Débats Sports

Veni, Vidi, Vitti

                                                                                                                                                                                                  Si Kobe quittera la franchise au terme de la saison, après 20 ans de loyaux services, le Mamba ne sera pas le seul « historique » à abandonner les locaux d’ El Segundo.

En effet, après 32 ans passés dans le staff des Lakers, Gary Vitti quittera lui aussi ses fonctions.

La décision réfléchie du préparateur physique est actée depuis le début de la saison, motivée par les différentes blessures (on y reviendra), son âge mais surtout sa famille avec qui il aimerait passer le plus de temps possible. Si une pointe de nostalgie se fera forcément sentir lors du dernier match de la saison, Gary Vitti, qui n’a jamais eu la langue dans sa poche, préfère en rire et ne regrette pas cette décision.

« Maintenant je suis suffisamment vieux pour être leur père et pour certains, leur grand-père »

Il faut dire que Gary a tout connu, les quelques saisons de disettes et l’odeur des Finals. Surtout l’odeur des Finals. 12 fois, pour être précis, dont 8 titres depuis qu’il a rejoint Los Angeles en 1984.

Lorsqu’il atterrit dans la cité Californienne avec l’espoir de devenir la personne qui s’occupera des stars Purple & Gold, Gary Vitti n’affiche sur son CV que 2 ans passés au service du Jazz en temps qu’assistant et 2 années supplémentaires à l’Université d’Utah en tant que préparateur physique. Pourtant, c’est lui que le Front Office souhaite. 3H d’entretien avec Jerry West et le coach de l’époque, Pat Riley, suffiront à décider l’homme d’accepter le poste et de renoncer à la dernière année de son doctorat.

« Tu peux faire ce que tu veux. Mais tu le feras avec les meilleurs athlètes du monde »-Pat Riley

Gary Vitti débarque donc au training camp et découvre alors les joies du Showtime. Des exercices d’agilité et d’adresse ou Worthy, KAJ et Magic balayent le terrain en 3 passes ou bien les facéties du meneur de l’époque qui n’aura de cesse de l’ignorer, simplement pour la blague. Mais ce qui marque à l’époque Vitti, c’est l’obnubilation de Pat Riley et des Lakers pour les Celtics de Boston. Il faut dire que la saison précédente, l’espoir de titre des Californiens a été réduit à néant par l’équipe dirigée par Red Auerbach et le gourou Pat Riley est bien déterminé à se venger.

Les Lakers le feront, s’offrant même le luxe de terminer la série au Boston Garden, le plus beau titre des Lakers, selon Vitti.

De Kareem Abdul-Jabbar à D’Angelo Russell en passant par Magic, Worthy, Shaq & Kobe, Gary Vitti a vécu au rythme des Lakers et de ses stars durant 32 ans, remplissant son rôle de préparateur physique, de soigneur. Si sa fonction ne lui apporte que trop peu de gloire et reconnaissance du public, elle lui apporte tout de même respect et sympathie du Front Office et des joueurs.

Confident de Kobe, adoré par Shaq, ami proche de Magic Johnson, Vitti se souvient avec nostalgie des moments de gloire, de tristesse et de doute.

Lors du training camp de 1991, Vitti s’occupe de la cheville de Tony Smith, sévèrement amochée. Mais ses préoccupations sont ailleurs : la star, son ami, Magic Johnson est rappelé à Los Angeles, sans raison connue. Le préparateur physique et homme à tout faire mettra peu de temps à faire le lien avec le Test VIH effectué par Magic. Dépité, il lachera à Smith alors en pleurs :

«Pourquoi pleures-tu? Parce que ta cheville te fait mal? Ou parce que tu déprimes? Tu iras mieux.Tu iras mieux. D’autres personnes non. »

Plus tard, il se souvient d’avoir dit à Magic, à l’époque condamné:

«Tu vas bien ? Parce que moi non.

-Je vais bien. Quand Dieu m’a donné ça, il l’a fait à la bonne personne. Je vais faire quelque chose de bien avec ça. »

Vitti se souvient d’avoir pleuré, Magic continuant à sourire.

En ’92, le meneur rejoint le banc, l’avant-bras légèrement ouvert. Alors qu’il cherche ses gants, nouvelles recommandations de la ligue, ce dernier lève la tête et voit caméras et regards des joueurs pointés sur lui. «Quel message suis-je en train d’envoyer ? » se demande-t-il . Gary Vitti soignera Magic sans gants, ce qui lui vaudra une enquête de l’agence gouvernementale OSHA.

Qu’importe, le symbole est ailleurs.

Gary Vitti soignant Magic

En tant que professionnel, il est là aussi un homme déterminé, détestant la défaite, donnant tout ce qu’il a, au point de faire nuit blanche après des défaites ou lorsqu’un joueur se blesse.

«Quand quelqu’un se blesse, je m’en veux. La blessure qui m’a vraiment affecté et peut-être joué sur cette décision c’est celle de Julius Randle. Tous ses médecins et son chirurgien disaient que tout allait bien, rien d’anormal mais il s’est cassé la jambe dès le premier match. Ça m’a réellement abattu.»

Ce soir, 3 Avril 2016 (le dernier match étant réservé pour le départ du #24), 3H30, ironiquement lors du dernier affrontement entre Purple & Gold et rivaux de Bean Town, le public se lèvera et acclamera le futur retraité, celui qui a toujours été dans l’ombre. Par reconnaissance pour son travail primordial à la réussite des Lakers, quoiqu’en dise l’intéressé. Pat Riley disait à l’époque que l’équation du succès correspondait à 12+2+1 : 12 joueurs, 2 coachs, et un préparateur physique.

Ce soir, on saluera le parcours exceptionnel d’un homme incroyable.

Ce soir s’écrira les dernières pages* de l’histoire de Gary Vitti, riche en couleurs, pourpre et or.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Gary Vitti occupera un rôle de consultant durant les 2 prochaines saisons, un emploi (presque) fictif venant récompenser sa longévité et son efficacité, dans la lignée des décisions de feu Jerry Buss qui n’hésitait pas à aider certains membres du Front Office (ça aussi, on y reviendra).*


Sources:

http://www.latimes.com/sports/lakers/la-sp-lakers-vitti-kobe-20150727-story.html

http://www.latimes.com/sports/lakers/la-sp-lakers-vitti-kobe-20151209-story.html

http://www.ocregister.com/articles/vitti-710658-lakers-bryant.html

http://espn.go.com/blog/los-angeles/lakers/post/_/id/23202/podkast-with-gary-vitti-the-20th-anniversary-of-magic-johnsons-hiv-announcement

http://www.dailynews.com/sports/20160402/lakers-trainer-gary-vitti-offered-more-to-franchise-than-just-treating-players

http://www.si.com/nba/2016/03/23/gary-vitti-los-angeles-lakers-kobe-bryant-magic-johnson

  • ODCB

    Très bon article qui fait découvrir à un fan celte un personnage qui mérite un immense respect rien que pour la scène des gants. À cette époque où la connaissance de la maladie est encore floue, c’est un acte de courage et d’amitié impressionnant.

    Longue vie à Lakers France, puissiez-vous perdre encore de nombreuses finales face à nous!

  • Aurélie

    Article vraiment intéressant. J’espère que ce n’est qu’un début et que d’autres suivront ! Bon courage pour la suite !

  • Bastien

    Tres bien écrit et très sympa d’apprendre les anecdotes d’un homme de l’ombre comme ça. Continue gros c’est vraiment bien

  • On dit souvent vrai reconnait vrai mais là Gary reconnait Magic. Good Job !