semaine, si tout va bien. Mieux encore, ils sont 8e à l’Est.

        Le prochain match ne sera quand même pas de tout repos, dans la mesure où ils vont à San Antonio demain, toujours à 2h30. On n’y sera probablement pas, par contre. 1-1 sur un road trip au Texas. We can live with that. INDY ROCKS.

[themoneytizer id=15816-16]