Débats Sports
Don't Miss

Game 2 : la vengeance masquée des Grizzlies

Match 2 : Golden State Warriors 90 – Memphis Grizzlies 97

Son absence pour le match 1 s’était faite ressentir sur les Grizzlies. Mike Conley a fait son retour pour le match 2, 10 jours seulement après une fracture du visage suite à un coup de coude de C.J. McCollum. Masqué, Conley a été exceptionnel dans un match ultra-défensif. A l’inverse, Stephen Curry et Klay Thompson ont été maladroits, particulièrement gênés par la défense très serrée des Grizzlies. Les deux équipes sont maintenant à égalité, et prennent la direction de Memphis pour un match 3 qui se nt la poudre.

Le film du match

Premier quart-temps

Les premières minutes du match sont très intenses, dans une opposition de style prévisible : beaucoup de ballons dans la peinture, un jeu lent pour Memphis, contre des tirs extérieurs pour Golden State.

Draymond Green est très rapidement cloué sur le banc pour avoir écopé de deux fautes en l’espace de 3 minutes, avec une technique en bonus. Il n’est pas le seul à être gêné par un problème de fautes, puisque Marc Gasol connaît le même sort alors qu’il reste 5’53 à jouer.

Mike Conley réalise un début de match tonitruant (9 points en 5 minutes) pour permettre aux siens de créer un petit écart avec les Warriors (9-14). A son retour sur le banc – et celui de Gasol -, Zach Randolph prend les choses en main et n’a que faire de la bonne défense de Festus Ezeli.

Si Memphis parvient à être efficace en attaque, les Warriors ne peuvent en dire autant. Stephen Curry ne connaît pas la réussite qui a fait de lui le MVP de la saison.

Le banc des Warriors produit un très bel effort, infligeant un 9-2 dans les dernières minutes du premier quart-temps. Golden State revient ainsi à 4 points (22-26) à 30 secondes de la fin du quart-temps. Un panier de Beno Udrih conclue ces 12 premières minutes sur le score de 22-28 en faveur des Grizzlies.

Le duo Randolph – Conley a fait de gros dégâts, avec 19 points à eux deux (sur les 28 totaux de leur équipe !), alors que les Warriors de Curry (9 points) sont à la peine en attaque. La faute à une grosse défense de Memphis.

Deuxième quart-temps

Marc Gasol et Draymond Green sont présents sur le parquet dès le début du quart-temps, après un premier quart-temps qu’ils ont vu du banc. Dans la bataille de banc, les Warriors prennent le dessus et reviennent à 2 points des Grizzlies (30-32), grâce à un excellent Leandro BarbosaThe Brasilian Blur entame parfaitement le deuxième quart-temps avec 6 points en 2 minutes.

Revenus à 2 points, les Warriors voient les Grizzlies prendre le large suite à des turnovers des joueurs de Steve Kerr, une très grande maladresse à l’extérieur, et des décisions arbitrales. Ces mêmes décisions arbitrales envoient Gasol de nouveau sur le banc, pour une troisième faute en cette première mi-temps. 

A 4’58 de la mi-temps, Conley est touché au visage par Green, alors que les deux joueurs sont à la lutte pour un rebond. Fausse alerte pour le meneur des Grizzlies, qui revient sur le parquet.

Jeff Green réussit un bon deuxième quart-temps, attaquant le cercle et profitant parfaitement de l’inattention que lui porte la défense de Golden State. Shaun Livingston est à la peine, avec deux marchés sifflés en 6 minutes.

S’il fallait retenir une image de ce match, c’est ce dunk immanquable mais tout de même manqué par Klay Thompson. L’arrière est dans un jour sans comme rarement il l’a été cette saison. En plus, Golden State ne met pas la main sur le moindre rebond offensif derrière toutes ces munitions gâchées. Pourtant, Golden State revient à 2 points (39-41) à 1’25 du terme de la première mi-temps.

