Débats Sports

Ils vont marquer 2015. Bilan du mois de Juin

Le début de l’été est une période à part dans le calendrier du tennis mondial. En effet, de début Juin à mi-Juillet, sont concentrés touts les tournois sur herbe de la saison. Six tournois répartis entre la Hollande, l’Allemagne et surtout la Grande-Bretagne, avec comme point d’orgue, le tournoi de Wimbledon. Sur une surface qui reste, malgré le ralentissement du gazon en 2001, la plus rapide de la planète tennis, les joueurs de cette sélection n’ont pas particulièrement brillé. Atypique, le gazon est difficile à apprivoiser et à maitriser. Voici le bilan on ne peut plus mitigé des joueurs de notre sélection.

Pour commencer, parlons de Kei Nishikori. Comme nous vous le disions le mois dernier, l’herbe est la surface qui sied le moins au Nippon. Alors, quand, en plus de cela, vous rajoutez une blessure au mollet, la saison sur cette surface vire au cauchemar. A Halle, il a tout de même atteint les demi-finales, après des victoires convainquantes contre Thiem, Brown et Janowicz, avant d’abandonner contre Andreas Seppi. Puis, à Wimbledon, après une victoire marathon contre le toujours dangereux Bolelli, il a du déclarer forfait contre Giraldo au 2ème tour. Encore une fois, le physique du Japonais l’a lâché dans un tournoi du Grand Chelem, comme l’an dernier à Roland Garros. Espèrons pour lui que la blessure se résorbe vite, car il aura bon nombre de points à défendre d’ici novembre. La tournée estivale sur terre et la préparation sur béton en vue de l’US Open devraient mieux correspondre au natif de Matsue.

Depuis janvier, les suiveurs du tennis mondial pouvait commencer à douter, mais depuis ce mois-ci, c’est désormais officiel : Il y a le feu dans la maison Grigor Dimitrov. Spécialiste du gazon, demi-finaliste de Wimbledon l’an dernier en pratiquant un tennis incroyable, nous pensions le revoir briller, malgré son début de saison pour le moins compliqué. L’an dernier, Dimitrov avait quitté la saison sur herbe avec un bilan de dix victoires pour une défaite, un titre au Queen’s et donc une demie à Wimbledon. Cette saison ? Trois victoires pour deux défaites. Sorti dès le 2ème tour au Queen’s par Gilles Muller, il a sombré dès le 3ème à Wimbledon contre Richard Gasquet. Moins mobile, moins concentré, moins consistant, mois aggressif, il est à des années-lumière du niveau de jeu affiché l’an dernier.

Au lendemain de son élimination, Dimitrov a annoncé sa séparation avec Roger Rasheed, l’entraineur à l’origine de la nouvelle dimension prise par le Bulgare l’an dernier. 16ème mondial, son plus bas classement depuis avril 2014, Monsieur Sharapova semble être en plein doute. Sans sursaut, la fin de saison 2015 pourrait s’avérer très longue.

On le sait, Gaël Monfils n’est pas un joueur adepte du gazon. Et cette saison n’a pas dérogé à la règle. Malgré tout, nous avons pu voir un joueur bien plus consistant que l’on pouvait le penser. Trois tournois pour lui sur la surface la plus rapide du circuit, avec à chaque fois deux victoires avant de chuter. Des performances intéressantes, avec des victoires contre Kohlschreiber à Stuttgart, Rosol à Halle ou encore Mannarino à Wimbledon.

Défait en cinq sets par Gilles Simon à Wimbledon dans un gros combat, il s’est montré bien plus cohérent que l’an dernier à la même époque. Malgré tout, il n’a pas été retenu par Arnaud Clément pour affronter la Grande Bretagne en Coupe Davis. Comme toujours, c’est une saison faite de hauts et de bas pour l’un des joueurs les plus fantasques du circuit. L’été devrait, selon toute logique, se dérouler de la même manière,

Pour continuer avec l’imprésivible, Alexander Dolgopolov a confirmé ses bonnes dispositions sur gazon. Au Queen’s, l’ukrainien s’est offert Rafael Nadal, pratiquant un niveau de jeu incroyable dans la 3ème manche face au double vainqueur de Wimbledon, inversant la vapeur alors qu’il était mené quatre jeux à deux. La semaine suivante à Nottingham, il a rejoint les demi-finales avec de jolies victoires contre Andujar, Thiem et Lu, avant de s’incliner contre Sam Querrey. A Londres, comme l’an dernier, il a quitté le tournoi très tôt, la faute à un tirage au sort peu clément. Et comme l’an dernier, c’est en cinq sets que Dolgo a réalisé un énorme combat, s’inclinant 13-11 dans l’ultime manche contre Ivo Karlovic. Il faut désormais retrouver cette fameuse « consistance », pour retrouver un classement qui le protégerait d’entrée de tournoi. La tournée sur herbe et les résultats satisfaisants doivent redonner confiance à l’Ukrainien, qui est un joueur dangereux lorsqu’il se trouve dans une spirale positive.

