Débats Sports
Don't Miss

Canal + se mord la queue

Le quotidien économique Les Échos l’annonce ce matin, la chaîne cryptée chercherait (le conditionnel est conseillé), à convaincre certains parlementaires de déposer sur le bureau du président de l’assemblée nationale une proposition de loi visant à étendre le champ d’application du décret du 22 décembre 2004 relatif à la diffusion des « évènements sportifs d’importance majeure ». Cette initiative aurait pour but de contrer sans le dire Beinsport, et de réserver certaines compétitions à une diffusion gratuite en claire sur la TNT. On ne cherchera pas à savoir si cette hypothèse législative est d’une importance capitale dans le contexte actuel, mais elle a le mérite de relancer le débat sur les conditions d’accès aux retransmissions sportives en France, quelques semaines après le passage sur Canal de la Formule 1.

Car c’est bien l’hôpital qui se moque de la charité. Canal tente de limiter l’expansion de BeinSport, alors qu’il y a quelques années c’était bien elle qui pillait les chaînes hertziennes des programmes sportifs. De la ligue des champions à la Ligue 1, en passant par le top 14 et la NBA, Canal détenait il y a encore quelques mois un quasi-monopole de la diffusion du sport sur le territoire. Orange a bien tenté de se mêler à la lutte avec le résultat que nous connaissons.

Aujourd’hui, et alors que BeinSport, récupère lot par lot, l’ensemble des compétitions, Canal voudrait nous faire croire qu’ils ne luttent pas à armes égales et demandent donc l’intervention des pouvoirs publics pour équilibrer la bataille. Il est bien entendu clair que BeinSport dispose de moyens financiers très particuliers. Mais avec déjà plus d’un million d’abonnés (le dernier chiffre connu table sur 1 million en novembre dernier) en moins d’un an d’existence, BeinSport n’est peut-être finalement pas amené à être le gouffre financier annoncé par Cyril Linette.

Et ce n’est donc pas un hasard si les têtes pensantes de Canal souhaitent mobiliser la voie législative plutôt que celle menant au Conseil de la concurrence pour tenter d’enrayer la puissance de Bein.

Ainsi, les députés et sénateurs seraient contactés afin de proposer une loi visant à réserver à la TNT certaines compétitions sportives alors même que Canal + a fait le choix d’une diffusion cryptée des Grands Prix de Formule 1 dont elle vient de faire l’acquisition, plutôt que d’une retransmissions sur la TNT via ses filiales D8 ou D17.

Dès lors, on voit mal l’impact que cela pourrait avoir sur la chaîne du câble puisque de telles dispositions existent déjà. C’est ainsi que la Commission européenne a jugé entre autres que la finale de la ligue des champions, du Top 14 ou encore de compétitions moins importantes dans lesquelles nos compatriotes font bonne impression doivent avoir les honneurs de la diffusion en clair. Élargir cette liste à quelques matchs de Ligue 1, des matchs européens des clubs français ou encore des playoffs en nba car ce sont bien ces compétitions qui sont visées ne semble toutefois pas valider la stratégie de la chaîne cryptée. Au contraire, avec une telle loi, Canal + se mord la queue.

On imagine mal qu’une telle loi, si elle est votée, n’évoque pas le top 14, le championnat de Formule 1 ou encore la Premier League, des compétitions toutes diffusées par la chaîne cryptée. Encore plus, si des matchs de ligue 1 doivent être diffusés en clair, il y a de grandes chances pour que ce soit le match du dimanche soir, diffusé par Canal tout comme les matchs européens des clubs français, dont le choix n°1 revient à Canal.

Au final, on ne nie pas le fait que Canal tente par tous les moyens de contrer l’offre pléthorique de Beinsport, mais l’extension du champ d’application du décret du 22 décembre 2004 ne semble pas la mieux adaptée pour le faire. Et pour contrer une offre commerciale, la meilleure technique reste encore de proposer mieux ou moins cher. Deux choses que Canal + n’a pas su faire par le passé.