Débats Sports

Draft 2013 : Tour d’horizon des franchises restantes

TonySnell-Draft

Toutes les bonnes choses ont une fin. Notre dossier sur la Draft NBA édition 2013 n’y fait pas exception. Pour clore cette série de billets, notre draftologue dresse des succincts bilans des choix des équipes pour lesquelles les néophytes ne joueront que des rôles marginaux.

Un défenseur extérieur probablement mis sur la touche dans une équipe compétitive : Memphis Grizzlies, Los Angeles Clippers, Miami Heat, Indiana Pacers, Chicago Bulls

  • Ces cinq équipes ont fait le choix d’ajouter à leurs effectifs des étudiants possédant le profil prisé du stoppeur défensif du meilleur joueur adverse chargé d’attendre dans le corner pour tirer à trois-points en attaque, à la manière de Tayshaun Prince, Shane Battier, Raja Bell ou encore Thabo Sefolasha. Les franchises en question partagent en plus la particularité de nourrir les plus grandes ambitions pour les prochains playoffs.
  • En sélectionnant  Jamaal Franklin, Memphis a fait le choix d’un arrière dont le but sera de museler le meilleur attaquant adverse grâce à un physique avantageux. L’identité des finalistes de la Conférence Ouest 2013 réside précisément dans ce dur labeur de cols bleus et elle s’incarne dans des figures comme les titulaires Tony Allen et Tayshaun Prince. Or, ces deux éléments majeurs occupent les mêmes postes que le néo-drafté et présentent plus de qualités que lui en termes d’expérience mais aussi d’efficience offensive puisque les pourcentages au tir de l’ancien étudiant de San Diego State étaient en baisse lors de la dernière saison. Le salut pourrait provenir du banc mais Quincy Pondexter a impressionné lors de la série contre les Spurs tandis que Mike Miller a grandement contribué au titre de Miami en 2012. Seule une blessure semble être en mesure de lui permettre de fouler un parquet NBA, étant entendu qu’il fera des aller-retours en ligue de développement.

Quant au dernier choix de la promotion Janis Timma, l’incertitude règne concernant sa présence dans le roster ou un retour en Europe, aucun numéro ne lui ayant été attribué.

  • A l’instar de Tim Hardaway Jr, les qualités de scoreur de Reggie Bullock ont été particulièrement louées pendant les ligues d’été. Au-delà du bémol nécessaire vis-à-vis d’un arsenal loin de l’exhaustivité, il faut tempérer ces remarques par le rôle qui sera attribué à ce produit du cru 2013 de la Draft. Les options offensives dans l’autre franchise de Los Angeles sont légions dans le cinq majeur (Chris Paul, Blake Griffin, JJ Redick voire Deandre Jordan qui veut progresser au contact de Doc Rivers) et sur le banc (Jamal Crawford, Byron Mullens et le remuant Darren Collison).

Les tâches restantes sont alors composées par les missions défensives, en particulier sur les lignes arrières.

Or, Bullock est mis en compétition avec le très respecté (craint ?) Matt Barnes et l’homme à tout (bien) faire Jared Dudley dans cette fonction qui possèdent tout deux le calibre de titulaire.

Sa première saison en NBA s’apparentera donc probablement à celle de Jamaal Franklin.

  • James Ennis est un puissant athlète également, capable de défendre intensément.

Mais le double champion en titre Miami est déjà fourni sur les postes d’arrière et d’ailier shooteur. Si l’on se concentre sur les minutes disponibles en sortie de banc, déjà maigres derrière les superstars Dwyane Wade et Lebron James,  l’effectif compte les indéboulonnables Rashard Lewis, Ray Allen et Shane Battier.

La seule solution sera alors d’aller disputer des rencontres en D-League l’an prochain, sauf catastrophe.

  • Solomon Hill se trouve sensiblement dans la même situation. Le franchise player Paul George passe la majeure partie des rencontres sur le terrain au poste 3. La révélation des dernières playoffs côté Pacers, Lance Stephenson évolue quant à lui au poste 2 tandis que l’ancien All-Star Danny Granger, revenu de blessure, cohabitera durant de longues séquences avec les deux pré-cités. Quand bien même Hill parviendrait à jouer ailier-fort, Chris Copeland et Luis Scola vampiriseront joueront les doublures à ce poste.

Ici encore, la ligue de développement s’impose pour le développement du prospect.

  • Chicago vient compléter le trio d’équipes prétendantes à l’Est ayant choisi un swingman, joueur oscillant entre postes 2 et 3, avant tout défensif. Tony Snell se heurtera comme les précédents exemples à ses coéquipiers pour obtenir du temps de jeu. Logique, compte-tenu de la compétitivité de ces franchises l’an passé.

Les obstacles se nommeront dans son cas Luol Deng, Mike Dunleavy Jr, Jimmy Butler, voire Kirk Hinrich. De plus, L’émergence de Butler lors des dernières playoffs va conduire l’entraineur Tom Thibodeau à lui confier de plus grandes responsabilités, ce qui limitera nécessairement les minutes des autres joueurs du banc occupant les mêmes positions. Les Bulls comptent également dans leurs rangs Erik Murphy mais sa capacité à s’écarter au poste 4 ne sera pas mise à contribution du fait de la présence de Taj Gibson.

Précédent1 of 5
Use your ← → (arrow) keys to browse