Enfin, voilà une bonne surprise dans ce tour d’horizon des joueurs de notre sélection. Car comme nous le disions le mois dernier, David Goffin n’avait pas gagné un match à Wimbledon depuis 2012, et son style de jeu, ainsi que sa forme du moment ne poussaient pas forcément à l’optimisme. Pourtant, à Hertogenbosch, Goffin a participé à la première finale sur herbe de sa carrière, s’inclinant contre un spécialiste, Nicolas Mahut.

Au Queen’s, il a livré un beau combat contre Gilles Simon. Et à Wimbledon, il s’est incliné en huitième de finale, en trois manches accrochées contre Stan Wawrinka. Désormais, Goffin aborde une partie de saison avec une multitude de points à défendre. 14ème mondial (meilleur classement de sa carrière), il aura du mal à rester dans le top 20 en fin de saison. Mais le jeune belge joue de mieux en mieux. Excellent en Indoor, il devra passer par la terre battue et le béton extérieur pour commencer la défense de ses points.

Le mois dernier, Jiri Vesely était revenu sur le petit circuit pour allez gagner le challenger de Prostejov. Ce mois-ci, il est resté cantonné au circuit principal. Malgré des qualités qui semblent adaptées à l’herbe, il n’a pas particulièrement brillé puisqu’il n’a gagné que deux matchs en deux  tournois, contre Smyczek à Nottingham, et contre Lorenzi à Wimbledon, avant de chuter contre James Ward, alors que le forfait de David Ferrer semblait lui avoir ouvert sa partie de tableau.

La fin de saison devrait lui permettre de remonter au classement, car l’an dernier, il n’avait gagné qu’un seul match sur le tournoi principal après le tournoi de Wimbledon. On devrait le voir alterner entre le circuit principal et le circuit secondaire. On espère voir le natif de Pribram réaliser une bonne fin de saison, lui qui est à la peine depuis son titre d’entrée de saison à Auckland, malgré sa finale à Bucarest fin avril.

Comme l’an dernier, Dominic Thiem n’a pas réalisé une grande tournée sur herbe. C’est le moins que l’on puisse dire. L’autrichien était pourtant présent sur quatre tournois ce mois-ci. Le bilan ? Deux victoires, quatre défaites pour le 28ème mondial. Contrairement à ce que l’on prévoyait le mois dernier, son tennis offensif ne vas pas de paire avec le gazon. Même si à Wimbledon il a livré un combat en cinq sets contre Verdasco au second tour, l’impression générale laissée par l’Autrichien est légérement décevante. A l’instar de Goffin, lui aussi aura des points à défendre cet été, entre sa finale à Kitzbuhel, défait l’an dernier par…Goffin, et son huitième de finale à l’US Open contre Tomas Berdych. Pour l’instant, il présente un bilan de 19 victoires pour 16 défaites. L’an dernier, il avait fini la saison avec un bilan équilibré de 22 victoires et 22 défaites. A lui de finir la saison en boulet de canon pour garder ce bilan positif.

Après une terre battue moins adaptée à ses qualités, Nick Kyrgios a retrouvé son terrain de jeu favori, celui qui l’avait fait exploser aux yeux du monde entier l’an dernier : le gazon. Après un tirage difficile au Queen’s et une défaite en une quarantaine de minutes contre Stan Wawrinka, le jeune Australien a refoulé le gazon de Wimbledon. Après deux premiers tours faciles, il a pris sa revanche sur Milos Raonic au 3ème tour. Le Canadien, qui l’avait sorti en quart l’an dernier, a cette fois-ci cédé en quatre manches devant la puissance et la maitrise de Kyrgios.

Mais, en huitième de finale, c’est cette fois-ci Richard Gasquet qui a pris sa revanche de l’an passé, lui qui avait cédé après avoir eu neuf balles de match devant l’Australien. Un match pas vraiment glorieux, tant le quart de finaliste de l’an passé a affiché un comportement très limite, notamment dans le deuxième set, où il a ni plus ni moins balancé la manche en « bradant » totalement après avoir été breaké d’entrée. Désormais 41ème mondial après Wimbledon, il devrait remonter d’ici la fin de saison, vu son faible nombre de points à défendre.

