Débats Sports

Ils vont marquer 2015. Bilan du mois de Février.

borna-coric

Après un mois de Janvier et une rentrée dans le vif du sujet avec l’Open d’Australie, février est également un mois à part dans la saison tennistique. Avec douze tournois, il est le mois de l’année où le plus de titres sont décernés. C’est donc huit ATP 250 et quatre ATP 500 auxquels ont pris part les joueurs ce mois-ci, à travers le monde, de Dubai à Quito en passant par Delray Beach ou Zagreb. C’est un mois propice aux belles histoires et aux jolies surprises. A nous de voir si certains joueurs de notre sélection en font partie.

Kei Nishikori

Pour commencer, voici donc Kei Nishikori. Le Japonais, un des trois hommes de cette sélection à avoir un titre à défendre en février, n’a malheureusement pu conserver son titre à Memphis. Après avoir décimé les locaux avec des victoires contre trois américains pour se rendre en finale, il s’est incliné contre la tête de série numéro 2, Kevin Anderson, le laissant devenir le nouveau King de la ville. Sa revanche contre le géant Sud Africain, il n’aura pas mis longtemps à la prendre, car deux semaines après il sortait Anderson à Acapulco, en demi-finale. Mais, arrivé à l’ultime marche, c’est un David Ferrer en très grande forme en ce début de saison qui se mit en travers de sa route. Sept victoires en neuf matchs, un bilan relativement positif pour Nishikori. Cependant, le Nippon devra attendre encore avant d’accrocher un titre cette saison. Et s’il veut son titre dès Mars, c’est en Masters 1000 que le finaliste du dernier US Open devra aller le gagner.

Grigor Dimitrov

Le deuxième homme qui défendait un titre ce mois-ci, c’est Grigor Dimitrov. Vainqueur du premier 500 de sa carrière l’an dernier à Acapulco, avec de très grosses victoires, notamment contre Andy Murray, il a énormément déçu cette année. A Rotterdam, il lui a fallu trois sets et une balle de match sauvée pour sortir Paul-Henri Mathieu, avant de s’incliner contre Gilles Muler. A Acapulco, rebelote pour un bien pâle tenant du titre. Après trois sets accrochés contre Krajinovic, c’est l’éternel espoir Ryan Harrison, sorti des qualifications, qui a écarté Baby Fed.

Désormais, c’est vers les Etats-Unis et le béton que le Bulgare se tourne. Sorti dès le deuxièeme tour l’an dernier à Indian Wells et à Miami, il n’aura que peu de points à défendre sur ces deux tournois. A lui de nous montrer qu’il peut retrouver le niveau de l’an dernier.

Gaël Monfils

Le dernier homme qui défendait un titre en février c’est Gaël Monfils. Après un Open d’Australie décevant, le français a participé a 3 tournois ce mois-ci. Avec des résultats relativement convaincants. Un quart, une demi, et une finale. Et, surtout, pas de grosses contre perf avec des défaites contre Gasquet à Montpellier, Berdych à Rotterdam et en finale à Marseille, en trois manches, contre son copain Gilles Simon. On notera particulièrement deux jolies victoires contre Roberto Bautista Agut. L’an dernier, lui non plus n’avait pas brillé sur les deux Masters 1000 américains, des tournois où la grosse ambiance, surtout à Indian Wells, a les moyens de le surmotiver. Et, après bon nombre de rumeurs, mars rimera également avec Coupe Davis pour LaMonf, qui sera finalement du déplacement en Allemagne. Une Coupe Davis qui pourrait très vite devenir l’objectif principal de la saison du Parisien.

