Débats Sports
Don't Miss

Draft 2013 : la mock draft de CavsFR

Plus qu’un mois avant la draft.

Le 27 juin au soir, une nouvelle cuvée de joueurs posera ses valises dans la cour des grands. Il est quasiment coutume pour les passionnés et les sites traitant de l’actualité NBA de faire leur mock draft, c’est-à-dire de pronostiquer qui ira où et à quel choix de la draft.

Dans la foulée du lancement de ce blog, nous avons décidé de nous y essayer. Bonne lecture !

1 – Cleveland Cavaliers : Nerlens Noel, pivot, Kentucky

À 19 ans, il possède des instincts et des atouts physiques qui en font une présence défensive de premier plan. Lors de la saison universitaire NCAA 2012-2013, il tournait à 4,4 contres de moyenne par match. Doté d’une bonne lecture sur les pick and roll adverses, il est également capable de réparer ses erreurs grâce à son physique explosif. Sur la défense au poste bas ou dans la lecture des passes, on l’a par ailleurs vu capable de provoquer des pertes de balle en se servant de ses longs bras pour intercepter les ballons. Assez bon rebondeur si l’on prend en compte le fait qu’il se donne à 100% au contre. Relativement bon passeur et manieur de ballon, ce pivot semble également être travailleur et possède toutes les qualités pour devenir la pièce maîtresse de la raquette du futur des Cavaliers. Le coaching défensif de Mike Brown trouvera ainsi un relais de qualité dans la peinture. Offensivement, rien d’extraordinaire chez le joueur universitaire mais il était capable – de temps à autre – d’aller chercher des fautes grâce à un premier pas plutôt rapide pour un pivot. En NBA, il finira dans un premier temps les actions aux abords du panier puis devra développer un jeu plus varié, notamment en utilisant le pick and roll avec Irving et Waiters. S’il ne sera pas disponible avant les fêtes de fin d’année, c’est surtout son poids (93 kg) qui inquiète les observateurs. Sachez à ce sujet qu’il l’a fait baisser afin de mieux gérer sa rééducation du genou.

2 – Orlando Magic : Ben McLemore, arrière, Kansas 

Très bon scoreur extérieur et doté de qualités athlétiques exceptionnelles, McLemore pourrait devenir la base de l’attaque de Orlando. L’arrière de Kansas a toutes les qualités et tout le potentiel requis pour devenir un joueur majeur du Magic. Il aura l’occasion d’évoluer avec un jeune groupe talentueux autour de lui et devrait rapidement pouvoir s’adapter au jeu NBA.

3 – Washington Wizards : Otto Porter, ailier, Georgetown

Tout comme Cleveland, Washington possède un backcourt de talent mais présente une faiblesse au poste 3. Ainsi, si les Cavaliers ne le sélectionnent pas avec le premier choix, tout porte à croire que les Wizards ne laisseront pas passer cette occasion. Comme nous l’avions indiqué plus tôt, Porter est un joueur de complément idéal. Bon en défense, il sait être prolifique sans monopoliser le ballon et viendra fluidifier le jeu de l’équipe qui le récupèrera.

4 – Charlotte Bobcats : Anthony Bennett, ailier fort, UNLV

Le jeune intérieur de 20 ans fonctionne principalement à l’énergie. Cependant, il n’en reste pas moins talentueux offensivement. Il pourrait apporter sa hargne à cette équipe de Charlotte qui cherche désespérément à se sortir de son trou après avoir accumulé les mauvaises décisions. Si les Bobcats venaient à le sélectionner, il formerait avec Kemba Walker et Michael Kidd-Gilchrist un trio de jeunes talents très intéressants et prometteurs pour la suite.

