Débats Sports

Heikki c’est fini

A moins d’un mois des premiers essais de Jerez, Force India ne s’est toujours pas décidée entre Jules Bianchi et Adrian Sutil, Caterham n’a pas encore officiellement annoncé le nom du futur coéquipier de Charles Pic. Pourtant,  on peut d’ors et déjà vous assurer que le contingent des pilotes finlandais en Formule 1 sera moins important que celui des français. Si Jules Bianchi semble idéalement placé pour occuper un baquet au sein de l’écurie indienne, le destin de Heikki Kovalaïen semble scellé. Le finlandais qui, depuis trois ans est la figure de proue de la structure de Tony Fernandes devrait payer cash son refus de devenir un pilote payant.

Avant le dernier Grand Prix de la saison au Brésil, il se montrait lucide sur ces chances de poursuivre en Formule 1 sans soutiens financiers.

« Nous étudions plusieurs options mais ces dernières nécessitent de l’argent, les écuries en réclament, et je ne veux pas prendre ce chemin. J’ai demandé à mon management de ne pas rechercher activement des soutiens financiers. Je pense que cela ne mène nulle part. Si l’on possède un gros sponsor comme Santander et qu’il vous suit dans une équipe, c’est une chose différente, mais récolter de l’argent pour une saison n’a aucun sens pour moi. C’est la situation actuelle de la F1 et elle ne me convient pas. Il n’y a peut-être pas de solution pour moi et je ne peux pas y faire grand chose ».

Plus d’un mois après la fin de la saison, les options du finlandais se sont peu à peu refermées devant son absence de sponsors. Seule la prolongation chez Caterham restait envisage pour l’ancien pilote McLaren et Renault. Les 20 millions d’euros de la 10ème place au championnat du monde des constructeurs arrachée lors du dernier Grand Prix n’auront pas changé la destinée du vainqueur du Grand Prix de Hongrie 2008. Et pour cause, c’est son coéquipier Vitaly Petrov qui a rapporté dans les derniers tours d’une saison qui en compta 1194, une si précieuse onzième position qui permet à Caterham de devancer in extremis Marussia au classement des constructeurs. Et de récupérer une partie des droits télé que génèrent la discipline.

Cette manne financière substantielle sur laquelle tablait l’écurie en début de saison aurait du permettre à la nouvelle direction de la structure d’engager des pilotes sur la base de leur talent brut. Cyril Abiteboul n’a pas hésité à saisir l’opportunité de débaucher le prometteur Charles Pic à Marussia. Comme le pilote français apporte avec lui, des soutiens financiers substantiels, la voie était tracée pour une prolongation de Heïkki Kovalainen. Aux côtés d’un jeune pilote inexpérimenté, l’expérience et les qualités de metteur au point du finlandais auraient été des atouts non négligeables. Alors qu’il dilapide ses deniers dans des transactions douteuses pour son club de football des Queen’s Park Rangers, sans grand succès, Tony Fernandes qui a pris du recul dans l’encadrement de l’écurie pour se consacrer à ses affaires prospères, ne semble pas disposer à consentir les mêmes efforts pour son écurie de Formule 1. Dans ces conditions, le russe Vitaly Petrov doit sa future prolongation autant à la perspective prochaine du Grand Prix de Russie et à l’attrait des investisseurs nationaux que cela induit qu’à sa salvatrice 11ème place sur le tracé d’Interlagos. Tout au long de la saison il a été copieusement dominé par le finlandais. En qualifications, il n’a devancé son coéquipier qu’à 7 reprises, sans compter qu’il a été nettement moins efficace que Kovalainen lors des départs. Seule sa onzième place acquise au Brésil permet à Petrov de devancer son coéquipier au championnat du monde des pilotes. Le pilote russe ne nous semble pas être la solution d’avenir idoine, pas plus que la meilleure solution pour une ou deux années de transition.

En attenant, il n’a plus qu’à recevoir les fonds promis par ces différents sponsors pour prolonger son expérience en Formule 1. Une nouvelle fois un pilote payant prend la place d’un pilote bien plus talentueux. La direction de l’écurie désormais entre les mains du français Cyril Abiteboul pourrait, toutefois, se rabattre sur son troisième pilote Giedo Van der Garde si les fonds promis au pilote russe tardaient à arriver. On ne saurait trop les enjoindre à prendre cette décision tant le néerlandais n’est pas dépourvu de soutiens financiers et que son potentiel est bien plus élevé que celui de Petrov.

Au cours de cette intersaison, Caterham se devait de préparer la saison prochaine mais surtout l’avenir et l’après 2014. En s’apprêtant à prolonger Vitaly Petrov pour les dollars qu’il est susceptible d’apporter au détriment d’un pilote plus performant, Caterham commet la première erreur stratégique depuis son arrivée dans la discipline. Reste à espérer qu’elle ne la précipitera pas en toute fin de grille. Avec le retrait d’HRT, il ne reste que Marussia pour leur contester la dernière place du plateau. L’écurie russe pourra compter sur Timo Glock qui avait fait le pari de rejoindre une nouvelle structure après avoir quitté Toyota. Heikki Kovalainen en avait de même en quittant McLaren pour Lotus. Après trois ans, sans avoir glané le moindre point, le finlandais va quitter les paddocks. Avec 109 départs pour 1 victoire, 1 pole position et deux meilleurs tours, Heikki Kovalaien est le 57ème pilote à avoir disputé le plus de Grand Prix. Il fait partie des 104 privilégiés à avoir eu l’honneur de remporter une course. Un destin que l’on souhaite à Vitaly Petrov.