Débats Sports

Équipe de France de Basket : quatre ans pour finir en beauté

Tony Parker l’a encore rappelé, il veut continuer jusqu’aux jeux de Rio pour enfin obtenir une breloque dorée dans une compétition internationale. D’ici les jeux de Rio, les bleus auront trois occasions de ramener une médaille. Peuvent-ils espérer terminer sur la plus haute marche du podium lors de l’un de ces tournois ? On peut le croire.

Étape 1 – Eurobasket 2013

Dans tout pile un an, les bleus se déplaceront en Slovénie pour tenter de faire aussi bien, voire mieux, que le dernier euro où ils avaient terminé deuxièmes, une nouvelle fois battus par les espagnols.

Ce fût probablement le tournoi le plus accompli de la bande à Tony Parker. Il faut dire que Vincent Collet avait mis les bouchées doubles pour faire venir Joakim Noah, aux côtés du meneur des Spurs, de Batum, Diaw et autres Gelabale. Résultats des courses très positifs puisque les bleus terminent la phase de poule invaincus et avant de tomber une première fois face à la Roja en deuxième phase.

La France est directement qualifiée pour ce tournoi grâce à leur participation au Tournoi olympique. Et grâce à son bataillon de joueurs NBA, l’équipe de Vincent Collet part grande favorite compte tenu des rumeurs selon lesquelles l’Espagne enverrait une équipe bis. Inégalable dans la raquette, l’Espagne truste les podiums depuis 2007 (2ème, puis deux fois vainqueur). On peut regretter le fait que la France soit la mieux placée à cause (grâce) à la faible opposition, mais on peut aussi se réjouir de voir un effectif aussi compétitif.

Aux côtés des habituels cadres, s’ajouteront, espérons-le, le pivot des Bulls qui avait été d’une grande aide durant la campagne européenne en Lituanie. Mais on peut aussi imaginer l’arrivée d’Evan Fournier, le nouvel extérieur des Denver Nuggets. Un poste 2 qui a toujours été problématique dans cette équipe. Juste drafté cette année, il faudra encore et toujours se soumettre au bon vouloir des dirigeants de la franchise. Mais Fournier, qui avait terminé dans le meilleur cinq du Championnat d’Europe des moins de 18 ans en 2009 représente l’avenir de la France.

C’est la première étape de la course vers l’or, et probablement la meilleure occasion pour nos bleus de finir au sommet.

Étape 2 – Mondial 2014

S’il est un tournoi que l’Espagne ne galvaudera pas, c’est bien celui-là. Organisé en Espagne, la Roja aura à cœur de faire honneur à la patrie et de se venger de la claque reçue en finale des Jeux face aux U.S.A.

Comme souvent dans les compétions mondiales, les deux nations seront les deux favorites pour le titre suprême. Cependant et comme toujours on ignore encore le niveau de Team USA, même si récemment, la Fédération semble vouloir jouer à fond toutes les compétitions.

On a beau espérer que la France soit au top de sa forme, elle n’arrive toujours pas à la cheville des américains. On avait trouvé une faille dans la raquette de Team USA lors des jeux, mais si les absents sont de retour pour ce mondial, cette faille se transformera en atout n°1 de l’équipe. Avec Howard, Griffin, Davis, Bynum les américains disposent des joueurs les plus physiques du monde dans la couleur.

Même si la France aura du mal à ramener l’or, elle peut enfin espérer terminer sur le podium, pour la première fois de son histoire.

Étape 3 – Euro 2015

Une nouvelle fois, la France sera favorite. Non pas car l’Espagne ne joueront pas le coup à fond, mais parce que les bleus arriveront au top de leur forme. On pourra même espérer voir arriver dans l’équipe de jeunes pousses telles Rudy Gobert. 20 ans cette année, il aura 23 ans et sera peut-être (sûrement) en NBA. Il peut enfin être le 7’ foot que la France attend. Et même Léo Westermann, même âge et pourquoi pas des juniors de 1994.

Disputé en Ukraine, il ne faudra pas non plus oublier les nations de l’est. La Russie, la Serbie et la Lituanie sortent toujours des jeunes joueurs et seront à coup sûr des outsiders sérieux.

A l’inverse, les espagnols seront dans une phase de reconstruction très délicate. Menée probablement par Ricky Rubio, ce dernier composera un axe meneur / pivot solide avec Serge Ibaka, mais l’absence (enfin) des frères Gasol, âgés de 35 ans pour Pau et 30 ans pour Marc, ils ne seront probablement pas les intérieurs dominants qu’ils sont aujourd’hui.

Faire encore une fois un gros parcours sera aussi crucial pour obtenir le billet pour le Brésil.

Étape 4 – Jeux de Rio 2016

Dernière étape pour Tony Parker. Sauf incident de parcours, ce sera sa dernière compétition. Et aussi la dernière pour Diaw, Turiaf, Pietrus et Gelabale. Si ces joueurs seront encore au niveau (on peut le penser pour au moins deux d’entre eux), ils devront faire la transition entre les trois générations présentes. La leur, mais aussi celle de Batum & Noah et celle de Fournier & Séraphin. Si ces trois générations s’entendent convenablement, le parcours des bleus pourra être différent de celui de Londres, et coïncider avec celui des filles lors des jeux.

Hormis les américains, aucune nation ne sort du lot. L’Espagne ne sera plus aussi forte qu’aujourd’hui et aucune autre nation ne pourra se targuer d’un effectif aussi fourni que celui des bleus.

Pour espérer décrocher la médaille olympique, l’entente entre les générations ne sera pas le seul point crucial. Il faudra aussi bien sûr que les franchises NBA ne retiennent pas leurs joueurs mais aussi et surtout que Vincent Collet soit encore à la tête de l’équipe.

Alors qu’il a pris l’équipe au fond du trou laissée par Michel Gomez. Il a réussit l’exploit de sortir la France du bourbier et de la mener en finale européenne en deux ans seulement. Bien entendu il a pu bénéficier de la présence du meilleur joueur français de tous les temps et futur Hall of Famer, mais il a su aussi jouer des coudes pour attirer les expatriés et faire parfois avec les moyens du bord comme face à ce match couperet face à l’Italie sans Tony Parker.

S’il dispose enfin de l’ensemble des armes à sa disposition, Collet pourra mener la génération dorée vers les sommets qu’ils méritent.