Comme son ainé, Thanasi Kokkinakis n’a participé qu’à deux tournois au mois de juin. Le jeune homme découvrait le gazon, et l’apprentissage s’est révélé délicat. Au Queen’s, il a tout de même battu Chardy avant de s’incliner contre un joueur en forme sur gazon cette saison, Gilles Simon. Contre Leonardo Mayer, au 1er tour de Wimbledon, il a chuté en trois sets, et ce, malgré deux tie-breaks. Malgré cela, Kokkinakis est désormais 69ème mondial, ce qui en fait, une nouvelle fois, son meilleur classement en carrière. La fin de saison devrait le voir continuer de grappiller des places, car, l’an dernier, il était cantonné en grande partie aux Challengers, voire aux Futures. Il est possible qu’il refasse une ou deux apparitions sur le circuit secondaire, mais, mois après mois, le jeune homme de 19 ans montre que c’est sur le grand circuit que, désormais, il doit briller.

Lui aussi pointe, après Wimbledon, au meilleur classement de sa carrière. A seulement 18 ans, Borna Coric est 37ème mondial. Si en 2014, il n’avait pas gagné un match en qualifications dans les trois tournois auxquels il avait participé, il a fait mieux cette année. En Allemagne, il a chuté d’entrée à Stuttgart, puis au 2ème tour à Halle, contre des sérieux clients, Troicki et Berdych. A Wimbledon, il a livré un combat homérique contre Stakhovsky au 1er tour, s’imposant 9/7 au 5ème set. Au second tour, bis repetita, mais cette fois-ci, il est sorti perdant du combat contre Andreas Seppi. La tournée estivale pourrait stopper légérement son ascension, un an après de jolis résultats en Challengers, ainsi qu’à Umag ou, plus tard dans la saison, à Bale. Mais, être dans le top 40 mondial en étant à peine majeur est, selon toute vraisemblance, gage d’une carrière de qualité.

Comme pour Thiem, cité plus haut, les prévisions de jolies performances pour Lucas Pouille seront restées vaines. Trois tournois avant Wimbledon, et trois éliminations sans gloire au premier tour des qualifications, à Hertogenbosch, au Queen’s et à Nottingham. Malgré cela, on l’a vu bien plus à son aise à Wimbledon, où il a gêné le Sud-Africain Kevin Anderson, prenant un set au joueur qui aura fait trembler Novak Djokovic. Retour compliqué sur terre (et sur challenger) avec une élimination au second tour à Todi contre Donati. Le Français a perdu quelques places, mais il reste tout de même accroché au top 100. Un classement qu’il essaiera de ne pas quitter d’ici la fin de saison.

A jamais, ce tournoi de Wimbledon 2015 restera comme le premier tournoi du grand chelem joué par Alexander Zverev. Celui qui est présenté comme le futur patron du tennis mondial a donc débuté son aventure dans les majeurs sur ce tournoi londonien. Totalement novice sur herbe, il a séduit en préparation, que ce soit à Stuttgart, avec sa première victoire sur herbe contre Pavic, avant de chuter contre Troicki, à Halle, puis avec une victoire sur Nieminen et une défaite en trois manches contre Karlovic, ou encore à Nottingham, avec une défaite au 3ème tour contre Badghdatis.

Et puis, à Wimbledon, il a sorti Gabashvili dans un marathon de cinq sets, conclu 9/7 au 5ème. Pas mal pour un premier match en Grand Chelem, avant de chuter contre le surprenant Denis Kudla. Si le jeune homme de 18 ans a perdu quelques places au classement ATP, c’est qu’il n’a pas conservé son titre au Challenger de Braunschweig, s’inclinant au second tour contre Daniel Brands. A Hambourg, il aura bon nombre de points à défendre suite à sa demi-finale de l’an passé. Le reste de la saison, devrait le voir continuer sa progression vers le sommet du classement.

On l’avait quitté en progression, nous le retrouvons avec un mois de juin plus compliqué. Sur gazon, le tout jeune Stefan Kozlov a commencé par une défaite au 3ème tour des qualifications du challenger de Surbiton, après des victoires contre l’indien Raja et l’anglais Thornley. Défait cette fois-ci d’entrée à Ilkley par Daniel Brands, il a été invité par les organisateurs du challenger de Winnetka, sur béton, aux USA. Tirage compliqué avec une défaite contre Ryan Harrison. Lui aussi a perdu quelques places (361ème mondial). De bons résultats lors des deux prochains mois pourraient lui offrir une possible Wild Card pour l’US Open. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.