Mais ce rapproché n’a eu que pour effet de réveiller les Grizzlies, qui terminent le quart-temps par un 9-0. D’un écart de 2 points les Grizzlies sont passés à un écart de 11 points, pour mener 39-50 face aux Warriors. Golden State a été maladroit comme jamais (ou presque) cette saison, que ce soit au tir ou dans la gestion du ballon.

Troisième quart-temps

Golden State commence son troisième quart-temps comme elle a joué la première mi-temps : beaucoup de tirs ratés. Seule différence, c’est qu’Andrew Bogut est là pour capter des rebonds offensifs, et marquer 4 points en seconde chance.

Les Grizzlies mettent une intensité défensive impressionnante sur les premières minutes du quart-temps. S’appuyant sur leur point fort, ils parviennent à mettre les Warriors à 14 points (45-59) après 4 minutes jouées en seconde mi-temps.

Au retour d’un temps-mort demandé par Steve Kerr à ce moment-là, les Warriors haussent le ton en défense. La bataille qui se joue à l’Oracle Arena est très intense, très tactique. Les deux équipes sont incapables offensivement de trouver le moindre décalage. Toutes les lignes de passe sont coupées. La solution alors vient des joueurs qui ne sont pas défendus, car pas considérés comme une réelle menace. Andre Iguodala profite ainsi de son traitement de faveur pour marquer 3 points (50-61, 5’40).

Le rythme s’emballe à partir de la septième minute, avec les deux équipes se rendant coup pour coup. En défense bien évidemment. Pour éviter que le rythme soit justement trop soutenu pour les Warriors, Memphis nourrit abondamment Gasol de ballon dans la raquette. En baissant le rythme, les Grizzlies évitent ainsi de donner trop de possessions aux Warriors, qui sont autant de chance pour Curry de se mettre dans le rythme. Le MVP marque 7 points de suite, mais manque un tir qui aurait permis aux Warriors de revenir à 5 points.

Memphis compte 10 points d’avance (63-73) avant le dernier quart-temps.

Quatrième quart-temps

Steve Kerr décide d’aligner un 5 très petit, avec Livingston, Barbosa, Iguodala, Barnes et Green. Au milieu de ces « petits », Zach Randolph se régale et attrape les rebonds à sa guise. Cependant, Draymond Green exploite son avantage de vitesse face à l’intérieur des Grizzlies. Les Warriors reviennent à 7 poits (70-77) alors qu’il reste 9 minutes à jouer.

Randolph marque ensuite 4 points pour remetre les Warriors à 10 points des Grizzlies (81-71). Les deux intérieurs passés par Michigan State se livrent une véritable bataille dans la peinture.

Les Warriors reviennent plusieurs fois à 7 points (74-81, 76-83), en imposant un rythme élevé et en courant énormémement. Mais Randolph, Conley et Allen redonnent 11 points d’avance. L’arrière des Grizzlies réalisent un match solide en défense, digne d’une « First Team All-Defense »

La défense de Memphis y est pour beaucoup dans le maintien de cet écart avec les Warriors, grâce aux interceptions mais aussi aux rotations défensives des Grizzlies. Il n’y a jamais de joueur ouvert à 3 points pour Golden State.

Les Splash Brothers connaissent toujours une soirée sans derrière l’arc, mais Curry arrive à marquer en attaquant plus le cercle.

Green manque l’occasion de ramener les Warriors à 5 points sur un rebond offensif. Sur la possession suivante, Conley ne se fait pas prier pour asséner un tir assassin à 3 points : 80-90 pour les Grizzlies, à 2’11 de la fin du quart-temps.

Une nouvelle fois encore, Golden State peut revenir à 5 points sur un tir à 3 points de Barnes. Mais comme la plupart des tirs tentés à 3 points, celui-ci ne rentre pas…

Menés de 8 points (84-92) à l’entame de la dernière minute, les Warriors reprennent espoir après une grosse défense de Barnes, provoquant une perte de balle de Memphis à cause de la règle des 8 secondes. Green provoque ensuite la cinquième faute de Gasol, et marque un lancer (sur 2).