Alexandr Dolgopolov

23ème en début de saison, Alexandr Dolgopolov a d’ors et déjà chuté à la 40ème place mondiale. Son début de saison raté et ses points à défendre n’ont pas joué en sa faveur. Lui aussi s’est aligné sur 3 tournois ce mois-ci. Contrairement à Monfils, c’est de l’autre côté de l’Atlantique que l’Ukrainien a déployé ses talents. Finaliste à Rio l’an dernier, il n’a pas foulé les terrains brésiliens cette saison. Sorti d’entrée à Memphis, il a gagné quatre matchs entre Delray Beach et Acapulco, s’arrêtant à chaque fois en quart de finale. Alternant toujours le génial et le mauvais (son match gagné en 3 sets contre Groth au Mexique, 6/0 au troisième set, en est le symbole), il aura encore fort à faire en mars, lui qui était demi-finaliste à Indian Wells et quart de finaliste à Miami l’an passé. Il avait notamment sorti Nadal, Raonic ou encore Wawrinka. Après un début de saison compliqué, ces deux tournois, en cas de mauvaise performance, pourraient accélérer la descente aux enfers de  l’Ukrainien.

David Goffin

En tennis, tout va très vite, et ce n’est pas David Goffin qui dira le contraire. Après une deuxième partie de saison 2014 absolument époustouflante, les attentes placées dans le jeune belge pour ce début de saison 2015 étaient légitimes. Pourtant, son nouveau statut de top 25 semble lui peser. Après un mois de janvier loupé, il n’a pas fait mieux en février, avec une seule petite victoire en trois tournois, contre Jerzy Janowycz à Marseille. Le reste, c’est un abandon contre Thiem au deuxième tour, une défaite d’entrée à Rotterdam contre Muller et sa deuxième défaite de la saison contre Baghdatis à Dubai. Comme l’an dernier, Goffin est en train de louper son début de saison. Peu de points à défendre, donc, mais de belles occasions loupées d’en gagner et de se rapprocher du top 15, lui qui est 21ème mondial. La tournée Américaine doit lui faire accomplir cette performance.

Jiri Vesely

En parlant de changement rapide, voici Jiri Vesely. En janvier, le tchèque était allé gagner son premier titre ATP. En février, il n’a pas gagné un match en trois tournois. Une seule contre perf cependant, contre Rola à Buenos Aires. Car à Sao Paulo, c’est le futur vainqueur, Cuevas, qui l’a sorti, et à Rio, c’est un Fognini de feu, vainqueur de Nadal en demi-finale qui a stoppé le parcours de Vesely. L’an dernier, il avait réalisé un très beau tournoi à Indian Wells, s’inclinant en trois manches contre Murray au 3ème tour, alors qu’il avait le match en main. Toujours bien dans son jeu, ce coup d’arrêt ne semble pas catastrophique. Petit à petit, Vesely gagne de l’expérience, apprend de ses défaites comme de ses victoires. Très technique et solide, il peut espérer, si la chance lui évite de gros tirages d’entrée (sa 45ème place mondiale ne le protège pas) une tournée américaine décente.

Dominic Thiem

Après le 45ème mondial, voici le 46ème, Dominic Thiem. Après un mois inaugural sans victoire, il s’est quelque peu rassuré en allant chercher ses 3 premieres victoires de la saison en février, avec comme point d’orgue une belle victoire contre Gulbis aux Pays-Bas. On peut noter également un quart de finale à Marseille et une défaite contre Bautista Agut. Dans la même situation que Vesely, puisque lui aussi était allé au 3ème tour l’an dernier à Indian Wells, son jeu offensif pourrait également faire mal dans des tournois souvent ventés, où prendre la balle précocement est un avantage. Cogneur des deux côtés, Thiem semble monter petit à petit en puissance. Le numéro un autrichien doit décoller dans les mois à venir.

Pour finir, le héros de Melbourne, Nick Kyrgios, n’a pas foulé les terrains en ce mois de Février.

Thanasi Kokkinakis

Et si Kyrgios n’a pas disputé de match en Février, on peut dire que Thanasi Kokkinakis a joué pour deux. Et, petit à petit, le plus jeune des deux australiens fait son trou. Ce mois-ci, on a vu Kokkinakis présent en qualifications de 3 tournois ATP, à Memphis, Delray Beach puis Acapulco. Et, à trois reprises le discret australien en est sorti. A Delray Beach, il a même prolongé le plaisir jusqu’au 2ème tour, stoppé par Ivo Karlovic sur un score classique contre l’Ace Machine croate, 7/6 7/6. 133ème mondial, il a battu trois joueurs mieux classés que lui ce mois-ci, avec comme meilleure perf une victoire contre Lukas Lacko. Très à l’aise sur béton, on lui souhaite de réussir le même genre d’exploit lors des deux masters américains. Comme nous l’avons déjà dit, avec Kyrgios et Kokkinakis, sans compter un Tomic solide en ce début de saison, l’Australie pourrait vite redevenir une nation forte du tennis mondial.