5 – Phoenix Suns : Victor Oladipo, arrière, Indiana

Avouons-le : il n’y a presque rien d’intéressant à Phoenix. Ryan McDonough, le nouveau GM, va donc avoir les mains libres pour faire le grand ménage et tout reconstruire. Ce cinquième pick, même si la draft est dite assez faible, est une bonne occasion de poser la première pierre de ce grand chantier. Victor Oladipo a tout d’un leader. Gros bosseur, excellent défenseur, c’est autour de lui que l’équipe dirigeante devrait bâtir son équipe.

6 – New Orleans Pelicans : Trey Burke, meneur, Michigan

Après avoir obtenu le premier choix l’an dernier, les Pelicans continuent leur reconstruction cette année avec ce sixième choix. Trey Burke, malgré sa relative petite taille, est un excellent joueur offensif doublé d’un bon créateur. Le meneur de Michigan devra faire face à une rude compétition en arrivant en NBA mais il a impressionné par ses qualités athlétiques durant ses tests à la Draft Combine. Avec des jeunes comme Anthony Davis et Austin Rivers à ses côtés, Trey Burke pourrait être la clé de voûte de l’ascension des New Orleans Pelicans dans les années à venir.

7 – Sacramento Kings : Cody Zeller, pivot, Indiana

On imagine mal les Kings, récemment rachetés par Vivek Ranadive, sélectionner Shabazz Muhammad. Ce n’est pas une question de talent, mais à moins qu’un peu de ménage ne soit fait, les lignes extérieures seront bien trop garnies. À l’inverse, le choix de Cody Zeller serait intéressant. Très athlétique et plus talentueux que son frère Tyler, capable de se décaler en 4 ou de jouer en 5 derrière DeMarcus Cousins, Cody Zeller offrirait aux Kings une rotation plus solide et plus stable.

8 – Detroit Pistons : Michael Carter-Williams, meneur, Syracuse

Avec un secteur intérieur imposant composé de Greg Monroe et Andre Drummond ainsi qu’un arrière scoreur très agile en la personne de Brandon Knight, il est difficile de savoir si Detroit a besoin de talents supplémentaires ou bien de vétérans pour encadrer ce beau monde. En revanche, un meneur gestionnaire tel que Carter-Williams permettrait une bonne cohésion entre tout ce beau monde. Voilà un choix plus que logique pour les Pistons.

9 – Minnesota Timberwolves : CJ McCollum, arrière, Lehigh

Les Timberwolves ont tenté le pari Brandon Roy. Malheureusement pour eux et pour tous les amateurs de beau basket, il n’a pas été gagnant. Aujourd’hui, l’équipe a donc grand besoin de shooteurs. McCollum en est un. Le sélectionner permettrait par ailleurs de mettre Shved en sortie de banc, dans un rôle d’électron libre où il serait peut-être plus efficace.

10 – Portland Trail Blazers : Alex Len, pivot, Maryland

Les Blazers ne souhaitant pas prolonger JJ Hickson et recherchant plus de profondeur de banc au niveau du secteur intérieur, Alex Len pourrait correspondre au profil parfait. Le pivot de Maryland apporte une assurance au poste bas et possède une multitude de mouvements lui permettant de marquer. Voilà le type de joueur qui permettrait à LaMarcus Aldridge, qui approchait les 38 minutes de jeu par match, de se reposer plus souvent.

11 – Philadelphia 76ers : Rudy Gobert, pivot, France

Andrew Bynum ne jouera peut-être jamais pour les Sixers, même si la nouvelle direction a indiqué qu’ils allaient le considérer comme un agent libre n’ayant jamais été lié à leur équipe. Dans ces conditions, les forces du secteur intérieur de Philadelphia sont assez floues et Gobert pourrait donc y atterrir afin de se développer et pourquoi pas d’y avoir un vrai rôle à jouer.