Curry va ensuite tenter sa chance à 3 points, mais le tir s’avère être un airball… Match à oublier pour Curry et Thompson.

Le match s’achève sur le score de 90-97. Grizzlies et Warriors sont à égalité 1-1, et le prochain match a lieu à Memphis. Sans être pour autant un must-win, les Warriors auront à coeur de rebondir après leur échec à l’Oracle.

MVP du match

Green : 14 points (3 sur 11 aux tirs, dont 0 sur 3 à 3 points, 8 sur 10 aux lancers-francs), 12 rebonds dont 4 offensifs, 1 passe décisive, 2 interceptions, 3 pertes de balle, 5 fautes, + 2, 38 minutes.

Dans un match où Curry et Thompson sont passés au travers, où le banc n’a strictement rien apporté (mis à part Barbosa), la seule satisfaction a été Draymond Green. Face à Randolph et Gasol, Green a fait du bon travail en défense même si sa taille est un inconvénient au rebond.

De l’autre côté du terrain, il n’a pas connu la même réussite qu’au match 1 où il avait été en feu à 3 points. Pourtant, ce n’est pas ce qu’il a arrêté en attaque. Au contraire, voyant que son adresse extérieure n’était pas au rendez-vous, Green n’a pas arrêté d’attaquer le cercle, quitte à se frotter à Gasol, Randolph, Koufos. Au final, il réalise un match solide et son agressivité a été récompensée (10 lancers-francs obtenus, 12 rebonds, 2 interceptions). Et c’est une prestation de plus qui justifie le futur contrat max qui va lui être proposé cet été.

Facteur X

Leandro Barbosa : 14 points (5 sur 9 aux tirs, dont 1 sur 2 à 3 points, 3 sur 3 aux lancers-francs), 2 rebonds dont 1 offensif, 1 passe décisive, 1 perte de balle, 2 fautes, + 9, 14 minutes.

The Brasilian BlurBip-Bip a été excellent dans la défaite. Derrière un Klay Thompson en perdition, Barbosa a montré qu’il était une arme offensive fiable. Son expérience lui a permis  d’être très efficace en attaque, ses jambes de feu lui ont permis d’être au bon endroit au bon moment.

Le problème est que le banc a été inexistant : Livingston a commis deux pertes de balle sur des marchés, l’impact d’Iguodala a été faible, Lee ne sert plus qu’à faire le nombre à l’heure actuelle… Espérons qu’il s’agisse seulement d’un mauvais match que d’une tendance. Le banc a souvent été source de problème cette saison, et il ne faut plus que cela en soit un en avançant dans les playoffs.

 Least Valuable Player

Klay Thompson : 13 points (6 sur 15 aux tirs, dont 1 sur 6 à 3 points), 4 rebonds, 2 passes décisives, 1 interception, 1 contre, 5 pertes de balle, 3 fautes, – 16, 34 minutes.

Au match 1, Tony Allen avait défendu sur Curry lors de certaines séquences, et le reste sur Thompson. L’absence de Conley a obligé Allen à dépenser plus d’énergie en attaque, laissant de nombreux espaces à Curry ou Thompson. Le retour du meneur a eu pour conséquence de laisser Allen seul face à Thompson une grande majorité du temps. Thompson a été très maladroit, avec seulement 13 points en 15 tirs. Incapable d’ajuster la mire à 3 points, il n’a pas fait(ou pu faire ?) les ajustements nécessaires pour plus attaquer le cercle.

La bonne nouvelle est que ce genre de matches n’arrivera pas à chaque rencontre de cette série, et d’éventuelles prochaines séries. En attendant, Thompson est attendu au tournant à Memphis pour le match 3.

La déclaration

Stephen Curry (7 sur 19, dont 2 sur 11 à 3 points) :

« Nous n’allons pas dramatiser une mauvaise soirée aux tirs. »

Prochain match

Match 3 : dans la nuit de samedi à dimanche (2h), au FedEx Forum (Memphis)

[themoneytizer id=15816-16]