Débats Sports

Autumn is coming…

Alors que dans « Game of Thrones », les protagonistes répètent toutes les trois phrases que l’hiver vient, pour le moment c’est l’automne qui arrive et avec lui les World Series de Baseball. La saison de Major League Baseball arrive à son terme après de longues semaines de matchs. Méconnu chez nous, ce sport, certes pas très spectaculaire, est une véritable institution de l’autre côté de l’Atlantique (et aussi de l’autre côté du Globe, au Japon). Observons les forces en présence avant les phases finale de la saison 2012.

Petit rappel du principe des ligues majeures : 2 ligues, 3 divisions par ligue, chaque champion de division est qualifié pour les phases finales ainsi que les deux meilleurs bilans suivants. Le meilleur bilan est opposé au vainqueur du match de barrage opposant les deux meilleurs deuxièmes, les deux autres champions se rencontrent.

L’American League : propriété des Texas Rangers

Les Texas Rangers sont sûrement l’équipe la plus régulière des dernières années. Seconde de la ligue l’année dernière et défaite lors des World Series face aux Cardinals, la franchise est encore une fois favorite au titre suprême. En grande partie par la qualité de ses batteurs, Josh Hamilton en tête, puisque les texans présentent la meilleur attaque de toutes les ligues majeures, et avec une large avance sur ses concurrents. Premiers aux nombres de runs marqués, mais aussi premier en présence sur les bases, et aussi à la moyenne au bâton. Une machine de guerre.

Mais il ne faut pas minorer l’importance des lanceurs. Le rookie Yu Darvish en est le parfait exemple. Pour sa première année dans la ligue américaine, le lanceur japonais s’est parfaitement acclimaté et donne des sueurs froides aux batteurs adverses.

Derrière, les deux autres divisions devraient en toute logique revenir aux mains des Yankees de New York et des White Sox de Chicago, même si les Orioles de Baltimore peuvent encore déloger les Yankees du strapontin direct.

On ne risque donc pas de revoir en playoffs la franchise légendaire des Red Sox de Boston, toujours au fond du trou. Et pas non plus les Rays de Tampa Bay, ni les Blue Jays de Toronto. Plus surprenant encore, les Angels de Los Angeles, malgré leur recrutement trois étoiles ne pourront pas concourir à la couronne. Malgré les signatures d’André Pujols et C.J. Wilson, la franchise californienne n’a donc pas réussit à se mêler à la bataille, la faute à un début de saison très poussif qui les ont vus obtenir un bilan positif que début juin après plus de cinquante matchs.

La National League revient aux Nationals

Quoi de plus logique pour la franchise de la capitale, les Washington Nationals de remporter la National League. Mais alors que les Rangers doivent leur succès à leur attaque de feu, les Nationals le doivent à leur défense. Ils n’ont encaissé que 515 points pour le moment, en 144 matchs, soit 3.58 par match. On ne fait pas mieux dans les ligues majeures. Pas étonnant dès lors de retrouver 4 lanceurs de la capitale dans les 20 meilleurs des deux ligues.

Washington, sauf catastrophe remportera sa division. Et derrière, les Braves d’Atlanta occuperont une place en Wild Card.

Dans les deux autres divisions, les Reds de Cincinnati survolent la division Central avec 11 victoires d’avance sur les Cardinals de St Louis. Et dans la West, les Giants de San Fransisco forceront les Dodgers de L.A. à se battre jusqu’au bout pour obtenir un meilleur bilan que les tenants du titre à Saint Louis.

Là encore dans cette ligue, quelques déceptions comme les Phillies de Philadelphie et les Marlins de Miami qui avaient encore une fois effectué un recrutement judicieux et qui se positionnaient en favoris de la ligue.

Si l’on devait conseiller un pari judicieux, on vous conseillerait de placer quelques pièces sur les Texas Rangers, vainqueurs de l’American League à une cote de 3 et les Nationals vainqueur de la National League à une cote de 3.10.