12 – Oklahoma City Thunder : Kelly Olynyk, pivot, Gonzaga

OKC est passé proche du titre il y a deux ans et s’est fait surprendre cette année par la blessure de Russell Westbrook. Ces deux échecs révèlent également une lacune dans leur effectif : un manque de joueurs capables d’assurer offensivement. Avec un Ibaka quasiment inexistant durant ces playoffs et un Perkins plus que jamais sur le départ, un apport supplémentaire dans leur secteur intérieur s’impose. Kelly Olynyk correspond au profil de l’intérieur technique, capable d’attaquer de près comme de loin.

13 – Dallas Mavericks : Dario Saric, ailier, Croatie

Si Dallas ne se sépare pas de son pick, Dario Saric leur est tout indiqué. Polyvalent, sa vision du jeu ferait des miracles dans l’équipe idéale de Mark Cuban. Un peu trop frêle, seul le fait qu’il provienne d’Europe joue réellement en sa défaveur.

14 – Utah Jazz : Shabazz Muhammad, arrière, UCLA

Le Jazz a besoin d’un pur scoreur à l’arrière. Malgré ses casseroles, Muhammad possède un talent offensif indéniable et à la 14e position, c’est ce qu’on appelle un steal.

15 – Milwaukee Bucks : Dennis Schroeder, meneur, Allemagne

Le jeune meneur de 19 ans est un mélange de vitesse et de puissance. Marquer des points est ce qu’il fait de mieux. Si l’on suppose que Jennings fera ses bagages, le profil de l’Allemand est exactement celui dont les Bucks ont besoin. Voilà un choix intéressant pour la franchise du Wisconsin.

16 – Boston Celtics : Steven Adams, pivot, Pittsburgh

Fini d’empiler des prospects au poste 5. Adams possède un bon potentiel, tant physique que dans le jeu mais surtout, Boston l’a supervisé et on le croit capable d’apporter au rebond au point de replacer Garnett au poste d’ailier fort. Boston peut aussi s’orienter vers un meneur, afin que Rondo ait enfin un vrai poste 1 comme remplaçant. Dans ce cas, on peut songer à Shane Larkin que Doc Rivers connaît depuis qu’il a huit ans.

17 – Atlanta Hawks : Kentavious Caldwell-Pope, arrière, Georgia

Les Hawks vont avoir du travail cet été. Avec pas plus de 7 joueurs sous contrat, il va falloir trouver des joueurs pour entourer Al Horford et Jeff Teague, des role players. Caldwell-Pope pourra apporter des points en sortie de banc grâce à un très bon shoot à trois points.

18 – Atlanta Hawks : Mason Plumlee, ailier fort, Duke

Dans l’optique de combler les trous sur leur banc, les Hawks pourraient faire confiance à Mason Plumlee, auteur d’une très bonne dernière saison en NCAA (17,1 pts et 10 rbs). Il fait partie de cette catégorie de joueurs très efficaces au rebond. Il apportera une bonne garantie en sortie de banc.

19 – Cleveland Cavaliers : Reggie Bullock, ailier, North Carolina

De la défense et du trois points. Bullock ne fait que deux choses, mais il les fait bien. Miles possédant une option et le marché des agents libres n’étant pas encore ouvert, Cleveland n’a donc que Gee sous contrat à l’aile. Ce choix est logique et intelligent.

20 – Chicago Bulls : Gorgui Dieng, pivot, Louisville

Chicago n’a jamais vraiment comblé le vide laissé par le départ de Omer Asik l’été dernier. Gorgui Dieng correspond exactement au type de joueur qui plaît à Thibodeau : un joueur énergique en sortie de banc, capable d’apporter sa présence défensive en relais de Noah.

21 – Utah Jazz : Shane Larkin, meneur, Miami

Très impressionnant lors des tests de détente et d’agilité, Larkin possède toutes les qualités nécessaires pour être un bon meneur remplaçant. Il a un profil de dynamiteur en sortie de banc, comparable à celui de Nate Robinson, mais peut aussi se muer en gestionnaire grâce à une bonne vision du jeu et un leadership palpable.

