Débats Sports

Darren de Sacramento : Moteur du renouveau des Kings en NBA

banner_1

Thomas AUDOUIN alias KingOSU fan passionné et fin analyste des Sacramento Kings, nous offre cet article, merci à lui, et bonne lecture !

 

 

Confronté à Memphis pour la deuxième fois de la saison (déjà), les Kings avaient en début de semaine l’occasion de se venger de la cruelle désillusion subie il y a trois semaines sur le parquet du FedEx Forum. Privés de DeMarcus Cousins et une nouvelle fois coupables d’une circulation de balle douteuse (16 passes décisives pour 23 ballons perdus), ils n’auront cette fois-ci jamais été sérieusement en mesure d’inquiéter les Grizzlies de l’oncle Marc.

Désormais 9ème de la conférence ouest avec un bilan de 10 victoires pour 9 défaites et 4 matchs de suite sans Cousins (pour une seule victoire, acquise dans la douleur et la difficulté face aux Pacers d’Indiana) absent pour cause d’infection virale, Sacramento a cependant achevé un mois de Novembre plus que satisfaisant au regard de la complexité de son calendrier. Considérée par beaucoup comme l’équipe surprise de la saison, la bande à DeMarcus ne fait d’ailleurs plus rire grand monde. Embourbés dans le marasme depuis des années, les origines des spectaculaires progrès de l’équipe californienne sont nombreuses et parfois inattendues. Si la première d’entre elles apparaît en effet comme une évidence tant les progrès de DeMarcus Cousins sont flagrants, la seconde fait elle figure de véritable curiosité aux yeux du plus grand nombre. Cette raison n’est autre que le recrutement de Darren Collison.

Pourtant, après le départ d’Isaiah Thomas pour l’Arizona, de nombreux observateurs avaient affiché leur perplexité (et c’est un euphémisme) quant aux chances de succès de celui dont les initiales coïncident pourtant étrangement avec celles du roi des Kings. Il faut les comprendre. Au sortir d’un exercice monstrueux sur le plan statistique (7ème meilleur scoreur de la ligue et dans le top 20 au PER devant des joueurs comme Kyrie Irving, John Wall, ou Tony Parker), Isaiah Thomas ne pouvait décemment pas être remplacé par un Darren Collison presque toujours en difficulté lorsque les rênes d’une équipe lui ont été confiés. Les chiffres brandis par les experts au sujet du poste de meneur annonçaient d’ailleurs un désastre statistique sous fond d’effondrement offensif au cœur de la capitale Californienne.

 

Stats/36min (2013-14)
(cf. basketball-reference.com)
Isaiah Thomas Kings Darren Collsion
Clippers
Gap
Points 21.1 15.9 -5,2
Passes décisives 6,5 5,2 -1,3
Offensive rating* 114 113 -1
Win share** 7,7 5,9 -1,8
PER*** 20,5 16,2 -4,3
 * Estimation du nombre de points produits par un joueur sur 100 possessions
** Estimation du nombre de victoires permises par un joueur
*** Player Efficiency Rating : Indicateur standardisé de mesure de l’impact d’un joueur. Moyenne de la ligue : 15

C’était omettre une dimension centrale dans un sport collectif comme le basketball : l’efficacité collective. En bon disciple de Masai Ujiri, Pete D’Alessandro sait que les meilleures équipes ne naissent pas de l’agglomération des meilleurs joueurs dans un système tactique qui leur est adapté, mais au contraire de l’agrégation d’un système tactique donné avec les meilleurs joueurs qui eux lui sont adaptés. Le recrutement de Darren Collison à l’aube de la Free Agency 2014 comme celui de Rudy Gay quelques mois auparavant ne sont autres que les fruits de cette réflexion. Darren Collison n’est probablement pas un aussi bon joueur de basket qu’Isaiah Thomas et ne le sera vraisemblablement jamais. Pourtant, les chiffres ne mentent pas : les Kings sont une meilleure équipe avec lui qu’ils ne l’étaient avec Isaiah Thomas, chouchou du public et des médias. Très rapide balle en main et meilleur défenseur que son prédécesseur, le premier mérite de Darren Collison est de moins vampiriser la balle que ne le faisait Isaiah Thomas, et donc de favoriser un jeu d’équipe plus dynamique et moins stéréotypé. Scoreur dans l’âme et excellent dribleur, Isaiah Thomas avait en effet souvent tendance à conserver le ballon à l’excès et donc à ralentir le tempo offensif de l’équipe (26,3% du temps de possession utilisé par Isaiah Thomas en 2013-2014 contre 21,0% seulement pour Darren Collison cette saison). On se souvient d’ailleurs encore de la frustration occasionnelle de DeMarcus Cousins après que son meneur lui a demandé un, puis deux écrans toujours sans libérer le ballon. Désireux d’adopter un style de jeu up-tempo idéal pour un effectif jeune et athlétique, le front office se réjouit de fait aujourd’hui d’avoir non seulement contribué à restreindre le temps moyen nécessaire à la remontée du ballon mais aussi et surtout à améliorer la fluidité offensive et la circulation de balle au sein de l’équipe. De fait, et de manière j’en conviens assez paradoxale, la baisse de l’impact statistique enregistré au poste de meneur a bien permis d’améliorer l’efficacité offensive globale côté Kings avec une 12ème place inespérée au classement dans ce domaine (Sacramento n’était que 20ème dans cette catégorie en 2013-2014).

De manière un peu plus provocante, il est également intéressant de noter que le remplacement d’Isaiah Thomas par un meneur pass first coïncide avec la l’éclosion d’un Ben McLemore qui peinait jusqu’ici à justifier les attentes placées en lui. Pas forcément plus servi qu’auparavant, il l’est souvent dans de bien meilleures situations et compense à lui seul l’effondrement offensif de Jason Thompson (sans lequel le gain de puissance offensive du cinq majeur serait plus flagrant encore… d’où l’absolue nécessité pour Sacramento de recruter un solide titulaire au poste 4, mais passons).

 

 

As a King
(cf. basketball-reference.com)
Isaiah Thomas Darren Collison Gap
Usage % 26,3 21,0 -5,3
Moyenne de points 20,3 15,9 -4,4
Points reste du cinq* 58,7 59,6 +0,9
 * Calcul sur un même 5 composé de McLemore, Gay, Thompson et Cousins. 

Positif pour l’efficacité offensive de l’équipe, l’impact de Darren Collison se mesure également de l’autre côté du terrain. Adhésion des joueurs aux principes tactiques du coach ou véritable ajout de compétence, difficile d’estimer la part de mérite qui revient au seul Collison dans l’amélioration de l’efficacité défensive de l’équipe. Ce qui est en revanche certain, c’est que sa prise de fonction en lieu et place d’un Isaiah Thomas pas vraiment réputé pour ses qualités de stoppeur permet aujourd’hui au cinq majeur des Kings de compter sur une assise défensive plus solide que la saison dernière (19ème au Defensive Rating contre 23ème l’an passé) grâce notamment à une meilleure défense extérieure (9ème meilleure défense de la ligue au classement des taux de réussite au shoot des équipes adverses d’après ESPN, 6ème derrière la ligne à 3pts).

Actuellement en délicatesse avec son quadriceps gauche, la récente baisse de régime de Collison peut, avec les absences répétées de ses deux compères ces derniers temps, expliquer la mauvaise passe que traverse l’équipe en ce moment. Une chose est sure, les Kings auront besoin d’un Darren Collison en pleine forme pour continuer à rêver d’un retour en playoffs un peu plus de huit ans après les avoir quittés.

NBA: Sacramento Kings at Los Angeles Clippers