Borna Coric

Après l’australien, voici un autre joueur en progression constante, en la personne de Borna Coric. A Zagreb, chez lui, il a chuté d’entrée contre Stakhovsky. Dans la cité Phocéenne, il a fait bien mieux en sortant Istomin puis en poussant le futur vainqueur Simon au 3ème set. Mais, son gros tournoi, il est allé le réaliser hors de l’Europe. A Dubai, dans un ATP 500, Borna Coric s’est tout simplement retrouvé en demi-finale, entouré de Berdych, Federer et Djokovic. Lucky Looser, il avait perdu contre Fabrice Martin au dernier tour des qualifications, il a battu Jaziri puis Bagdhatis, avant de littéralement disséquer Andy Murray, 6/1 6/3. En demi-finale, pour son premier face à face avec Maestro, il a évidemment été trop tendre. Mais, rappellons-le, Borna Coric n’a que 18 ans et 3 mois. 61ème mondial, il progresse de semaine en semaine. Quelque chose nous dit qu’en fin de saison, Coric pourrait bien naviguer autour du top 30.

Alexander Zverev

Continuons avec les talents précoces, avec un Alexander Zverev très actif puisque l’allemand a disputé quatre tournois ce mois-ci. Invité à Rotterdam et à Dubai, il a chuté d’entrée à chaque fois. S’il a du passer par les qualifications sur les deux tournois français, les résultats furent meilleurs avec une défaite au dernier tour des qualifs à Montpellier, et, surtout, à Marseille, l’adolescent s’est offert un premier tour de prestige contre Gaël Monfils, qu’il aura réussi à gêner puisque le français a eu besoin d’un tie-break marathon pour remporter le match en deux sets. Si le talent est évident, la différence physique entre Zverev et un athlète incroyable comme Monfils fut frappante. Très léger, le frère de Mischa manque encore de puissance pour battre des joueurs de ce calibre. A 17 ans, c’est plutôt normal, voire rassurant.

Lucas Pouille

Ce mois de février, avec bon nombre de tournois, permet souvent aux joueurs moins bien classés de se tester sur le grand circuit, profitant du fait que les meilleurs préfèrent couper pour parfaire leur préparation. Mais au contraire de tout les autres dans cette sélection, Lucas Pouille s’est tout de même aligné sur un challenger, à Bergame, en Italie. Choix payant, puisque le français est allé en quart de finale. Un mois satisfaisant puisqu’à Dubai, il est sorti des qualifications, et, invité par les organisateurs à Montpellier, il a battu Kudryavtsev avant de s’incliner contre le futur vainqueur, Richard Gasquet. Tout près de rentrer dans le top 100, Pouille devra utiliser à bon escient ces tournois challengers pour gagner des points et se rapprocher d’une marche majeure pour les jeunes joueurs, à savoir rentrer dans les 100 meilleurs joueurs mondiaux.

Stefan Kozlov

Pour terminer ce tour d’horizon, nous allons parler de Stefan Kozlov. A tout juste 17 ans, lui aussi s’est testé sur des tournois ATP, délaissant les challengers et autres futures. Un choix intéressant pour l’expérience du jeune homme, mais qui ne s’est pas reflété dans les résultats, avec deux défaites dans les deux tournois du mois se déroulant aux USA, contre Donaldson et Smyczek. Pour lui, exceptée une invitation des organisateurs dans les tournois Américains, c’est désormais vers les tournois de seconde et troisième zone que le Macédonien d’origine va se tourner pour progresser lentement vers les sommets qu’il escompte atteindre.