22 – Brooklyn Nets : Sergei Karasev, arrière, Russie

Avec Jerry Stackhouse et Keith Bogans sur le départ, un arrière shooteur ne ferait pas de mal aux Nets. Bien servi par Williams sur certaines séquences, cela peut donner quelque chose d’intéressant.

23 – Indiana Pacers : Tony Mitchell, ailier, North Texas

Tony Mitchell est un athlète phénoménal, mais pas seulement. Il profite de ses qualités athlétiques pour suivre son joueur et le gêner autant que possible. Avec les incertitudes quant au futur de David West dans l’Indiana, le jeune ailier saura se faire une place dans la rotation et deviendra sûrement une pièce importante du banc d’Indiana. Des qualités pareilles sauront être appréciées par les Pacers, même si sa place sur le parquet n’est pas encore clairement définie.

24 – New York Knicks : Jeff Withey, pivot, Kansas

Les Knicks possèdent le secteur intérieur de la ligue le plus vieux. Une injection de sang neuf ne leur ferait certainement pas de mal, et Withey serait un bon role player pour faire souffler Tyson Chandler défensivement.

25 – Los Angeles Clippers : Pierre Jackson, meneur, Baylor

Avec le possible départ de Eric Bledsoe, Pierre Jackson pourrait se faire une place derrière Chris Paul dans la rotation des Clippers. Il s’agit là encore d’un joueur de complément dans une équipe déjà en place. Bon porteur de balle, capable d’assurer au scoring, mais assez petit pour son poste (1m78).

26 – Minnesota Timberwolves : Allen Crabbe, arrière, California

Un shooteur de plus aux Wolves ? Oh que oui !

27 – Denver Nuggets : Myck Kabongo, meneur, Texas

Andre Miller, bien qu’encore efficace, se fait vieux et une place de gestionnaire derrière Ty Lawson est à prendre. Ça tombe bien, Myck Kabongo correspond exactement au profil. Plus passeur que shooteur, le jeune meneur possède une vision du jeu exceptionnelle et serait le vrai patron de la second unit des Nuggets.

28 – San Antonio Spurs : Glen Rice Jr, ailier, D-League

Comment un joueur issu de D-League peut-il se présenter à la draft ? Petit retour dans le temps : Rice Jr, fils de, est un gros talent mais aussi un aimant à ennuis. Viré de Georgia Tech, il échoue en D-League et apprend la vie de joueur professionnel sur le tas. Aujourd’hui, il semble s’être racheté une conduite et pourrait apporter énormément à l’équipe qui le draftera. Avec le départ de Stephen Jackson et Tracy McGrady qui ne sera probablement pas retenu, les Spurs doivent songer à retrouver quelqu’un pour faire le nombre sur les lignes extérieures. À Rice de tirer son épingle du jeu.

29 – Oklahoma City Thunder : Giannis Antetokounmpo, ailier, Grèce

Prospect grec d’origine nigériane, capable de jouer au poste 1 comme au poste 3. Grosse vision du jeu, bon toucher de balle. Pourquoi tombe-t-il si bas ? Il n’a joué que pour une équipe de D2 grecque, et il est donc difficile de se faire une idée. De plus, il a signé un contrat avec une équipe espagnole. En le draftant, OKC conserve donc ainsi un spot de libre dans son effectif. Par ailleurs, Antetokounmpo possède des clauses libératoires assez faciles à gérer pour le Thunder.

30 – Phoenix Suns : Archie Goodwin, arrière, Kentucky

Archie Goodwin a du talent, un premier pas efficace, est capable de se créer son propre shoot. Il lui restera seulement à mieux choisir ses tirs et à soigner ses pourcentages pour avoir un impact en NBA. Au 30e pick, les Suns n’ont pas grand chose à perdre. Ce choix est néanmoins peu sûr car le nouveau GM en place dans l’Arizona est un spécialiste du scouting.

Par Amir Mohammad et Léo Hurlin

[themoneytizer id=15816-16]