Débats Sports

Faut-il s’inquiéter pour Romain Grosjean?

 Annoncée comme acquise avant la trêve estivale la prolongation du contrat de Romain Grosjean chez Lotus n’est toujours pas advenue. Alors que l’écurie britannique a confirmé Kimi Raïkkönen depuis plusieurs semaines, une réponse se fait toujours attendre concernant Romain Grosjean. Le baquet occupé cette saison par le français est le dernier baquet chez une top team non confirmé pour la saison prochaine. Suffisant pour s’inquiéter pour l’avenir du français dans l’élite du sport automobile ?

Pour une première saison complète en Formule 1, le pilote soutenu par Total a réalisé une saison marquée par trois podiums. Une belle performance en soit. Mais le français a passé plus de temps sous le feu des critiques que sous celui des podiums. Il clos la saison avec plus de deux fois moins de points que son coéquipier qui faisait son retour dans la discipline après deux ans d’absence. Des jeunes pilotes engagés sur le championnat du monde 2012, Romain Grosjean est celui qui bénéficiait de la meilleure monoplace. A ce titre il est celui qui a obtenu les résultats les plus probants avec Sergio Pérez. Toutefois, le français a déchaîné la chronique et s’est fait une réputation dans les paddocks pour une autre spécialité. Celle de s’accrocher avec une régularité déconcertante lors des départs. Le carambolage qu’il causa à Spa Francorchamps lui fallu même une suspension pour le Grand Prix de Singapour. Il fut alors le premier pilote suspendu pour un Grand Prix depuis…1994.

Le français s’set évertué à gâcher son excellente pointe de vitesse et une bonne maîtrise de l’exercice du tour lancé par des départs hasardeux et une agressivité excessive au volant. Comme le démontre le tableau ci-dessous, celui qui avait déjà effectué une demie saison en 2009 pour Renault, a régulièrement surclassé Kimi Raïkkönen en qualification. Il s’est même hissé sur la première ligne en Hongrie.

Classement en qualifications des deux pilotes Lotus

DUEL
K.Raïkkönen185511481256105481285745910
R.Grosjean3710735741015298571194189

Son positionnement moyennement sur la grille (7,58) laissait envisager de bien meilleurs résultats. Mais soumis à une forte pression par son écurie et ses adversaires en piste, le français ne paru jamais en mesure de s’envoler de manière idéale. Il est ainsi sans rival au classement des places et des points perdus au départ.

Par ailleurs, Romain Grosjean n’est parvenu qu’à huit reprises à boucler l’ensemble des tours prévus. Ces abandons répétés font du pilote français le pilote ayant passé le moins de tours (803) en piste cette saison. Très loin de son coéquipier qui a terminé l’ensemble des Grand Prix et complété 1191 tours sur les 1192 que proposait ce championnat du monde.

Plus inquiétant encore pour Romain Grosjean, le français n’est pas le plus prompt à se remettre en cause. Y compris ces derniers jours quand il plaide sa cause publiquement en estimant que les erreurs de cette saison l’ont rendu plus fort, il commet sans s’en apercevoir une bourde qui pourrait bien peser lourd dans la décision de ses dirigeants.

« Il y a eu des hauts des bas, mais je pense que cette année m’a permis d’apprendre». « J’aime travailler avec cette équipe. Je pense que nous étions plus rapides que ce à quoi nous nous attendions. Il y eut des moments difficiles et je pense qu’ils m’ont aidé à progresser et je pense que les quatre dernières courses ont été intéressantes. Je me sens beaucoup mieux qu’au début de la saison. J’ai appris énormément et je continue à le faire ».

Hors ce qui fait hésiter les dirigeants de Lotus c’est précisément le comportement du français sur les deux dernières courses de la saison. Aux Etats-Unis il est parti en tête à queue avant d’être impliqué dans un accrochage. Puis au Brésil il a ruiné ses chances de briller sur le tracé d’Interlagos en percutant la monoplace de Pedro de La Rosa lors des qualifications. Malgré tout, Romain Grosjean considère que les dernières courses ont été intéressantes.

Quelles alternatives pour Lotus ? 

Cette difficulté persistante à reconnaître ses torts et à se remettre en question semble plus problématique encore que son excès d’agressivité en piste et son manque d’expérience lors de l’extinction des feux. Les dirigeants de la structure britannique pourraient bien être tentés de tester le marché. Un peu tard. Les solutions de remplacement ne sont pas légions. Sont encore disponibles, Heikki Kovalaïnen dont le profil de redoutable metteur au point pourrait être particulièrement complémentaire de celui de Iceman. On doute toutefois que sur un plan marketing un duo 100% finlandais intéresse Lotus. Les deux anciens pilotes Toro Rosso, Sebastian Buemi et Jaime Alguersuari restent également attentifs à l’évolution de la situation contractuelle de Romain Grosjean. Mais là encore les deux candidats ne présentent pas plus de gages de sureté que Romain Grosjean dont la pointe de vitesse naturelle laisse envisager un potentiel supérieur aux deux anciens de pensionnaires de la petite Red Bull.

Faute d’alternatives crédibles, le pilote français pourrait bien être reconduit au volant d’une Lotus l’année prochaine. Mais si les dirigeants laissent durer le suspens, on les voit bien proposer à Romain Grosjean un contrat à objectifs. Bien heureux d’avoir obtenu une seconde chance en Formule 1 après une demie saison pas des plus convaincantes, le coéquipier de Kimi Raïkkönen est toujours en sursis. Une situation qui risque de lui mettre un peu plus de pression sur les épaules. S’il parvient à la supporter, Romain Grosjean peut viser bien plus haut que sa huitième place au championnat du monde des pilotes. A moins qu’il n’ait définitivement laissé passer sa chance.