Débats Sports

Début de la présaison et premières interrogations

La NBA reprend ses droits. Pas officiellement car il faudra encore attendre jusqu’au 30 octobre prochain, et les trois chocs Cleveland / Washington, Miami / Boston et Lakers / Dallas (bon ok, deux chocs et demi).

Certaines équipes sont en tournée en Europe et leurs matchs ne sont pas clairement une donnée à prendre en compte dans l’évaluation des forces en présence. Ainsi la défaite de Boston à Istanbul, ainsi que les performances en demi-teinte de Dallas en Allemagne ou la raclée infligée par San Antonio face à Siene.

Ainsi, il faut mieux rester de l’autre côté de l’Atlantique et observer les chocs 100% NBA. 1ère affiche en présaison, la victoire des Nuggets face aux Clippers n’apportent clairement pas un état des lieux des forces en présence, mais les performances de certains joueurs sont à remarquer. Ainsi, le match du manimal Kenneth Faried démontre bien tous les espoirs qui sont placés en lui par Denver. Titulaire, le sophomore semble prêt à passer un pallier. Monstre offensif (7/11 et 100% sur la ligne) ses manques défensifs sont dommageables, sauf à bénéficier du soutien d’un big man à ses côtés dans la couleur.

Toujours à Denver, les premières interrogations se font jour sur le cas Evan Fournier. Drafté au 1er tour, on avait craint les premières déclarations du front office l’envoyant directement en D-League mais à la vue de ses 7 minutes de jeu, on ne peut pas leur donner tort. Opposé au banc des Clippers, Fournier a manqué son seul shoot, envoyé deux passes décisives, mais aussi fait une faute et perdu une balle. Surtout, on craint pour son temps de jeu. Avec seulement 7 minutes en amical, déjà c’était mal engagé mais quand on sait que Wilson Chandler, Andre Miller et Ben Uzoh ne sont pas entrés en jeu… Seul lueur d’espoir, les Nuggets ont un embouteillage sur les ailes (Faried, Gallinari, Iguodala, Chandler, Randolph, Brewer) et ont quelques manques à l’arrière (Lawson et Miller se partagent la mène) dont aucun joueur n’a le statut de titulaire. Mais ce détail pourrait au contraire lui coûter cher si George Karl décide de placer Iguy en 2.

Chez les Clippers, l’équipe s’est bien sortie du piège offensif malgré les absences de Hill, CP3 et Billups. Eric Bledsoe et la recrue Willie Green ont pallié à ses absences avec 25 tirs pour la paire d’arrières. Surtout Bledsoe a parfaitement joué sa carte avec une fiche bien remplie : 25 points, 8 rebonds, 6 passes, 5 interceptions, et cela en seulement 25 minutes. Avec 10 minutes de plus, on ose imaginer le quadruple. Mais en opposition réelle, tout cela sera bien différent. Cette montée en puissance risque de mettre Billups sur le banc en 6ème homme de luxe. Et ce n’est pas plus mal. Les Clippers présentent ainsi deux escouades incroyables : Paul / Bledsoe / Butler / Griffin / Jordan & Billups / Crawford / Grant Hill / Odom / Turiaf, et avec encore Hollins, Green, Barnes sur le banc. Reste l’éternelle question de savoir si Del Negro a les capacités de gérer cet effectif en or.

Chez les voisins, le camp d’entraînement a mal débuté. Déjà, Howard est toujours sur le flanc, puis Kobe annonce clairement sa retraite à la fin de saison 2014, et Jordan Hill se blesse pour une durée indéterminée. Sans surprise ou presque, les Lakers sont tombés chez les Warriors et violemment (-27) avec un 61-27 en 2nde mi-temps. Une défaite logique compte tenu que Mike Brown a laissé du temps de jeu à 19 joueurs ! Personne ne dépasse les 20 minutes et 15 joueurs ont apporté des points. Mais rien ne semble changer : Nash prend ses marques (aucune perte de balle et 2/3), Kobe arrose (2/7 et 0/2 derrière l’arc) et Gasol reste Gasol en frôlant le double-double en à peine 20 minutes.

Parmi les autres enseignements de ces premiers matchs, on est déjà sous le charme du jeu de Anthony Davis, toujours circonspect du choix de MKG chez les Bobcats, curieux des responsabilités déjà donnés à Bradley Beal chez les Wizards (17 tirs !) et impressionné par le Heat malgré la défaite. Privés de Wade, Haslem et Chalmers, le Heat a bien résisté à l’armada des Hawks, avec un Lou Williams toujours précieux en sortie de banc.

On attend encore les entrées en matière du Thunder, des Bulls et des Knicks et on est plus qu’impatient d’arriver à la fin du mois !